CRITIQUE DVD: LA SOURCE DES FEMMES

LE FILM:

Cela se passe de nos jours dans un petit village, quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Les femmes vont chercher l’eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et ce depuis la nuit des temps. Leila, jeune mariée, propose aux femmes de faire la grève de l’amour : plus de câlins, plus de sexe tant que les hommes n’apportent pas l’eau au village.

Après deux films plutôt réussis, « Train de Vie » et « Va, Vis, Deviens », Mihaileanu s’était planté dans les grandes largeurs avec « le Concert« ! Avec un sujet à prori intéressant comme celui de « la source des femmes », la curiosité était grande de savoir si la faillite du précedent film était bien un accident! Que nenni! Le propos de son nouveau film, si louable soit-il, n’est distillé qu’à coups de clichés, de manichéisme d’une naïveté rare! Restent les actrices qui donnent le meilleur, Leïla Bekhti, Hafisa Herzi, Sabrina Ouazani et Biyouna et de belles images! C’est bien mais pas suffisant…

Côté technique, des lumières et des couleurs éclatantes et un son parfait, rien à dire!

LES BONUS:

Sur un deuxième disque, on trouve un making of (27 mins), des interviews du réalisateur et de Leila Bekhti, un module sur la condition féminine au Maghreb, des scènes coupées, des petits modules sur les chants, les danses, la langue arabe, un bêtisier et un diaporama! La totale!

VERDICT:

Une édition de grande classe pour les fans du film( dont je ne fais hélas pas partie!)!

Disponible en double DVD (19,99 euros) et Blu-ray (24,99 euros) chez France Télévision Distribution dès le 7 mars!

Publicités

CRITIQUE: LE CONCERT (2008)

A l’époque de Brejnev, AndreÏ Filipov était le plus grand chef d’orchestre de l’Union Soviétique. Pour avoir refusé de se débarasser de ses musiciens juifs, il est remercié. Trente ans plus tard, il est toujours au Bolchoï mais comme homme de ménage. Un soir, il intercepte un fax provenant du Théâtre du Chatelet à Paris qui souhaite accueillir l’orchestre du Bolchoï. Filipov décide de réunir tous ses anciens amis musiciens et de prendre la place de l’orchestre russe. Son seul souhait: jouer le concerto pour violon de Tchaikovski avec la grande soliste Anne-Marie Jacquet.

Bénéficiant d’une idée de départ excellente, Radu Mihaileanu, à qui l’on doit l’excellent « va, vis et deviens », entraîne très vite son film vers la farce grotesque bourrée de clichés. Tous les Russes sont alcolos et à peine arrivés à Paris, il font le commerce du caviar, des téléphones, etc… L’humour tombe très souvent à plat et les scènes d’émotion sont beaucoup trop appuyées pour atteindre leur but. Certaines scènes sont totalement inutiles comme une scène de mariage avec la fusillade de la mafia russe (bien sûr!!!) et la sous-intrigue qui nous explique l’enfance de la soliste est totalement hors-sujet. Certains personnages sont totalement horripilant: le directeur du Chatelet et son adjoint (Berléand et Abelanski insupportables) ou encore le restaurateur arabe interprété par ramzy!

Tellement raté qu’il est difficile d’être ému par la scène du concert avec le très beau concerto de Tchaikovski! Vraiment dommage d’autant que j’espérais beaucoup de ce film!