Critique: Hostiles

5152324.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Scott Cooper
Scénario Scott Cooper, basé sur un manuscrit de Donald E. Stewart
Acteurs principaux
Sociétés de production Waypoint Entertainment
Le Grisbi Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre western
Durée 134 minutes
Sortie 14 Mars 2018

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.
Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.

Quatrième film de Scott Cooper après « Crazy Heart », « Les Brasiers de la colère » et « Strictly Criminal », « Hostiles » continue sa radiographie des Etats-Unis, cette fois sous l’angle du western, genre moribond. Le film s’ouvre sur deux scènes montrant les abominations commises par les deux camps, les « Blancs » et les « Indiens ». Ces deux camps vont ensuite devoir cohabiter le temps d’un long voyage. En effet, le capitaine Joseph Bloker est chargé d’escorter le prisonnier indien Yellow Hawk, mourant, jusque sur ses terres. L’expédition croisera la route de Rosalee Quaid, jeune femme qui vit sa famille sauvagement assassinée par des Comanches. Remarquablement mis en scène, « Hostiles » prend le temps de développer son histoire, empreint de mélancolie mais ponctué d’éclairs de violence. Les protagonistes devront survivre aux attaques extérieures comme intérieures, comme une parabole sur l’Amérique d’aujourd’hui, rongée par la violence et les rancoeurs. Le casting impeccable est survolé par Christian Bale, tout en violence contenue, qui irradie comme toujours la pellicule mais également Rosamund Pike qui offre une prestation impressionnante dans ce rôle de femme dévastée sur le chemin de la résilience. Un grand film qui prouve que le western a encore de beaux jours devant lui et qui inscrit Scott Cooper dans la nouvelle génération de cinéastes US prometteurs!

4.5

Publicités

Critique Dvd: Sergent York

1507-1.jpg

Titre original Sergeant York
Réalisation Howard Hawks
Scénario John Huston, Abem Finkel,Harry Chandlee
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Guerre, Biographie
Durée 134 minutes
Sortie 1941 aux Etats-Unis et 4 avril 1945 en France

LE FILM:

4.5

L’histoire vraie d’Alvin Cullum York, un jeune campagnard croyant et pacifiste qui s’enrôle dans l’armée américaine en tant qu’objecteur de conscience et qui deviendra un héros de laPremière Guerre mondiale.

Inspiré de l’histoire vraie d’Alvin York, ce film d’Howard Hawks sort en pleine Seconde Guerre Mondiale et constitue à la fois un vrai film patriote destiné à  galvaniser les foules et un divertissement hollywoodien de superbe facture. Les amateurs de films de guerre seront surpris de la structure du film en deux parties bien distinctes. La première partie nous montre le quotidien campagnard de York, personnage naïf et pacifiste qui n’a d’autre objectif qu’acquérir une terre pour pouvoir épouser la femme qu’il aime. Dans la seconde partie, on assiste à la mission héroïque de York en France pendant la 1ère Guerre Mondiale qui en fit un héros. Magnifiquement réalisé et bénéficiant de moyens considérables, « Sergent York » est aussi l’occasion pour Gary Cooper de livrer l’une de ses plus belles prestations. Immanquable!

TECHNIQUE:

4

Une copie assez propre par rapport à l’âge du film avec malgré tout un son un peu faiblard.

BONUS:

Pas de bonus sur cette édition.

VERDICT:

4.5

Un classique du Cinéma hollywoodien des années 40!

Disponible en DVD (12.99 euros) chez Warner Bros en exclu Fnac dès le 29 juin

 

Critique Bluray: Strictly Criminal

61nQTlu6hNL._SL1000_.jpg

Titre original Black Mass
Réalisation Scott Cooper
Scénario Scott Cooper
Acteurs principaux
Sociétés de production Cross Creek Pictures (en)
Exclusive Media (en) Group
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier
Durée 122 minutes
Sortie 25 novembre 2015

LE FILM:

4

Le quartier de South Boston dans les années 70. L’agent du FBI John Connolly convainc le caïd irlandais James « Whitey » Bulger de collaborer avec l’agence fédérale afin d’éliminer un ennemi commun : la mafia italienne. Le film retrace l’histoire vraie de cette alliance contre nature qui a dégénéré et permis à Whitey d’échapper à la justice, de consolider son pouvoir et de s’imposer comme l’un des malfrats les plus redoutables de Boston et les plus puissants des États-Unis.

Après deux film plutôt prometteurs, « Crazy Heart » et « les Brasiers de la colère« , Scott Cooper enchaîne avec la démonstration qu’il a bien assimilé et digéré l’oeuvre de Papa Scorsese. Durant deux heures, il retrace le parcours hors du commun de Whitey Bulger, gangster irlandais de Boston qui parvint à évoluer dans une relative impunité durant des années grâce à sa collaboration avec le FBI dans la lutte contre la mafia italienne. Sur le fond, on y retrouve les thématiques chères à Scorsese dans ses films de « gangsters », la frontière trouble entre le Bien et le Mal, la toute puissance des rois de la pègre et bien sûr la violence. Sur la forme, BO d’époque, direction artistique parfaite, scènes chocs, travellings scorsesiens, rappellent toujours le modèle. Plutôt bien ficelé, le film ne subit aucun temps mort et l’on se régale d’un bout à l’autre des prestations d’acteurs: Johnny Depp évidemment méconnaissable mais aussi Kevin Bacon, Joel Edgerton ou Benedict Cumberbatch, tous parfaits! Une bonne surprise!

TECHNIQUE:

5

Le top! La définition, les couleurs et le contraste sont saisissants!

BONUS:

5

Quand qualité et quantité sont au rendez-vous! On trouve un making of divisé en deux featurettes ainsi qu’un documentaire de plus d’une heure sur le vrai Whitey Bulger!

VERDICT:

4

Un excellent film de gangster dans une édition parfaite!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros dès le 6 avril

Critique Bluray: A Vif !

71C4cDL4UtL._SL1500_.jpg

Titre original Burnt
Réalisation John Wells
Scénario Steven Knight
Sociétés de production 3 Arts Entertainment
Double Feature Films
PeaPie Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie dramatique
Durée 100 minutes
Sortie 4 novembre 2015

LE FILM:

2.5

Plus qu’un grand chef, Adam Jones est une rock star de la cuisine, couronnée par deux étoiles au guide Michelin. Grisé par le succès, arrogant et capricieux, l’enfant terrible de la scène gastronomique parisienne sombre dans l’alcool et la drogue. Quelques années plus tard, il a retrouvé la voie de la sobriété. Entouré de jeunes commis et chefs de parties, il relance un restaurant londonien, déterminé à obtenir le graal de la gastronomie : une troisième étoile. Hanté par les fantômes du passé, le chemin de la rédemption s’annonce plus âpre que prévu.

Les genres du film de danse ou du film de cuisine accouchent rarement de grands films, c’est comme ça sans que l’on sache l’expliquer. « A Vif! » n’est pas désagréable pour autant! Si l’histoire est un peu cousue de fil blanc, le quotidien d’une cuisine d’un grand restaurant est assez bien décrit et le casting Bradley Cooper/Omar Sy/Sienna Miller plutôt convaincant. Autour d’eux, une ribambelle de seconds rôles de choix est là pour faire joli sur l’affiche: Emma Thompson, Uma Thurman ou encore Alicia Vikander! Quoi qu’il en soit, si le film ne restera pas dans les annales, il donne sacrément faim et ravira les fans de Top Chef!

TECHNIQUE:

4

Rien à dire, c’est tout bon!

BONUS:

3.5

On trouve ici un making of, des scènes coupées et une interview de Bradley Cooper, tout ceci un peu promo.

VERDICT:

2.5

Un divertissement culinaire qui ouvre l’appétit!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez M6 VIDEO

 


Welcome Back, le nouveau Cameron Crowe directement sur Netflix! Ca vaut quoi?

560042.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Cameron Crowe
  • Avec :
    Bradley Cooper, Emma Stone, Rachel McAdams…
  • Durée :
    1h44min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : Aloha
  • Distributeur :
    Inédit en salles en France

Un militaire de renom retourne sur les terres où il a connu les plus grands succès de sa carrière. Alors qu’il renoue des liens avec un amour de jeunesse, il tombe contre toute attente sous le charme d’une militaire de l’Air Force qu’on lui a assigné.

Quatre ans après son piteux « Nouveau Départ« , Cameron Crowe revient avec « Welcome back » (Aloha en VO). Véritable bide aux Etats-Unis malgré un casting plutôt vendeur (Bradley Cooper, Emma Stone, Rachel McAdams, Alec Baldwin et Bill Murray!), la Fox décide finalement d’annuler la sortie salles en France! Ce sont les abonnés de Netflix qui auront le privilège de découvrir le film, ce que je me suis empressé de faire!

L’impression est mitigée! La première moitié du film a dû subir des coupes car l’histoire est incompréhensible! On ne comprend que très tard dans le métrage qui est Bill Murray et quel est le rôle de Bradley Cooper, ce qui s’avère gênant pour vraiment entrer dans l’histoire! Quand le brouillard se dissipe un peu, il faut avouer que l’on s’attache aux personnages (Emma Stone a rarement été aussi craquante!) et que Crowe nous gratifie de deux scènes qui sauvent totalement le film, deux scènes sans dialogues où tout passe par le regard. Si l’on sent qu’on retrouve le cinéaste, on se demande quand même à quel point le film a subi des interventions extérieures!

3

Critique bluray: American Sniper

91a9V35947L._SL1500_

  • Date de sortie salles :
    18 février 2015
  • Réalisé par :
    Clint Eastwood
  • Avec :
    Bradley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes…
  • Durée :
    2h14min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : American Sniper
  • Distributeur :
    Warner Bros Pictures France

LE FILM:

4.5

 

 

Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de « La Légende ». Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu’il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l’angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s’imposant ainsi comme l’incarnation vivante de la devise des SEAL : « Pas de quartier ! » Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

Quelques mois après le musical « Jersey Boys« , le géant Clint Eastwood revient pour son 35ème film en tant que réalisateur au « film de guerre ». Il s’intéresse ici à une « légende » américaine, le sniper Chris Kyle, soldat d’élite au « tableau de chasse » hallucinant! On avait tout à craindre d’un tel sujet, certains n’hésitant pas à accuser Eastwood d’avoir fait de la propagande pour l’armée américaine. Certes, le film rend hommage à ces militaires qui sacrifient leur vie, leur intégrité physique et mentale et leur famille pour servir leur patrie. Par contre Eastwood ne glorifie jamais leurs actes et montre surtout les ravages et l’absurdité de la guerre. Pour cela, il nous plonge dans la vie d’un soldat, depuis son enfance, sur le champ de bataille mais aussi à travers sa vie de famille. Pour incarner Kyle, Bradley Cooper confirme tout le bien qu’on pensait de lui lors de ses dernières apparitions avec une prestation vraiment incroyable. Si le film comporte de nombreuses séquences qui laissent des traces, le dénouement serre la gorge par son absurdité et sa cruauté. Clint est toujours là!

TECHNIQUE:

5

 

 

Un sans faute!

BONUS:

3

 

On trouve ici deux documentaires d’une trentaine de minutes en guise de making of un peu redondants mais qui insistent tous les deux sur la performance de Cooper avec des interventions notamment de sa femme.

VERDICT:

4.5

 

Un film de guerre qui fera date!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros

Critique bluray: l’Homme de l’Ouest

919nc5mW3KL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Anthony MANN
  • Avec :
    Gary Cooper, Julie LONDON, Lee J. Cobb…
  • Durée :
    1h40min
  • Année de production :  1958
  • Titre original : MAN OF THE WEST
  • Distributeur :
    ARTISTES ASSOCIES

LE FILM:

4

Après l’attaque du train dans lequel ils voyageaient, Link Jones, une chanteuse, et un commis voyageur tombent aux mains d’une bande de pillards qui les contraignent à participer à l’attaque de la banque d’une ville fantôme.

Tourné en 1958, l’Homme de l’Ouest est l’un des derniers films d’Anthony Mann et certainement l’un de ses meilleurs. Après un début assez léger, quasiment du registre de la comédie avec le personnage de Link Jones qui semble prendre le train pour la première fois, le film vire très vite au western sombre et violent, voire quasiment shakespearien tant les fantômes du passé semblent hanter le cowboy incarné par un Gary Cooper fatigué et malade (il mourra trois ans plus tard). Par certains côtés, l’Homme de l’ouest rappelle le western spaghetti avec ses gros plans sur les visages, ces méchants à trogne et sa violence baroque. Resteront en mémoire un spectaculaire duel au poing  et le strip-tease forcé de Julie London.

Un classique!

TECHNIQUE:

 4

Une copie au format scope retrouvé avec des couleurs ressucitées, une définition au cordeau malgré quelques défauts épars.

BONUS:

3.5

On trouve ici un court documentaire sur la carrière de Mann, la lecture d’un article consacré à Mann par Godard dans les Cahiers et un sujet dans lequel Tavernier et Rissient donnent leur analyse du film.

VERDICT:

4

Un classique du western dans une belle édition!

Disponible en bluray (20 euros) chez Carlotta Films dès le 8 octobre