Critique: Aurore

471835.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Blandine Lenoir
Scénario Blandine Lenoir
Jean-Luc Gaget
Océane Michel
Acteurs principaux
Sociétés de production Karé Productions
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée h 29
Sortie 26 avril 2017

Aurore est séparée, elle vient de perdre son emploi et apprend qu’elle va être grand-mère. La société la pousse doucement vers la sortie, mais quand Aurore retrouve par hasard son amour de jeunesse, elle entre en résistance, refusant la casse à laquelle elle semble être destinée. Et si c’était maintenant qu’une nouvelle vie pouvait commencer ?

Si la Comédie à la Française est parfois désespérante de nullité et si peu exigeante, de temps en temps une surprise surgit. C’est le cas avec le premier film de Blandine Lenoir, « Aurore » qui nous parle  de ce que c’est, encore aujourd’hui, d’être une femme passé 50 ans: la ménopause, les difficultés d’emploi, la « grand-maternité »,… Sans jamais donner de leçon, avec de vraies qualités d’écriture, cette comédie s’avère souvent très drôle mais aussi émouvante, notamment grâce à la magnifique interprétation d’Agnès Jaoui, toute en nuances, qui prouve qu’on ne la voit pas encore assez. A ses côtés, aucun second rôle n’est laissé à l’écart et apporte une plus value à ce qui pourrait bien être l’un des films français les plus réjouissants de l’année!

4.5

Publicités

Critique Bluray: Aquarius

816CQ5zKDSL._SL1500_.jpg

Réalisation Kleber Mendonça Filho
Scénario Kleber Mendonça Filho
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau de la France France
Genre drame
Sortie 28 septembre 2016

LE FILM:

4.5

Clara, la soixantaine, ancienne critique musicale, est née dans un milieu bourgeois de Recife, au Brésil. Elle vit dans un immeuble singulier, l’Aquarius construit dans les années 40, sur la très huppée Avenida Boa Viagem qui longe l’océan. Un important promoteur a racheté tous les appartements mais elle, se refuse à vendre le sien. Elle va rentrer en guerre froide avec la société immobilière qui la harcèle. Très perturbée par cette tension, elle repense à sa vie, son passé, ceux qu’elle aime.

Quatre ans après « Les bruits de Recife », « Aquarius » est le second long métrage du Brésilien Kleber Mendonça Fiho, présenté lors du dernier Festival de Cannes. S’il est reparti bredouille, le film a enchanté la Croisette.

Aquarius, c’est le nom de la résidence qu’habite Clara, ancienne critique musicale de 60 ans. Cette résidence, elle est la dernière à y vivre, tous les appartements ayant été rachetés par un promoteur immobilier, mais telle un irréductible Gaulois, elle refuse de quitter son domicile face aux spéculateurs. A travers trois chapitres, « les Cheveux de Clara », « l’Amour de Clara » et « le Cancer de Clara », « Aquarius » brosse le portrait d’une femme en lutte, une femme forte, sur une quarantaine d’années (le film débute en 1980) avec en toile de fond un regard acerbe sur l’évolution de la Société brésilienne, la corruption ambiante et le libéralisme sauvage. Malgré la richesse tout bonnement hallucinante du film (chronique familiale, portrait de femme, critique sociale, une touche de fantastique…), le film se déroule avec une simplicité, une intelligence et sur un rythme toujours soutenu qui font passer ces 2h30 comme un éclair (tout le contraire de Toni Erdmann!). Comment passer sous silence l’interprétation toute en nuance de la magique Sonia Braga, grande dame du Cinéma brésilien. Drôle, passionnant, inquiétant, émouvant, « Aquarius » est grand comme la vie, l’un des films majeurs de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait à tous les niveaux!

BONUS:

3.5

On trouve ici une interview d’un spécialiste du Cinéma brésilien ainsi qu’un court-métrage, « Vinyl Verde », à base de photos.

VERDICT:

4.5

LE grand film de 2016, forcément indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez BLAQOUT dès le 9 mars

 

Critique Bluray: Julieta

71KAbZXx3NL._SL1000_.jpg

Réalisation Pedro Almodóvar
Scénario Pedro Almodóvar d’après des nouvelles d’Alice Munro
Acteurs principaux
Sociétés de production El Deseo S.A., Agustín Almodóvar, Esther García
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Drame
Durée 96 minutes
Sortie 18 mai 2016

LE FILM:

4.5

Julieta s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antía la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours.

Trois ans après le crash des « Amants Passagers« , Almodovar revenait en compétition lors du dernier Festival de Cannes avec « Julieta » et un exercice qu’il affectionne, le portrait de femme. Ici point d’évènement incroyable et de péripéties, le récit malgré sa structure en flash-backs est simple et limpide. Almodovar s’intéresse à une simple relation mère/fille chahutée par le temps et les soubresauts du destin. Si Julieta est remarquablement interprété par deux sublimes actrices, Emma Suarez et Adriana Ugarte, la mise en scène d’Almodovar porte le film très très haut. Visuellement splendide, Julieta comprend entre autres réjouissances une scène de train totalement magique qui évoque évidemment Hitchcock et tout un tas d’idées de mise en scène comme cette ellipse qui nous fait changer d’actrice dans le même plan. Un très grand film assurément, on a retrouvé Almodovar!

TECHNIQUE:

4.5

Magnifique copie avec une définition et un contraste respectueux de la superbe photographie du film.

BONUS:

1.5

Outre une courte interview du réalisateur et de son actrice Adriana Ugarte, on trouve un court making of. L’édition spéciale FNAC propose la masterclass que le réalisateur a donné à Paris lors de la sortie du film (45 mins), passionnant!

VERDICT:

4.5

L’un des grands films de l’année, forcément indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Pathé

CRITIQUE DVD: DESIRS HUMAINS

LE FILM:

Carl Buckley (Broderick Crawford) tue l’amant de sa femme Vicki (Gloria Grahame). Témoin de la scène, elle avoue le meurtre à Jeff Warren (Glenn Ford), un collègue de Carl. Pour ne pas compromettre Vicky dont il s‘est épris, Jeff garde le silence. Les amants décident alors de tuer le mari…

Tourné en 1954, juste après « Règlement de comptes », « Désirs humains » réunit une fois de plus Glenn Ford et Gloria Grahame. Fritz Lang nous offre avec ce film le deuxième remake d’un film de Jean Renoir (la Bête Humaine) après « la Rue Rouge » (la Chienne) pour en faire un pur un film noir. Même s’il n’atteint pas le niveau de son modèle, « Désirs humains » est un excellent film qui se démarque en délaissant l’aspect social du film de Renoir et par l’intérêt porté au personnage du mari Carl Buckley. Le point faible du film est peut-être son acteur principal Glenn Ford au manque de charisme évident mais « Désirs Humains » reste un film intéressant à découvrir que l’on ait vu ou pas le film de Renoir. La copie est dans l’ensemble assez bonne exceptées quelques scènes au grain important.

LES BONUS:

Outre la bande-annonce, une galerie photos et des filmographies, le principal bonus reste la présentation du film par Bernard Eisenschitz, spécialiste de Fritz Lang, auteur du fabuleux « Fritz Lang au travail ».

VERDICT:

Indispensable comme tous les films de cette collection même si le film est mineur dans la carrière du Maître.

Disponible dès le 29 février en DVD dans la collection « les Introuvables » de Wild Side Video dans les magasins FNAC