Critique: Les Hommes du Feu

310176.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Pierre Jolivet
Scénario Pierre Jolivet
Marcia Romano
Acteurs principaux
Sociétés de production 2.4.7 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 90 minutes
Sortie 5 juillet 2017

Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade… Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien.

Seizième film de Pierre Jolivet, qu’on connaît surtout pour ses drames sociaux ou ses polars, « les Hommes du Feu » est un spot publicitaire grandeur nature pour le métier de pompier mais il n’y a rien de péjoratif là dedans tant le cinéaste ne tombe pas dans la facilité. Pour dépeindre le quotidien d’une caserne de l’Aude, il évite le spectaculaire et le pathos et s’attache à ses personnages. L’enchaînement des interventions de toutes sortes (incendies de forêt, accident de voiture, émeutes urbaines, suicide…) nous plonge dans l’humain, les difficultés des pompiers qu’elles soient psychologiques ou familiales et parfois le manque de reconnaissance d’une profession ô combien indispensable. Si Emilie Dequenne fait le job, c’est Roschdy Zem en Capitaine qui emporte tous les suffrages et le toujours très bon Michael Abiteboul malgré un accent qu’on met un peu de temps à digérer! Du très bon!

4

Publicités

Critique Dvd: Jamais de la vie

71BUO4X1bjL._SL1355_

  • Date de sortie salles:
    08 avril 2015
  • Réalisé par :
    Pierre Jolivet
  • Avec :
    Olivier Gourmet, Valérie Bonneton, Marc Zinga…
  • Durée :
    1h35min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Ad Vitam

LE FILM:

4

Franck, 52 ans, est gardien de nuit dans un centre commercial de banlieue. Il y a dix ans, il était ouvrier spécialisé et délégué syndical, toujours sur le pont, toujours prêt au combat. Aujourd’hui, il est le spectateur résigné de sa vie, et il s’ennuie. Une nuit, il voit un 4×4 qui rôde sur le parking, et sent que quelque chose se prépare… La curiosité le sort de son indifférence et il décide d’intervenir. Une occasion pour lui de reprendre sa vie en main…

Adepte de film noir sur fond social, Pierre Jolivet récidive avec cette histoire d’un vigile solitaire qui tente de redonner un sens à sa vie.Brillamment photographié, « Jamais de la vie  » convainc non seulement par l’intensité croissante qu’il dégage mais aussi bien sûr par son interprétation, notamment Olivier Gourmet, comme toujours parfait. Puissant!

TECHNIQUE:

4.5

Un excellent rendu proche de la HD!

BONUS:

4.5

On trouve ici un court makin of et une masterclass d’1h30 du réalisateur. Passionnant!

VERDICT:

4

Un polar social remarquablement interprété!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Ad Vitam dès le 2 septembre

CRITIQUE BLU-RAY: Mains Armées

91UtKHRGzQL__AA1500_

LE FILM: 8/10

Lucas a 46 ans. Un grand flic, patron au trafic d’armes à Marseille. Maya a 25 ans. Elle est jeune flic aux stups, à Paris. Comme souvent, les armes croisent la drogue. Et Lucas va croiser Maya. Pas forcément par hasard. Flag, braquage, indics… leurs enquêtes vont s’entremêler. Leurs vies aussi. Parce que leur histoire a commencé bien longtemps avant leur rencontre…

« Mains Armées » est le nouvel opus de l’un des très bons artisans de notre Cinéma national, Pierre Jolivet. Réalisateur de très bons films comme « Fred », « Ma Petite Entreprise » ou « le Frère du guerrier », Jolivet s’adjoint comme souvent les talents de Simon Mickael au scénario, spécialiste du polar. Et le scénario est d’ailleurs très bien ficelé! Avec un souci constant de réalisme, le film refuse sans cesse de céder au spectaculaire et ne tombe jamais dans le graveleux « marchalien ». Avec sa réalisation soignée et son montage dynamique, « Mains armées » réussit à conjuguer le polar pur et le drame familial avec ce père qui ne voit sa fille que pour la troisième fois, pour des raisons professionnelles! Très convaincants, les comédiens Roschdy Zem, Leïla Bekhti (qui trouve enfin un rôle où elle n’a pas à jouer la jeune banlieusarde en colère!) et Marc Lavoine (excellent en ripoux sans scrupule) ont la chance de pouvoir s’appuyer sur des rôles intéressants et bien écrits. Du bon polar quoi!

TECHNIQUE: 8.5/10

Du sérieux sans éclat!

BONUS: 7.5/10

Seul bonus, un long making of (1h05) assez complet bien qu’un peu promo parfois!

VERDICT: 8/10

Un blu-ray qui ravira les amateurs de polar!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez TF1 VIDEO

 


CRITIQUE: MAINS ARMEES

Lucas a 46 ans. Un grand flic, patron au trafic d’armes à Marseille. Maya a 25 ans. Elle est jeune flic aux stups, à Paris. Comme souvent, les armes croisent la drogue. Et Lucas va croiser Maya. Pas forcément par hasard. Flag, braquage, indics… leurs enquêtes vont s’entremêler. Leurs vies aussi. Parce que leur histoire a commencé bien longtemps avant leur rencontre…

« Mains Armées » est le nouvel opus de l’un des très bons artisans de notre Cinéma national, Pierre Jolivet. Réalisateur de très bons films comme « Fred », « Ma Petite Entreprise » ou « le Frère du guerrier », Jolivet s’adjoint comme souvent les talents de Simon Mickael au scénario, spécialiste du polar. Et le scénario est d’ailleurs très bien ficelé! Avec un souci constant de réalisme, le film refuse sans cesse de céder au spectaculaire et ne tombe jamais dans le graveleux « marchalien ». Avec sa réalisation soignée et son montage dynamique, « Mains armées » réussit à conjuguer le polar pur et le drame familial avec ce père qui ne voit sa fille que pour la troisième fois, pour des raisons professionnelles! Très convaincants, les comédiens Roschdy Zem, Leïla Bekhti (qui trouve enfin un rôle où elle n’a pas à jouer la jeune banlieusarde en colère!) et Marc Lavoine (excellent en ripoux sans scrupule) ont la chance de pouvoir s’appuyer sur des rôles intéressants et bien écrits. Du bon polar quoi!

NOTE: 8/10