Critique Bluray: La Mule

61sMFzRQcJL._SL1000_

Titre original The Mule
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Nick Schenk
Acteurs principaux
Sociétés de production Malpaso Productions
Warner Bros.
Imperative Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame biographique
Durée 116 minutes
Sortie 23 janvier 2018

LE FILM:

5

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain…

Il y a seulement quelques mois, Clint Eastwood réalisateur nous gratifiait de l’un de ses plus mauvais films que l’on priait qu’il ne soit pas le dernier, à 88 ans, « le 15h17 pour Paris« ! Heureusement non, le revoilà également devant la caméra, dix ans après « Gran Torino »! Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Eastwood ne se lance pas dans le film animalier mais dans l’histoire d’une mule, un passeur de drogue, mais d’un genre un peu différent! Inspiré d’une histoire vraie, le nouveau film d’Eastwood met en scène Earl Stone, un octogénaire qu’internet vient de ruiner. Rejeté par sa famille qu’il a négligée toute sa vie, il accepte de convoyer des sacs, dans un premier temps non identifiés, en échange de grosses sommes d’argent. Quand il s’apercevra de la nature des marchandises qu’il transporte, il continuera malgré tout. Dans le même temps un agent de la DEA entreprend de faire le coup de filet de sa vie. A côté de ses activités illicites, il tente de renouer les liens avec sa famille avant qu’il ne soit trop tard. Si Eastwood a souvent joué avec son âge, il apparaît pour la première fois tel qu’il est, un homme de bientôt 90 ans, avec une démarche et des mains qui ne trompent pas. Si son physique ne fait pas le poids à côté des chicanos qu’il fréquente, son esprit lui, tient largement la distance et il en joue, force répliques cinglantes comme lorsqu’il conseille à l’un de ses « employeurs » qui en a plein le cul de lui d’ »aller chez le proctologue »! Son aventure picaresque où chacun de ses « voyages » lui fait battre de nouveaux records est souvent drôle, toujours prenante alors que l’on sent l’étau se resserrer mais l’issue du périple d’Earl Stone est pleine d’émotion, résonnant comme un chant du cygne pour l’un des derniers géants d’Hollywood! Bravo!

TECHNIQUE:

4.5

Impeccable!

BONUS:

2.5

Outre un clip de la chanson du générique, on trouve un court making of d’une dizaine de minutes sans grand intérêt.

VERDICT:

4.5

Une édition minimaliste pour l’un des grands films d’Eastwood!

Disponible en DVD, bluray et bluray 4K chez Warner Bros

Publicités

Critique: La Mule

4909441.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Mule
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Nick Schenk
Acteurs principaux
Sociétés de production Malpaso Productions
Warner Bros.
Imperative Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame biographique
Durée 116 minutes
Sortie 23 janvier 2018

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain…

Il y a seulement quelques mois, Clint Eastwood réalisateur nous gratifiait de l’un de ses plus mauvais films que l’on priait qu’il ne soit pas le dernier, à 88 ans, « le 15h17 pour Paris« ! Heureusement non, le revoilà également devant la caméra, dix ans après « Gran Torino »! Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Eastwood ne se lance pas dans le film animalier mais dans l’histoire d’une mule, un passeur de drogue, mais d’un genre un peu différent! Inspiré d’une histoire vraie, le nouveau film d’Eastwood met en scène Earl Stone, un octogénaire qu’internet vient de ruiner. Rejeté par sa famille qu’il a négligée toute sa vie, il accepte de convoyer des sacs, dans un premier temps non identifiés, en échange de grosses sommes d’argent. Quand il s’apercevra de la nature des marchandises qu’il transporte, il continuera malgré tout. Dans le même temps un agent de la DEA entreprend de faire le coup de filet de sa vie. A côté de ses activités illicites, il tente de renouer les liens avec sa famille avant qu’il ne soit trop tard. Si Eastwood a souvent joué avec son âge, il apparaît pour la première fois tel qu’il est, un homme de bientôt 90 ans, avec une démarche et des mains qui ne trompent pas. Si son physique ne fait pas le poids à côté des chicanos qu’il fréquente, son esprit lui, tient largement la distance et il en joue, force répliques cinglantes comme lorsqu’il conseille à l’un de ses « employeurs » qui en a plein le cul de lui d' »aller chez le proctologue »! Son aventure picaresque où chacun de ses « voyages » lui fait battre de nouveaux records est souvent drôle, toujours prenante alors que l’on sent l’étau se resserrer mais l’issue du périple d’Earl Stone est pleine d’émotion, résonnant comme un chant du cygne pour l’un des derniers géants d’Hollywood! Bravo!

5

Critique Bluray: Le 15h17 pour Paris

510E4KMUazL.jpg

Titre original The 15:17 to Paris
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Dorothy Blyskal
Acteurs principaux
Sociétés de production Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame biographie
Durée 94 minutes
Sortie 7 Février 2018

LE FILM:

2

Dans la soirée du 21 août 2015, le monde, sidéré, apprend qu’un attentat a été déjoué à bord du Thalys 9364 à destination de Paris. Une attaque évitée de justesse grâce à trois Américains qui voyageaient en Europe. Le film s’attache à leur parcours et revient sur la série d’événements improbables qui les ont amenés à se retrouver à bord de ce train. Tout au long de cette terrible épreuve, leur amitié est restée inébranlable. Une amitié d’une force inouïe qui leur a permis de sauver la vie des 500 passagers…

Après « Sully » ou « American Sniper », Clint Eastwood continue de raconter l’héroïsme de ses compatriotes. Cette fois-ci il se penche sur l’histoire de ces trois amis qui ont empêché le carnage annoncé dans un train Thalys entre Amsterdam et Paris en 2015. Si Greengrass avait raconté avec beaucoup de puissance ce qui s’était passé dans l’un des avions du 11 septembre, Eastwood s’attaque à un évènement qui fut très bref, rendant impossible de le relater sur 90 minutes. Il choisit donc de brosser le portrait des trois principaux protagonistes, depuis l’enfance jusqu’au « drame »!  Son but, montrer comment des hommes ordinaires peuvent devenir des héros. Le problème est qu’Eastwood ne nous donne jamais la réponse, si ce n’est de vagues motivations religieuses. Nous assistons donc durant les 3/4 du film à la jeunesse des héros et leur balade en Europe, entre restos et boîtes de nuit, ce qui ne présente malheureusement pas grand intérêt!

La bonne idée du film est d’avoir donné aux vrais protagonistes la possibilité d’interpréter leur propre rôle et aussi de nous montrer exactement comment se sont déroulés les faits. Ca ne fait toutefois pas de ce 15H17 une réussite….

TECHNIQUE:

4.5

Une copie aussi brillante niveau image que son!

BONUS:

1.5

On trouve ici un court making of ainsi que l’interview des protagonistes du « drame » qui reviennent sur les évènements.

VERDICT:

2

Pour une fois, Eastwood manque un peu sa cible, dommage…

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Warner Bros

 

Critique Bluray: Sully

61ix5r6FwvL._SL1000_.jpg

Réalisation Clint Eastwood
Scénario Todd Komarnicki
Acteurs principaux
Sociétés de production Flashlight Films
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre biographie
Durée 96 minutes
Sortie 30 novembre 2016

LE FILM:

4.5

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009. 
Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

A 86 ans, Clint Eastwood réalise son 35ème film et semble dans une forme olympique. Avec Sully, il relate l’histoire incroyable du Commandant Sullenberger qui, avec deux moteurs en panne, parvint à poser son avion et ses 155 passagers sur l’Hudson! Avec cette histoire insensée, Eastwood a de nouveau l’occasion de nous montrer un héros américain et de retrouver les thématiques qui lui sont chères comme le traumatisme ou l’affrontement d’un homme contre le système. Comment captiver le public pendant 90 minutes avec une histoire connue qui s’est déroulée le temps de 4 minutes? Eastwood s’appuie sur un scénario millimétré et une mise en scène d’une précision d’horloger. S’il nous montre les images de l’incident à de multiples reprises, à travers des flashbacks illustrant les souvenirs de Sully, il nous apporte à chaque fois des éléments nouveaux et parvient à nous passionner pour le sort de certains passagers. Si le film est si fort et impressionnant, c’est aussi évidemment grâce à l’interprétation toute en finesse de Monsieur Tom Hanks!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait!

BONUS:

3.5

On trouve ici trois documentaires sur les faits réels, sur le vrai Sully ainsi que sur le tournage pour une durée totale d’une heure!

VERDICT:

4.5

Eastwood en grande forme!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros

 

Critique: Sully

425022.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Clint Eastwood
Scénario Todd Komarnicki
Acteurs principaux
Sociétés de production Flashlight Films
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre biographie
Durée 96 minutes
Sortie 30 novembre 2016

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009. 
Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

A 86 ans, Clint Eastwood réalise son 35ème film et semble dans une forme olympique. Avec Sully, il relate l’histoire incroyable du Commandant Sullenberger qui, avec deux moteurs en panne, parvint à poser son avion et ses 155 passagers sur l’Hudson! Avec cette histoire insensée, Eastwood a de nouveau l’occasion de nous montrer un héros américain et de retrouver les thématiques qui lui sont chères comme le traumatisme ou l’affrontement d’un homme contre le système. Comment captiver le public pendant 90 minutes avec une histoire connue qui s’est déroulée le temps de 4 minutes? Eastwood s’appuie sur un scénario millimétré et une mise en scène d’une précision d’horloger. S’il nous montre les images de l’incident à de multiples reprises, à travers des flashbacks illustrant les souvenirs de Sully, il nous apporte à chaque fois des éléments nouveaux et parvient à nous passionner pour le sort de certains passagers. Si le film est si fort et impressionnant, c’est aussi évidemment grâce à l’interprétation toute en finesse de Monsieur Tom Hanks!

4.5

 

Critique bluray: American Sniper

91a9V35947L._SL1500_

  • Date de sortie salles :
    18 février 2015
  • Réalisé par :
    Clint Eastwood
  • Avec :
    Bradley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes…
  • Durée :
    2h14min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : American Sniper
  • Distributeur :
    Warner Bros Pictures France

LE FILM:

4.5

 

 

Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de « La Légende ». Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu’il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l’angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s’imposant ainsi comme l’incarnation vivante de la devise des SEAL : « Pas de quartier ! » Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

Quelques mois après le musical « Jersey Boys« , le géant Clint Eastwood revient pour son 35ème film en tant que réalisateur au « film de guerre ». Il s’intéresse ici à une « légende » américaine, le sniper Chris Kyle, soldat d’élite au « tableau de chasse » hallucinant! On avait tout à craindre d’un tel sujet, certains n’hésitant pas à accuser Eastwood d’avoir fait de la propagande pour l’armée américaine. Certes, le film rend hommage à ces militaires qui sacrifient leur vie, leur intégrité physique et mentale et leur famille pour servir leur patrie. Par contre Eastwood ne glorifie jamais leurs actes et montre surtout les ravages et l’absurdité de la guerre. Pour cela, il nous plonge dans la vie d’un soldat, depuis son enfance, sur le champ de bataille mais aussi à travers sa vie de famille. Pour incarner Kyle, Bradley Cooper confirme tout le bien qu’on pensait de lui lors de ses dernières apparitions avec une prestation vraiment incroyable. Si le film comporte de nombreuses séquences qui laissent des traces, le dénouement serre la gorge par son absurdité et sa cruauté. Clint est toujours là!

TECHNIQUE:

5

 

 

Un sans faute!

BONUS:

3

 

On trouve ici deux documentaires d’une trentaine de minutes en guise de making of un peu redondants mais qui insistent tous les deux sur la performance de Cooper avec des interventions notamment de sa femme.

VERDICT:

4.5

 

Un film de guerre qui fera date!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros

Critique Bluray: Sur la route de Madison

71Wo+Pr0jtL._SL1383_

  • Date de sortie :
    06 septembre 1995
  • Réalisé par :
    Clint Eastwood
  • Avec :
    Clint Eastwood, Meryl Streep, Annie Corley…
  • Durée :
    2h15min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  1994
  • Titre original : THE BRIDGES OF MADISON COUNTY
  • Distributeur :
    Warner Bros

LE FILM:

4.5

La vie de Francesca, femme discrète et effacée, se réduit aux tâches ménagères de la ferme. Alors que son mari et ses enfants sont partis pour quatre jours, elle fait la rencontre inattendue de Robert Kincaid, photographe de passage. Leur relation, faite de respect et de délicatesse, se mue en amour passionné. Pendant quatre jours, Francesca est une autre femme, trouvant enfin son épanouissement auprès de cet homme qui sait la comprendre et la faire rêver…

L’intérêt de Clint Eastwood pour l’adaptation d’un roman à l’eau de rose pouvait surprendre ses fans! A la sortie du film, ils pouvaient être rassurés: le mélodrame ficelé par le Maître est l’un des plus beaux films sur l’Amour qu’il nous ait été donné de voir. Tout en subtilité, Eastwood nous brosse le portrait d’une femme dont la vie entière est dévouée à sa famille, un mari peu prévenant et deux enfants peu reconnaissants, qui mit sa vie entre parenthèse depuis des années. Et ce, jusqu’à cette parenthèse enchantée, 4 jours au cours desquels elle se retrouve seule dans sa maison, alors qu’elle fait la connaissance d’un photographe solitaire qui saura lui fait prendre conscience qu’elle est encore vivante. Délicatement mis en scène, sur la Route de Madison, offre au public la plus belle démonstration d’une passion naissante, dans une Amérique où la femme est réduite au rôle de maîtresse de maison et où la moindre incartade amoureuse est sévèrement réprimée. Eastwood ne souligne rien et se contente d’effleurer son sujet avec une grande douceur, pour faire naître l’émotion sans artifice. Le plus bel exemple reste cette scène dans laquelle, alors qu’elle téléphone, Francesca réajuste le col de chemise de Robert, puis finit par lui caresser l’épaule. Sur la route de Madison est une histoire d’Amour déchirante portée par deux comédiens dans leurs plus beaux rôles!

TECHNIQUE:

4.5

Splendide!

BONUS:

3.5

Outre un clip, on trouve un intéressant documentaire dans lequel l’équipe revient sur le tournage ainsi qu’un petit livret!

VERDICT:

4.5

Indispensable, tout simplement!

Disponible en combo bluray/dvd (19.99 euros) chez Warner Bros