Critique Bluray: Aquarius

816CQ5zKDSL._SL1500_.jpg

Réalisation Kleber Mendonça Filho
Scénario Kleber Mendonça Filho
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau de la France France
Genre drame
Sortie 28 septembre 2016

LE FILM:

4.5

Clara, la soixantaine, ancienne critique musicale, est née dans un milieu bourgeois de Recife, au Brésil. Elle vit dans un immeuble singulier, l’Aquarius construit dans les années 40, sur la très huppée Avenida Boa Viagem qui longe l’océan. Un important promoteur a racheté tous les appartements mais elle, se refuse à vendre le sien. Elle va rentrer en guerre froide avec la société immobilière qui la harcèle. Très perturbée par cette tension, elle repense à sa vie, son passé, ceux qu’elle aime.

Quatre ans après « Les bruits de Recife », « Aquarius » est le second long métrage du Brésilien Kleber Mendonça Fiho, présenté lors du dernier Festival de Cannes. S’il est reparti bredouille, le film a enchanté la Croisette.

Aquarius, c’est le nom de la résidence qu’habite Clara, ancienne critique musicale de 60 ans. Cette résidence, elle est la dernière à y vivre, tous les appartements ayant été rachetés par un promoteur immobilier, mais telle un irréductible Gaulois, elle refuse de quitter son domicile face aux spéculateurs. A travers trois chapitres, « les Cheveux de Clara », « l’Amour de Clara » et « le Cancer de Clara », « Aquarius » brosse le portrait d’une femme en lutte, une femme forte, sur une quarantaine d’années (le film débute en 1980) avec en toile de fond un regard acerbe sur l’évolution de la Société brésilienne, la corruption ambiante et le libéralisme sauvage. Malgré la richesse tout bonnement hallucinante du film (chronique familiale, portrait de femme, critique sociale, une touche de fantastique…), le film se déroule avec une simplicité, une intelligence et sur un rythme toujours soutenu qui font passer ces 2h30 comme un éclair (tout le contraire de Toni Erdmann!). Comment passer sous silence l’interprétation toute en nuance de la magique Sonia Braga, grande dame du Cinéma brésilien. Drôle, passionnant, inquiétant, émouvant, « Aquarius » est grand comme la vie, l’un des films majeurs de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait à tous les niveaux!

BONUS:

3.5

On trouve ici une interview d’un spécialiste du Cinéma brésilien ainsi qu’un court-métrage, « Vinyl Verde », à base de photos.

VERDICT:

4.5

LE grand film de 2016, forcément indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez BLAQOUT dès le 9 mars

 

Publicités

Top 2016: Les 10 films qu’il fallait voir

Podium-Site.png

Comme chaque fin d’année, l’heure est aux bilans et au traditionnel top 10. Cette année, il fut particulièrement dur à dessiner tant les bonnes surprises furent nombreuses, avec des révélations mais aussi de jolies réussites de la part de cinéastes confirmés. Forcément frustrant ce classement…

10- « Everybody Wants Some » de Richard Linklater

093950.jpg

Le teen movie pour illustrer une époque et un pays, drôle, fun et remarquablement écrit!

9- « Réparer les vivants » de Katell Quillévéré

150369-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Un film choral sur le don d’organes mais surtout un film plein de vie!

8- « Sully » de Clint Eastwood

425022-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Eastwood et Hanks au sommet pour un récit passionnant sur un héros américain!

7- « Baccalauréat » de Cristian Mungiu

324388-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le réquisitoire contre la corruption qui gangrène la Roumanie, implacable et brillant!

6- « Nocturama » de Bertrand Bonello

438207-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le point de vue radical de Bonello sur le terrorisme, glaçant et fascinant!

5- « Frantz » de François Ozon

195018.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Ozon confirme qu’il est l’un des plus grands cinéastes français avec ce thriller romantique aussi beau que passionnant!

4- « les Huit Salopards » de Quentin Tarantino

255916

Tarantino retrouve le western avec un cluedo brillant et un casting quatre étoiles sur la BO de Maestro Morricone!

3- « Mademoiselle » de Park Chan Wook

451429-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Thriller mental ultra stylisé, « Mademoiselle » est sans doute le film qui stimule le plus les sens cette année!

2- « Carol » de Todd Haynes

008997

Histoire d’un Amour interdit, bijou de mise en scène et d’émotion, porté par un duo d’actrices absolument somptueux.

1- « Aquarius » de Kleber Mendonça Filho

365157-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Somptueux portrait de femme sur fond de libéralisme sauvage, aussi dense qu’intelligent avec l’incroyable Sonia Braga. Le plus grand film de Cannes et de l’année!

Quatre films américains, trois films français, un film coréen, un film brésilien et un film roumain illustrent une année riche et passionnante. Cette année aura également été marquée par les film de Téchiné (Quand on a 17 ans), Woody Allen (Cafe Society), Pedro Almodovar (Julieta), Nicolas Winding Refn (The Neon Demon), Tim Burton (Miss Peregrine et les enfants particuliers), Asghar Farhadi (le Client), Denis Villeneuve (Premier contact) mais aussi des surprises comme « Dalton Trumbo », « Room », « The Nice Guys », « Irréprochable », « Divines », « Comancheria », « Brooklyn Village », « Keeper » ou encore le magnifique film d’animation « ma vie de Courgette ». Espérons que 2017 nous offrira un choix aussi compliqué!

 

 

 

 

 

 

Critique: Aquarius

365157.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Kleber Mendonça Filho
Scénario Kleber Mendonça Filho
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau de la France France
Genre drame
Sortie 28 septembre 2016

Clara, la soixantaine, ancienne critique musicale, est née dans un milieu bourgeois de Recife, au Brésil. Elle vit dans un immeuble singulier, l’Aquarius construit dans les années 40, sur la très huppée Avenida Boa Viagem qui longe l’océan. Un important promoteur a racheté tous les appartements mais elle, se refuse à vendre le sien. Elle va rentrer en guerre froide avec la société immobilière qui la harcèle. Très perturbée par cette tension, elle repense à sa vie, son passé, ceux qu’elle aime.

Quatre ans après « Les bruits de Recife », « Aquarius » est le second long métrage du Brésilien Kleber Mendonça Fiho, présenté lors du dernier Festival de Cannes. S’il est reparti bredouille, le film a enchanté la Croisette.

Aquarius, c’est le nom de la résidence qu’habite Clara, ancienne critique musicale de 60 ans. Cette résidence, elle est la dernière à y vivre, tous les appartements ayant été rachetés par un promoteur immobilier, mais telle un irréductible Gaulois, elle refuse de quitter son domicile face aux spéculateurs. A travers trois chapitres, « les Cheveux de Clara », « l’Amour de Clara » et « le Cancer de Clara », « Aquarius » brosse le portrait d’une femme en lutte, une femme forte, sur une quarantaine d’années (le film débute en 1980) avec en toile de fond un regard acerbe sur l’évolution de la Société brésilienne, la corruption ambiante et le libéralisme sauvage. Malgré la richesse tout bonnement hallucinante du film (chronique familiale, portrait de femme, critique sociale, une touche de fantastique…), le film se déroule avec une simplicité, une intelligence et sur un rythme toujours soutenu qui font passer ces 2h30 comme un éclair (tout le contraire de Toni Erdmann!). Comment passer sous silence l’interprétation toute en nuance de la magique Sonia Braga, grande dame du Cinéma brésilien. Drôle, passionnant, inquiétant, émouvant, « Aquarius » est grand comme la vie, l’un des films majeurs de l’année!

4.5