CRITIQUE: LA GUERRE EST DECLAREE

Quand Romeo et Juliette se rencontrent, ils se plaisent tout de suite. Ils croient d’abord à une blague puis se disent qu’un couple tel que le leur ne peut que souffrir. Et puis ils n’y pensent plus et vivent le bonheur. Ce bonheur, ils vont le concrétiser en donnant naissance au petit Adam et bien qu’il pleure beaucoup, ils se disent après tout que « les bébés, ça pleure ». Mais alors que plusieurs facteurs les alertent, le verdict tombe: Adam a une tumeur au cerveau. Que faire? Se laisser abattre? Non! La guerre est déclarée!

Valérie Donzelli, pour son deuxième film après « la reine des pommes », traite d’un sujet qui lui est cher puisqu’il s’agit de son histoire et celle de Jérémie Elkaïm et de leur fils, l’histoire du combat qu’ils ont mené et remporté contre sa maladie. Ils ont donc décidé de partager cette douloureuse expérience en écrivant tous les deux le scénario et en l’interprétant tout en étant derrière la caméra, pour Valérie.

On pouvait craindre le pire d’un tel sujet, si lourd et si propice à sombrer dans le pathos! Que nenni! Dès le début du film, on comprend que l’issue n’est pas fatale, otant toute idée de suspense malvenu et malsain. Puis l’on suit cette histoire plutôt pleine d’énergie et de vie; certes les plus sensibles (dont je fais partie!) laisseront échapper quelques larmes mais Valérie Donzelli ne cherche jamais, et c’est son plus grand mérite, à nous les arracher. C’est uniquement grâce à son récit et à l’empathie que l’on ressent pour ce couple si attachant que l’émotion affleure. Sur la forme, le film est jubilatoire tant les trouvailles de mise en scène se multiplient et la bande originale, naviguant de Vivaldi à Bach en passant par Delerue, Morricone ou Yuksek, est une succession de petits bijoux! En tout cas même si Romeo et Juliette en sortent « détruits mais plus solides », moi j’en suis sorti heureux!

Publicités

2 réflexions sur “CRITIQUE: LA GUERRE EST DECLAREE

  1. Ce film prend vraiment aux tripes et à la gorge on ne peut que s’incliner devant une telle force. Seule bémol à mon sens : le jeu de Jérémie Elkaïm qui par moment est limite à côté.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s