Critique Bluray: Funny Games US

81paC7j8kdL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Michael Haneke
  • Avec :
    Naomi Watts, Tim Roth, Michael Pitt…
  • Durée :
    1h51min
  • Pays de production :
     américain
  • Année de production :  2007
  • Titre original : Funny Games
  • Distributeur :
    Les Films du Losange

LE FILM: 8/10

Ann, George et leur fils Georgie sont en route vers leur résidence secondaire pour y passer l’été. Leurs voisins, Fred et Eva, sont déjà arrivés et ils décident de se retrouver tous le lendemain matin pour une partie de golf. Tandis que son mari et son fils s’affairent sur leur voilier récemment remis en état, Ann commence à préparer le dîner. Tout à coup, elle se trouve face à face avec un jeune homme extrêmement poli, Peter, un des invités de ses voisins, venu, à la demande d’Eva, lui emprunter quelques oeufs. Ann s’apprête à les lui donner quand soudain, elle hésite. Comment Peter est-il entré dans leur propriété ? Les choses prennent vite un tour étrange et débouchent sur une explosion de violence…

Dix ans après Funny Games, Michael Haneke réalise le remake américain de son propre film. Reprenant presque plan par plan l’original, ce Funny Games US a pour principal intérêt son casting absolument parfait avec Naomi Watts et Tim Roth en victimes et les inquiétants Brady Corbet et Michael Pitt en tortionnaires. Haneke nous jette à la face l’un des films les plus violents et dérangeants que le cinéma nous ait donné: sans explication, à base de longs plans séquences, on assiste au calvaire d’une famille bourgeoise par deux jeunes de la même classe sociale mais qui semblent avoir muté, dégénéré! Si la petite famille prenait plaisir à jouer à des devinettes musicales, les deux jeunes s’amusent d’une manière bien plus cruelle!

Etouffant, choquant, déstabilisant et désespéré, le film d’Haneke ne risque pas de laisser insensible!

TECHNIQUE: 8/10

Une copie immaculée avec toutefois un léger grain qui n’entache en rien le plaisir de visionnage.

BONUS: 0/10

Rien!

VERDICT: 8/10

Un cauchemar terrifiant!

Disponible en bluray (14.99 euros) chez Warner Bros

CESAR 2013: LE PALMARES

01-costner-riva-cesar-2013_0

L’Amour aura donc triomphé comme prévu, dominant un palmarès assez juste, n’en déplaise aux fans d’Holy Motors ou de Camille Redouble! Le film de Carax bouillonnant d’idées et de génie pour ses inconditionnels reste un film assez élitiste (vous savez ce que j’en pense!); quant au film de Noémie Lvovsky, ses treize nominations restaient pour moi une énigme totale, vu son manque d’originalité et ses longueurs épouvantables. Le seul regret vient du fait que De Rouille et d’Os n’ait pas glané soit le Meilleur film, soit le meilleur réalisateur. Concernant le César du meilleur film étranger, l’Académie a fait un choix assez frileux récompensant l’oeuvre la moins originale au détriment de la bombe Bullhead, du spleenesque Oslo 31 août ou du kubrickien Royal Affair!

Meilleur film : Amour de Michael Haneke

Meilleur réalisateur : Michael Haneke pour Amour

Meilleur acteur : Jean-Louis Trintignant pour Amour

Meilleure actrice : Emmanuelle Riva pour Amour

Meilleur court-métrage : Le Cri du homard de Nicolas Guiot

Meilleurs costumes : Christian Gasc pour Les Adieux à la reine

Meilleur montage : Juliette Welfling pour De Rouille et d’os

Meilleur décor : Katia Wyszkop pour Les Adieux à la reine

Meilleur documentaire : Les Invisibles de Sébastien Lifshitz

Meilleure second rôle féminin : Valerie Benguigui dans Le Prenom

Meilleur scénario original : Amour de Michael Haneke

Meilleure musique originale : Alexandre Desplat pour De Rouille et d’os

Meilleur film étranger : Argo de Ben Affleck

Meilleur son : A. Deflandre, E. Tisserand, G. Boulay pour Cloclo

Meilleure photo : Romain Winding pour Les Adieux à la reine

Meilleur espoir masculin : Matthias Schoenaerts pour De Rouille et d’os

Meilleure adaptation : Thomas Bidegain et Jacques Audiard pour De Rouille et d’os

Meilleur film d’animation : Ernest et Célestine

Meilleur second rôle masculin : Guillaume de Tonquedec

Meilleur premier film : Louise Wimmer de Cyril Mennegun

Meilleure espoir féminin : Izia Higelin dans Mauvaise fille