Critique Bluray: Soudain l’été dernier

81vQhvJyPBL._SL1500_

Titre original Suddenly, Last Summer
Réalisation Joseph L. Mankiewicz
Scénario Gore Vidal
Tennessee Williams (pièce)
Acteurs principaux
Sociétés de production Horizon Pictures
Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 114 minutes
Sortie 1959

LE FILM:

5

Le docteur Cukrowicz vient de prendre ses fonctions à Lions View, un hôpital psychiatrique de La Nouvelle-Orléans, mais est rapidement découragé par le manque de moyens octroyés à l’établissement. C’est alors qu’il reçoit une étrange proposition de la part de Violet Venable, une riche notable qui vient de perdre son fils Sebastian dans des circonstances étranges. Celle-ci est prête à lever un fonds d’un million de dollars si le Dr Cukrowicz accepte de pratiquer une lobotomie sur sa nièce Catherine qui, selon elle, aurait perdu la raison depuis la mort de son cousin…

Après les deux échecs de « Blanches colombes et vilains messieurs » et « un Américain bien tranquille », Mankiewicz, réalise son seizième film en adaptant la pièce la plus personnelle de son auteur, Tennesse Williams. Celui-ci ne pardonna jamais à sa mère la lobotomie de sa soeur! La pièce est le matériau idéal pour le cinéaste pour y explorer des thèmes qui lui sont chers comme le secret ou le poids du passé. Remarquablement mis en scène et interprété par un somptueux trio d’acteurs Elisabeth Taylor, Katharine Hepburn et Montgomery Clift, « Soudain l’été dernier » est aussi marquant par l’audace des thèmes traités par un film de studio dont l’inceste, l’homosexualité… Un chef d’oeuvre à (re)découvrir!

TECHNIQUE:

4.5

Une somptueuse copie à tous points de vue avec une VO à privilégier tout de même à la VF!

BONUS:

2.5

On trouve principalement une superbe présentation du film par Michel Ciment.

VERDICT:

5

Un chef d’oeuvre indispensable!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films dès le 23 août

 

Publicités

Critique Bluray: Absolutely Anything

71JCnfCaoeL._SL1412_

Titre original Absolutely Anything
Réalisation Terry Jones
Scénario Gavin Scott
Terry Jones
Acteurs principaux
Sociétés de production Bill and Ben Productions
Phoenix Pictures
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie
Sortie 12 août 2015

LE FILM:

3

 

 

Neil Clarke, un enseignant désenchanté, amoureux de sa voisine du dessous qui sait à peine qu’il existe, se voit attribuer par un conseil extraterrestre le pouvoir de faire absolument tout ce qui lui passe par la tête. Neil l’ignore mais la manière dont il va se servir de ce nouveau pouvoir va dicter le destin de l’humanité. Un seul faux pas de sa part et les extraterrestres anéantiront la planète Terre.

Les Monty Python reviennent avec Terry Jones à la caméra et le reste de la troupe dans le casting de voix des extra-terrestres. Le film, quant à lui, tient de la fable morale sur l’Homme et sa propension à faire le bien (ou pas) et est surtout prétexte à une succession de gags plus ou moins drôles et surprenants. En toile de fond, on trouve également un petit fond de rom com avec une amourette entre Neil et sa voisine du dessous! Si l’on passe un assez bon moment, Absolutely Anything souffre d’un procédé un peu répétitif et surtout d’effets spéciaux (notamment d’hideux extra-terrestres numériques) qui trahissent un criant manque de moyens! Reste un excellent Simon Pegg et la dernière voix de Robin Williams en doublure d’un chien surexcité!

TECHNIQUE:

4

 

 

Tout va bien même si le film n’offre pas beaucoup d’envolées techniques!

BONUS:

3.5

 

 

On trouve ici une interview du réalisateur, un making of des personnages extra-terrestres, une interview du casting par le chien et un sujet sur le casting du chien!

VERDICT:

3

 

 

Une comédie sympathique mais loin des classiques des Monty Python!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez FranceTV Distribution dès le 6 janvier

Une masterclass de Steven Spielberg et John Williams, forcément immanquable!

SUNDAY CALENDAR STORY FOR JANUARY 8, 2012. DO NOT USE PRIOR TO PUBLICATION ******************** Filmmaker Steven Spielberg , right, and composer John Williams discuss the "Art of Collaboration" on the "AFI's Master Class" premiere to be broadcast on Turner Classic Movies (TCM) on November 15, 2011, at 8 p.m. EST. (Adam Rose/Courtesy TCM/MCT)

Le 3 décembre prochain, la chaîne TCM Cinéma dédie sa soirée à Steven Spielberg avec la diffusion de trois de ses films: « A.I. Intelligence Artificielle », « Munich » et « Duel ». Avant la diffusion de ces trois films, la chaîne offrira à ses abonnés la « masterclass » donnée par Spielberg et son compositeur John Williams dans le cadre de l’American Film Institute.

Autant dire que ce document de 52 minutes est à ne rater sous aucun prétexte. Après avoir partagé leur opinion sur l’importance de la musique au Cinéma en s’appuyant sur des extraits de classiques comme « Ben-Hur » ou « Sur les Quais », les deux hommes reviennent sur leur relation et leur collaboration. On y apprend notamment que le génial compositeur ne travaille que sur le montage initial de Spielberg, sauf pour « rencontres du 3ème type » où le scénario avait servi de base pour le travail de Williams. Deux monstres de l’Histoire du Cinéma qui discutent et qui livrent des anecdotes, c’est passionnant et indispensable!

5

BANDE ORIGINALE: LES AVENTURES DE TINTIN, LE SECRET DE LA LICORNE

1.The Adventures of Tintin (3:04)
2.Snowy’s Theme (2:10)
3.The Secret of the Scrolls (3:13)
4.Introducing the Thompsons and Snowy’s Chase (4:08)
5.Marlinspike Hall (3:59)
6.Escape from the Karaboudjan (3:21)
7.Sir Francis and the Unicorn (5:05)
8.Captain Haddock Takes the Oars (2:17)
9.Red Rackham’s Curse and the Treasure (6:10)
10.Capturing Mr. Silk (2:58)
11.The Flight to Bagghar (3:33)
12.The Milanese Nightingale (1:30)
13.Presenting Bianca Castafiore (3:28)
14.The Pursuit of the Falcon (5:43)
15.The Captain’s Counsel (2:10)
16.The Clash of the Cranes (3:48)
17.The Return to Marlinspike Hall and Finale (5:51)
18.The Adventure Continues (2:58)

Si vous avez aimé le film et si vous aimez John Williams, vous ne pouvez pas passer à côté de sa dernière création, la bande originale de « Tintin ». Ici, point de thème mémorisable façon Indiana Jones ou Star Wars; s’il y en a bien un que l’on retrouve dans quelques morceaux, il est bien plus subtil. Après un générique qui n’est pas sans rappeler celui d' »Attrape-moi si tu peux » avec son saxo et ses sonorités jazzy, on retrouve du John Williams pur sucre qui convoque tout l’orchestre ainsi que carillons et accordéons par moment. A l’image du film, la musique se joue à un rythme éffréné avec un « Red Rackham’s Curse and the Treasure » d’anthologie. On a même droit à une apparition de Renée Fleming dans le rôle de la Castafiore dans le track 13 qui se termine par diverses explosions de verre. Pour finir, un magnifique générique de fin qui reprend le thème et nous ouvre la voie vers un nouvel opus…

John Williams, compose à 79 ans pour la première fois une musique pour un film d’animation et confirme qu’il est l’un des plus grands génies dans sa spécialité. Voilà un excellent moyen d’initier les plus jeunes à la musique symphonique!