CRITIQUE BLU-RAY: ANTIVIRAL

51+0g9fk5LL

LE FILM: 8/10

Dans un avenir proche. Syd March est employé d’une clinique qui vend des injections de virus contractés par des célébrités / stars à leurs fans. Une expéricence de communion biologique, à prix d’or. En parallèle, il fournit le marché noir des échantillons de virus qu’il s’injecte afin de passer les sécurités de la clinique. Jusqu’au jour où il s’infecte d’un virus mortel contracté par la sensation Hannah Geist, où il devient la cible des collectionneurs les plus enragés…

Présenté dans la sélection « Un certain regard » au dernier Festival de Cannes, « Antiviral » a fait parler de lui dans de nombreux festivals! Quand on lui demandait qu’est-ce qu’il ferait quand il serait grand, le petit Brandon répondait certainement « comme Papa »! En effet, si le film est signé Cronenberg, ce n’est pas David qui en est à l’origine mais son fils Brandon et les chiens ne font pas des chats!

A la vue de ce premier long métrage, on ne peut que retrouver certaines obsessions du père Cronenberg comme la science ou  le corps humain et tout ce qui peut le corrompre! Sur la forme, cet « Antiviral » est un mélange entre Cronenberg père et David Lynch! Totalement opressant, le film ne nous offre quasiment jamais l’occasion de voir la lumière du jour, passant de laboratoire à chambres à coucher, toujours d’un blanc immaculé! Même si le film subit quelques baisses de rythme, on lui pardonnera tant l’ambition déborde du film! Parabole sur le capitalisme dans lequel tout s’achète et sur la célébrité et les excès qui en découlent, le film de Cronenberg nous plonge dans ce qu’il y a de plus mauvais chez l’homme et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on ressort secoué! Et l’on découvre un comédien, au physique inoubliable, Caleb Landry Jones, dont on reparlera!

Un cinéaste à suivre!

TECHNIQUE: 9/10

Irréprochable, un rendu à la pureté clinique!

BONUS: 8/10

Une interactivité assez riche avec making of (30′) qui est plutôt une succession d’interviews, commentaire audio de Brandon Cronenberg, scènes coupées commentées (5′),  analyse de 5 scènes du film (15′), interview exclusive de Brandon Cronenberg à Paris (15′).

VERDICT: 8/10

Un premier film qui ravira les férus d’ambiance étrange!

Disponible en DVD (19,99 euros) et Blu-ray (24,99 euros) chez TF1 Video dès le 18 juin

CRITIQUE DVD: SMASH HIS CAMERA

Le 7 décembre prochain, chez Wild Side Video, sortira en DVD l’excellent documentaire « Smash his camera »!

LE FILM:

Traquée par l’appareil photo de Ron Galella, Jackie Kennedy donna à ses gardes du corps l’ordre de détruire son appareil photo – « Smash his camera ! ».

Ce documentaire retrace la carrière fulgurante du célèbre photographe, considéré comme le père des paparazzi. Si son talent n’a pas toujours été apprécié de ses « victimes » (Marlon Brando lui a cassé 5 dents !), ses photos, aujourd’hui exposées au MoMA ou à la Tate Gallery sont, elles, entrées dans la légende !

Avec ce documentaire Leon Gast, à qui l’on doit l’excellent documentaire sur Mohamed Ali, « When we were kings »(Oscar du meilleur documentaire!), nous fait découvrir la vie d’un drôle de personnage, Ron Galella. Celui-ci aura passé toute sa vie à traquer les stars pour en faire la meilleure photo possible. Tout Hollywood le connaissait, l’obligeant parfois à se grimer pour pouvoir approcher ses proies mais le plus passionnant dans ce documentaire est cette fascination de Galella pour l’une d’entre elles, Jackie Kennedy, qui le fit condamner plusieurs fois. Bien que détesté par ses victimes, ses photos ont fait sa fortune et le plus amusant est que rien ne semble pouvoir le faire prendre sa retraite!

Côté technique, rien à dire, c’est parfait! A noter que le film est en VOST.

LES BONUS:

Outre une galerie photos, une sélections de 7 scènes coupées très intéressantes. Dommage que l’on ait pas eu quelques mots du réalisateur sur son film…

VERDICT:

Pour les amateurs de documentaires, ce DVD est indispensable!