Critique Bluray: Aquarius

816CQ5zKDSL._SL1500_.jpg

Réalisation Kleber Mendonça Filho
Scénario Kleber Mendonça Filho
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau de la France France
Genre drame
Sortie 28 septembre 2016

LE FILM:

4.5

Clara, la soixantaine, ancienne critique musicale, est née dans un milieu bourgeois de Recife, au Brésil. Elle vit dans un immeuble singulier, l’Aquarius construit dans les années 40, sur la très huppée Avenida Boa Viagem qui longe l’océan. Un important promoteur a racheté tous les appartements mais elle, se refuse à vendre le sien. Elle va rentrer en guerre froide avec la société immobilière qui la harcèle. Très perturbée par cette tension, elle repense à sa vie, son passé, ceux qu’elle aime.

Quatre ans après « Les bruits de Recife », « Aquarius » est le second long métrage du Brésilien Kleber Mendonça Fiho, présenté lors du dernier Festival de Cannes. S’il est reparti bredouille, le film a enchanté la Croisette.

Aquarius, c’est le nom de la résidence qu’habite Clara, ancienne critique musicale de 60 ans. Cette résidence, elle est la dernière à y vivre, tous les appartements ayant été rachetés par un promoteur immobilier, mais telle un irréductible Gaulois, elle refuse de quitter son domicile face aux spéculateurs. A travers trois chapitres, « les Cheveux de Clara », « l’Amour de Clara » et « le Cancer de Clara », « Aquarius » brosse le portrait d’une femme en lutte, une femme forte, sur une quarantaine d’années (le film débute en 1980) avec en toile de fond un regard acerbe sur l’évolution de la Société brésilienne, la corruption ambiante et le libéralisme sauvage. Malgré la richesse tout bonnement hallucinante du film (chronique familiale, portrait de femme, critique sociale, une touche de fantastique…), le film se déroule avec une simplicité, une intelligence et sur un rythme toujours soutenu qui font passer ces 2h30 comme un éclair (tout le contraire de Toni Erdmann!). Comment passer sous silence l’interprétation toute en nuance de la magique Sonia Braga, grande dame du Cinéma brésilien. Drôle, passionnant, inquiétant, émouvant, « Aquarius » est grand comme la vie, l’un des films majeurs de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait à tous les niveaux!

BONUS:

3.5

On trouve ici une interview d’un spécialiste du Cinéma brésilien ainsi qu’un court-métrage, « Vinyl Verde », à base de photos.

VERDICT:

4.5

LE grand film de 2016, forcément indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez BLAQOUT dès le 9 mars

 

Publicités

Critique DVD: Ma meilleure amie

71wH2Fs5AFL._SL1181_.jpg

Titre original Miss You Already
Réalisation Catherine Hardwicke
Scénario Morwenna Banks
Sociétés de production New Sparta Films
S Films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

LE FILM:

3.5

Milly et Jess sont meilleures amies depuis leur plus tendre enfance. Elles ont absolument tout partagé jusqu à l’âge adulte : secrets, vêtements, fous rires, expériences, petits amis… Milly a désormais un poste à forte responsabilité et habite dans une superbe maison avec son mari Kit et leurs deux enfants. Quant à Jess, elle vit avec Jago sur une péniche et songe à fonder une famille. Néanmoins, leur amitié est restée solide comme un roc. Jusqu’à ce qu’un évènement bouleverse leur vie à jamais…

Si vous aimez pleurer devant un film, vous avez fait le bon choix! La narratrice, Jess, nous raconte la formidable histoire d’amitié qu’elle partage depuis sa plus tendre enfance avec Milly, malheureusement mise en péril par le cancer! Attention, Catherine Hardwicke n’a pas peur de souvent flirter avec le pathos en ne nous épargnant rien du terrible quotidien de Milly, entre tonte des cheveux, vomissements et mastectomie! Toutefois, les deux personnages féminins, de par leur nature, apportent fraîcheur et folie au tout et finissent par nous emmener! L’épilogue du film véhicule même un message plutôt optimiste et revigorant! N’oubliez pas les kleenex!

TECHNIQUE:

4

Rien à signaler!

BONUS:

Rien à signaler non plus, malheureusement…

VERDICT:

3.5

N’oubliez pas les mouchoirs!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez FranceTV distribution

Critique Dvd: Free Love

61FfQui3DCL._SL1000_.jpg

Titre original Freeheld
Réalisation Peter Sollett
Scénario Ron Nyswaner
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 10 février 2016

LE FILM:

3

Années 2000. Laurel, est une brillante inspecteur du New Jersey. Sa vie bascule le jour où elle rencontre la jeune Stacie. Leur nouvelle vie s’effondre quand Laurel découvre qu’elle est atteinte d’un cancer en phase terminale. Laurel a un dernier souhait : elle veut que sa pension revienne à la femme qu’elle aime, mais la hiérarchie policière refuse catégoriquement. Laurel et Stacie vont se battre jusqu’au bout pour faire triompher leurs droits.

Free Love s’inspire de l’histoire du combat mené par Laurel Hester, officier de police condamnée par un cancer et sa compagne, Stacie Andree pour obtenir le versement de la pension due aux veufs. Aucune surprise à voir Ron Nyswaner, scénariste de « Philadelphia » derrière l’écriture de ce film tant les deux oeuvres ont la même portée militante. C’est d’ailleurs le principal intérêt du film qui, cinématographiquement parlant, ne brille pas d’une grande originalité, ni d’une grande finesse, cédant souvent aux facilités du genre. Mais l’importance du sujet, la lutte contre les discriminations et pour l’égalité, emporte tout de même l’adhésion. Quant à la magnifique interprétation du duo Julianne Moore/Ellen Page, joliment accompagnées de Michael Shannon en équipier modèle et Steve Carrell en avocat gay, elle finit de convaincre les petits coeurs sensibles comme le mien!

TECHNIQUE:

4

Aucun souci même si le film lui-même n’incite pas aux démonstrations techniques.

BONUS:

Aucun bonus, pas même une bande annonce!

VERDICT:

3

Un film important à défaut d’être un grand film…

Disponible en DVD (19.99 euros) dès le 14 juin chez ORANGE STUDIO


Critique: Nos Etoiles Contraires

218720.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Josh Boone
  • Avec :
    Shailene Woodley, Ansel Elgort, Nat Wolff…
  • Durée :
    2h
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : The Fault in Our Stars
  • Distributeur :
    20th Century Fox

Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Le mélodrame est un genre ô combien casse-gueule! On y va parce qu’on aime bien se faire titiller les glandes lacrymales mais en même temps, on est vite dérangé par un excès de violons ou un peu trop de pathos. Le pitch du film, la rencontre de deux ados dans un groupe de soutien pour cancéreux,  laisse évidemment craindre le pire. Du tragique, il y en a à revendre, quelques facilités scénaristiques aussi et cette adaptation d’un best-seller joue avec les limites à de nombreuses reprises notamment lors d’une dernière demi-heure difficile pour les âmes sensibles comme moi! Oui, j’assume ma part féminine, cela me rend d’autant plus sexy (c’est Biba qui le dit!).

Toutefois, et c’est grâce à ça que ça marche, le duo Shailene Woodley/ Ansel Elgort fonctionne à merveille, avec une mention spéciale à l’actrice qui sait nous faire chialer comme personne depuis The Descendants! Et bien qu’à priori à se flinguer, cette histoire véhicule un message tellement positif qu’on sort de là tout requinqué! En se barrant avant que la lumière se rallume quand même parce qu’il y a plein de filles dans la salle et qu’on a quand même un peu de dignité!

NOTE: 7.5/10

BREAKING BAD: L’INTEGRALE ENFIN DISPONIBLE

8150HKEfL8L._SL1500_

Walter White, 50 ans, est professeur de chimie dans un lycée du Nouveau-Mexique. Son quotidien est bouleversé lorsqu’il apprend qu’il est atteint d’un cancer des poumons incurable. Plus qu’une seule solution pour mettre sa famille à l’abri du besoin : fabriquer et vendre une drogue de synthèse. Commence alors une longue descente aux enfers…

Créée par Vince Gilligan pour la chaîne américaine AMC, la série Breaking Bad, composée de 62 épisodes sur 5 saisons, est sans conteste l’une des plus grandes séries de tous les temps. A l’instar de Dexter, elle nous conte les aventures d’un anti-héros. Si au premier abord on ne peut qu’être dans l’empathie pour ce professeur, père d’un enfant handicapé et atteint d’un cancer mortel, le personnage de Walter White (génial Bryan Cranston) va évoluer, laissant place à son côté sombre. Du simple homme désespéré un peu poissard, il va devenir manipulateur et mégalo et perdre complètement la raison. Et la richesse de ses personnages c’est l’une des grandes forces de cette série, qui ne néglige aucun de ses protagonistes, de Pinkman, le jeune associé, à Hank le beau-frère agent de la DEA, en passant par la femme Skylar.

Non seulement chaque épisode contient son lot de rebondissements (on ne peut compter le nombre de twists tout au long des 5 saisons) mais la forme même des épisodes change à chaque fois. S’il y a toujours un pré-générique, il peut très bien durer moins d’une minute comme sept ou huit; s’il est toujours énigmatique, comme une pièce de puzzle, ce pré-générique peut trouver son sens dans l’épisode, comme dans la saison ou même dans une autre saison! Enfin, l’autre force de Breaking Bad, c’est sa faculté à user de tous les registres: saga familiale, thriller, comédie, polar, et ce, avec un talent égal!

Si vous ne connaissez pas Breaking Bad, il est alors indispensable de mettre le doigt dans l’engrenage!

NOTE: 10/10

CRITIQUE BLU-RAY: LE DERNIER RITE

LE FILM: 7/10

Pour faire des économies, Sara et Peter Campbell décident de s’installer plus près de l’hôpital où Matt, leur fils adolescent atteint d’un cancer, participe à un traitement expérimental. Dès les premiers jours dans la vieille demeure qu’ils ont louée, ce dernier est victime d’hallucinations effrayantes. Les Campbell apprennent bientôt qu’ils se sont installés dans un ancien salon funéraire dont le propriétaire conduisait des séances de spiritisme. Tandis que le nombre de manifestations va croissant, la santé de Matt décline. Désemparé, l’adolescent prend contact avec le révérend Popescu…

Disons-le tout de suite, je n’attendais pas grand-chose de cette énième histoire de fantômes à sortir chez nous sans passer par la case « salles », avec une jaquette qu’on a l’impression d’avoir déjà vue et un titre français surfant sur la vague des films avec le mot « rite » dans le titre (rien à voir avec le titre original « a haunting in the Connecticut »!).

Et bien la surprise est d’autant plus grande! Non que le film soit d’une originalité folle mais il est plutôt bien ficelé et réalisé avec un certain savoir-faire! Bénéficiant d’une caution « inspiré de faits réels », le film démarre assez vite et se révèle très prenant dès le début du film avec la présentation de cette famille frappée par la maladie. Le casting est plutôt réussi avec la mère incarnée par la revenante Virginia Madsen et le jeune ado, vraiment parfait, Kyle Gallner et le décor de la maison parfaitement exploité fait vraiment froid dans le dos. Quant au scénario, il est suffisamment dense et ménage assez de surprises pour nous tenir en haleine tout au long du film!  Certes, le réalisateur use et abuse des jumpscares mais après tout, on aime bien sursauter! Et il y a une morale: ne jamais emménager dans un salon mortuaire!

Techniquement, c’est un blu-ray, comme souvent chez Metropolitan, techniquement irréprochable avec une image éclatante de beauté et un son ultra-prenant qui vous mettra bien les chocottes comme il faut! (ça se dit encore les chocottes ?)

LES BONUS: 9/10

Outre les bandes annonces traditionnelles, c’est du costaud! Le blu-ray nous propose un making-of intéressant, un documentaire sur les faits qui ont inspiré le film en 2 parties (40 mins), un sujet sur la possession, un sujet sur la photographie post-mortem (hhhmmmm!) et 6 scènes coupées avec commentaire du réalisateur en option!

VERDICT: 8/10

Un excellent investissement pour les amateurs de frisson!

Découvrez aussi plein d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Film d’horreur ainsi que la catégorie meilleurs films

Disponible en DVD (16,99 euros) et Blu-ray (19,99 euros) chez Metropolitan Filmexport


JEU CONCOURS: 5 DVD DE « LA GUERRE EST DECLAREE » A GAGNER (JEU TERMINE)

A l’occasion de la sortie en DVD et Blu-Ray de « la Guerre est déclarée », CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous faire gagner 5 DVD du film. CA Y EST! LES 5 GAGNANTS ONT RECU UN MAIL ET AURONT LEUR DVD DANS QUELQUES JOURS!