Critique: Zoology (Festival de Cinéma Européen des Arcs 2016)

185173-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

zoology

2016 – Russie De Ivan TVERDOVSKIY Avec : Natalia PAVLENKOVA, Dmitri GROSHEV, Irina CHIPIZHENKO, Maria TOKAREVA

Il pousse une queue dans le bas du dos de Natacha. Résignée jusqu’alors à une vie plutôt terne, cette étrangeté lui offre une liberté nouvelle.

Deuxième long métrage du Russe Ivan Tverdovskiy, « Zoology » laisse penser au début à un film organique et fantastique, à la manière du Cinéma de Cronenberg. En effet, on suit le personnage de Natacha, responsable du service achats d’un zoo, contrainte de consulter un médecin en raison d’une queue qui lui pousse en bas du dos. Ce postulat de départ, intrinsèquement loufoque, aurait pu donner lieu à un film complètement barré, poussant les curseurs à leur maximum. Malheureusement, avec la volonté d’en faire une fable politique, le cinéaste nous fait naviguer entre comédie douce amère et romance, comme s’il n’assumait pas son idée de départ. On en arrive à se demander si l’on n’aurait pas pu voir le même film sans cette histoire de queue! Toutefois, passé le dégoût suscité par la vision de cette queue visqueuse et remuante, on se prend à s’attacher à ce personnage de Natacha, magnifiquement interprété par Natalia Pavlenkova, et à son destin touchant.

3

 

CRITIQUE BLU-RAY: DOUBLE DETENTE

51E1pbFzopL__SL500_

LE FILM: 6.5/10

Ivan Danko, un policier russe, est envoyé à Chicago pour ramener Rostavili, le trafiquant de drogue responsable de la mort de son coéquipier. Le criminel, tombé aux mains de la police américaine dès son arrivée, attend d’être extradé. Mais, durant le transfert, il s’échappe et Danko doit, par la force des choses, s’associer à la police locale pour retrouver le fugitif.
Il fait équipe avec Art Ridzik, un policier bougon qui connaît Chicago sur le bout des doigts. Malgré toutes leurs différences, les deux hommes vont devoir se serrer les coudes pour récupérer le criminel et empêcher une transaction de drogue faramineuse.

En 1987, Walter Hill a encore un certain talent et Arnold Schwarzenegger est au sommet: le réalisateur et la star autrichienne font alors équipe pour ce Double Détente dans un genre quasiment inventé par Hill, le Buddy Movie.

Schwarzenegger est ici associé à James Belushi (dans le dernier rôle intéressant de sa carrière!); l’un est un policier russe monolithique à la force titanesque et l’autre un flic ricain vulgaire et magouilleur. Les deux font équipe pour arrêter un gangster russe en fuite aux Etats-Unis. Bourré d’humour axé sur l’opposition Danko/ Ridzik, le film enchaîne les scènes d’action à la violence assez frontale et doit sa réussite à un casting assez réjouissant qui rassemble, outre le duo vedette, des gueules comme Peter Boyle, Ed O’Ross, Larry Fishburne ou encore la jolie Gina Gershon. En plein règne Reagan, Double Detente a le mérite de montrer une collaboration positive entre l’est et l’ouest!

TECNHIQUE: 4/10

L’apport HD est réduit au néant tant le rendu de la copie est proche du simple DVD! Une définition plus que moyenne, du grain à revendre…

BONUS: 5/10

Outre la bande-annonce, on trouve un sujet sur Schwarzenegger et un sur le contexte politique.

Bof…

VERDICT:6.5/10

Un film d’action très réussi mais avec un bluray équivalent au DVD…

Disponible en Bluray chez Studiocanal (9,99 euros)