Critique: Everybody Knows

5638891.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Todos Lo Saben
Réalisation Asghar Farhadi
Scénario Asghar Farhadi
Acteurs principaux
Sociétés de production Memento Films Production
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre thriller
Durée 130 minutes
Sortie 9 mai 2018

A l’occasion du mariage de sa soeur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au coeur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

Habitué du Festival de Cannes, l’Iranien Asghar Farhadi présente cette année son huitième film en ouverture mais également en compétition! Tourné en Espagne, en Espagnol avec un casting hispanophone (Penelope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darin), « Everybody Knows » utilise les mêmes recettes que les précédents films du Maître: les thèmes de la famille, du mensonge et du secret sont là et Farhadi s’amuse, s’inspirant d’Hitchcock et Bergman. Comment ne pas penser à Vertigo lors de cette scène dans le clocher de l’église? L’enlèvement d’une adolescente lors d’une fête de mariage va jeter les personnages dans le conflit et faire resurgir les secrets du passé. Si le film est remarquablement construit, brillamment mis en scène et que l’on prend plaisir à voir évoluer ce casting, Farhadi ne convainc pas tout à fait, du moins pas autant que dans ses films Iraniens. « Everybody Knows » semble être conçu pour un public qui découvrirait son Cinéma et n’a pas la force d' »A propos d’Elly » ou « Une Séparation ». Toutefois, un Farhadi mineur reste toujours hautement recommandable!

3.5

Critique: Le Client

492727-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Forushande
Réalisation Asghar Farhadi
Scénario Asghar Farhadi
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Iran Iran
Sortie 9 novembre 2016

Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d’importants travaux menaçant l’immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple.

Septième long métrage de l’Iranien Asghar Farhadi, « le Client » repartit du dernier Festival de Cannes avec, chose exceptionnelle, deux prix: le prix du scénario et d’interprétation masculine! Trois ans après un intermède français avec « le Passé », le réalisateur d' »une Séparation » revient chez lui pour une nouvelle variation sur un air qu’il connaît bien. En effet, Farhadi n’aime rien tant que ces histoires simples, habilement conçues, qui mettent les personnages face à des dilemmes moraux. Ici, un couple est forcé de quitter son appartement menacé d’effondrement et se retrouve dans l’ancien appartement de ce qui semble être une prostituée. Un soir Rana sera victime d’une agression et Emad n’aura de cesse de retrouver le coupable et venger son épouse. La thématique ici est donc la vengeance et son pendant, le pardon, à travers un scénario à la mécanique implacable; les deux heures passant comme un éclair tant tout s’enchaîne limpidement. La mise en scène est également remarquable tout comme l’interprétation de Shahab Hosseini et Taraneh Allidousti. « Le Client » passionne, questionne et prend aux tripes à travers un final bouleversant; Farhadi continue de construire une oeuvre cohérente et magistrale!

4.5

 

Les Autres films de Farhadi: