Critique Bluray: Chappie

81EJ5+u0tYL._SL1488_

  • Date de sortie salles :
    04 mars 2015
  • Réalisé par :
    Neill Blomkamp
  • Avec :
    Sharlto Copley, Dev Patel, Ninja…
  • Durée :
    1h54min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : Chappie
  • Distributeur :
    Sony Pictures Releasing France

LE FILM:

2

Dans un futur proche, la population, opprimée par une police entièrement robotisée, commence à se rebeller. Chappie, l’un de ces droïdes policiers, est kidnappé. Reprogrammé, il devient le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Mais des forces puissantes, destructrices, considèrent Chappie comme un danger pour l’humanité et l’ordre établi. Elles vont tout faire pour maintenir le statu quo et s’assurer qu’il soit le premier, et le dernier, de son espèce.

Après le très prometteur « District 9 », on attendait beaucoup du Sud-Africain Neil Blomkamp! La déception fut grande avec le balourd « Elysium » et l’on attend d’autant plus de ce « Chappie ». Malheureusement, on ne retrouve toujours pas le talent entrevu lors du premier opus. Blomkamp tente ici un retour aux sources en situant son action en Afrique du Sud mais semble perdu entre les standards hollywoodiens et l’underground! Le film peine à trouver un ton, un style, à la fois ultra-violent et cucul la praline et surtout croule sous ses sources d’inspiration: on pense inévitablement à A.I. et bien sûr à Robocop. Côté interprétation, la bonne idée est d’avoir confié le rôle du méchant à Hugh Jackman; Sigourney Weaver, elle, cachetonne comme dans « Elysium » et le duo de rockers sud-africains fait peine à voir! Ca passe le temps mais bon…

TECHNIQUE:

4.5

Un bluray de démo!

BONUS:

5

Scènes coupées, interviews, galerie photos et long making of, que demander de plus?

VERDICT:

2.5

Blomkamp déçoit encore mais l’édition est parfaite!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Sony Pictures Entertainment

CRITIQUE: ELYSIUM

elysium_ver2_portrait_w532

En 2154, il existe deux catégories de personnes : ceux très riches, qui vivent sur la parfaite station spatiale crée par les hommes appelée Elysium, et les autres, ceux qui vivent sur la Terre devenue surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d’échapper aux crimes et à la pauvreté qui ne cessent de ne propager. Max, un homme ordinaire pour qui rejoindre Elysium est plus que vital, est la seule personne ayant une chance de rétablir l’égalité entre ces deux mondes. Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, il hésite à prendre part à cette mission des plus dangereuses –  s’élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées – mais s’il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre…

Après des débuts encourageants avec District 9, Neil Blomkamp livre son deuxième film de science-fiction sous la houlette cette fois de Sony. Grande était la crainte de voir une fois de plus un talent disparaître sous le poids d’une grosse machine; maheureusement c’est encore le cas ici. Si l’on ne peut reprocher grand chose à la mise en scène du jeune cinéaste, le film est victime d’un scénario beaucoup trop hollywoodien, dans le mauvais sens du terme. Avec ces riches vivant sur Elysium, Beverly Hills de l’espace, bien habillés parlant anglais et ces pauvres, sur Terre, entassés les uns sur les autres, sales, malades et parlant espagnol et ces méchants très très méchants, le manichéisme ne pose aucun problème à Blomkamp. Si l’on rajoute par-dessus un bon chantage émotionnel avec une petite condamnée par un cancer que le héros doit sauver, une Jodie Foster économe de son talent autant que des choix de carrière pertinents depuis 15 ans, et un happy end trop beau pour être honnête, on obtient une preuve de plus que les blockbusters de qualité sont rares!

NOTE: 4/10