Critique: Irréprochable

002350.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Sébastien Marnier
Scénario Sébastien Marnier
Acteurs principaux
Sociétés de production Avenue B Productions
Orange studio
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Thriller
Durée 103 minutes
Sortie 6 juillet 2016

Sans emploi depuis un an, Constance revient dans sa ville natale quand elle apprend qu’un poste se libère dans l’agence immobilière où elle a démarré sa carrière, mais son ancien patron lui préfère une autre candidate plus jeune. Constance est alors prête à tout pour récupérer la place qu’elle estime être la sienne.

Parfois l’été cinématographique réserve, au milieu d’une masse de blockbusters, quelques jolies surprises pour les audacieux qui sauront éviter les facilités. En ce mois de juillet, la surprise du chef vient de ce premier film de Sébastien Marnier, « Irréprochable » qui porte vraiment bien son titre tant ce coup d’essai est réussi. Entre le drame social et le thriller psychologique, le film navigue habilement grâce tout d’abord à un scénario finement ciselé et non dépourvu de surprises. La mise en scène de Sébastien  Marnier se montre quant à elle d’une étonnante maîtrise pour un premier long et si l’on pense inévitablement à Hitchcock ou Polanski avec ce personnage féminin énigmatique, les maîtres ne sont jamais singés mais ont juste nourri le disciple. Côté interprétation, Marina Foïs offre sa plus belle performance avec ce personnage tout à la fois attachant, émouvant qu’inquiétant. Pour finir, Zombie Zombie nous offre une bande originale électro totalement en osmose avec le projet et qui n’est pas sans évoquer les musiques de John Carpenter. Bref, la surprise de ce début d’été et pourquoi pas de l’année!

4.5

 

CRITIQUE: MAIN DANS LA MAIN

20349906_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Quand Hélène Marchal et Joachim Fox se rencontrent, ils ont chacun des vies bien différentes. Hélène dirige la prestigieuse école de danse de l’Opéra Garnier, Joachim, lui, est employé d’un miroitier de province.
Mais une force étrange les unit. Au point que, sans qu’ils puissent comprendre ni comment, ni pourquoi, ils ne peuvent plus se séparer…

Troisième long métrage de Valérie Donzelli après une fantaisie assez moyenne « la Reine des Pommes » et le très beau « la Guerre est déclarée », succès critique et public, l’attente était forte sur ce nouveau film « Main dans la main ». Tourné avec la même équipe réduite que le précédent film à laquelle s’ajoute Valérie Lemercier, ce « Main dans la main » est plutôt de la veine de « la Reine des pommes »! Sur un postulat un peu loufoque, deux êtres se rencontrent (Elkaïm et Lemercier) et se retrouvent de façon inexpliquée condamnés à se suivre et faire les mêmes gestes, Donzelli fait donc de son film une espèce de farce assez absurde, qui ne parvient pas à être drôle. D’autant que, à ma moitié du film, elle laisse tomber le procédé de façon aussi inexpliquée que son apparition pour tomber dans quelque chose de plus mélancolique.

Ce flou se ressent également au niveau de l’interprétation, tant Valérie Lemercier, au potentiel comique bien connu, semble tout le long avoir le cul entre deux chaises! Même si Valérie Donzelli tente de réunir les mêmes recettes qui ont fait le succès de son précédent film (même équipe technique, même choix musicaux avec un peu de pop, de classique et de Morricone, mêmes interprètes…), il manque à ce « main dans la main » un vrai sujet ( maisque veut nous dire exactement la réalisatrice ?), un vrai choix dans le traitement de son sujet mais surtout une flamme, celle qui transpirait de chaque image de « la Guerre est Déclarée »!

Grosse déception malgré le fort capital sympathie du duo!

NOTE: 3/10