Jeu Concours: 1 exemplaire de l’édition collector « Tuez Charley Varrick » à gagner(jeu terminé)

71NFW0mED6L._SL1000_.jpg

A l’occasion de la sortie de l’édition collector de « Tuez Charley Varrick », CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 1 exemplaire! Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 20 juillet; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Publicités

Critique Dvd: la Ronde du Crime

611BJOuYXHL._SL1333_.jpg

Réalisation Don Siegel
Scénario Stirling Silliphant
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 86 minutes

LE FILM:

4.5

Une bande de trafiquants d’héroïne a trouvé le moyen astucieux de passer de la drogue dans des objets achetés par des touristes. Lorsque ceux-ci reviennent à San Francisco, ils sont pris en filature par plusieurs complices des passeurs pour récupérer le précieux chargement. Deux de ces hommes, Dancer, psychopathe extraverti, et Julian, homme froid et calculateur, doivent reprendre la poudre à trois personnes qui viennent de débarquer. Mais la police a découvert la manoeuvre.

Si Don Siegel est resté dans les mémoires, c’est surtout pour son travail dans les années 70 avec quelques gros succès comme « Sierra Torride », « l’Inspecteur Harry » ou « l’Evadé d’Alcatraz ».C’est oublier que sa carrière débute à la fin des années 40 et qu’elle est parsemée de quelques pépites  à réhabiliter. « The Lineup » en fait partie!

Il s’agit en fait de l’adaptation d’une série TV à succès dont les héros étaient des policiers. Après une scène d’ouverture pleine d’action, on suit d’ailleurs deux policiers qui enquêtent sur un trafic d’héroïne. Très vite Siegel délaisse l’enquête pour se concentrer sur un duo de malfrats chargés de récupérer la marchandise transportée jusque là par des « mules ». Toute la réussite tient à ce duo composé de Robert Keith, l’expérimenté et intellectuel qui se refuse à s’adonner à la violence, et Eli Wallach, le psychopathe qui se charge des basses besognes. Remarquablement mis en scène et monté avec punch, « the Lineup » est une vraie réussite peu avare en scènes chocs et idées brillantes, comme cette manie de Julian de demander à Dancer les derniers mots prononcés par ses victimes. Culte!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie parfaite!

BONUS:

4

Outre la bande annonce et une galerie photos, on trouve la présentation comme toujours passionnante de Tavernier et celle de François Guérif.

VERDICT:

4.5

Une pépite cultissime!

Disponible en DVD (16.99 euros) chez SIDONIS

CRITIQUE: TUEZ CHARLEY VARRICK

charley_varrick

Charley Varrick cambriole une banque avec sa femme et un acolyte. Mais il comprend vite que la somme énorme qu’il a dérobée appartient à la mafia, qui lance un tueur à ses trousses…

Tourné en 1973, juste après l’Inspecteur Harry, Tuez Charley Varrick ne fait pas partie des films les plus connus de son réalisateur, Don Siegel, mais reste néanmoins l’un des plus réussis. Au premier degré, on assiste à un polar assez surprenant et palpitant d’un bout à l’autre. Dès le début, la surprise est là lorsqu’on voit Walther Matthau avec une postiche et sa jambe dans le plâtre se disputer devant des policiers avec sa jeune femme, nous faisant penser que l’on assiste à une comédie. Puis celui-ci entre dans la banque et un braquage sanglant a alors lieu. Perdant sa femme dans la fusillade, Charley Varrick prend la fuite avec l’un de ses complices et s’aperçoit alors que l’argent volé appartient à la mafia et qu’il était seulement en transit avant d’être blanchi. S’ensuit alors une course poursuite avec Varrick traqué par la police et par un tueur à la solde de la mafia. Lire la suite

CRITIQUE: L’INSPECTEUR HARRY

L'inspecteur%20Harry

Si la police de San Francisco ne remet pas immédiatement 200 000 dollars à un homme qui vient de commettre un crime, il recommencera au rythme d’un assassinat par jour. L’inspecteur Harry Callahan est sur ses talons…

Dans la carrière de Don Siegel, l’Inspecteur Harry est sans doute le film qui aura le plus fait couler d’encre, déclenchant la polémique avec des accusations de fascisme et d’incitation à la violence, mais c’est aussi le film majeur de sa filmographie au niveau de l’influence qu’il eut sur un certain genre de cinéma.

S’inspirant du Tueur du Zodiaque qui terrorisa les Etats-Unis à la fin des années 60,  le scénario tombe dans les mains de Clint Eastwood qui fait alors appel au fidèle Don Siegel ( cinq films en commun pour le tandem!) pour le réaliser. Le duo est donc à la baguette de ce polar nerveux dans lequel le flic Callahan est contraint d’outrepasser la loi pour faire le travail d’une justice laxiste et sclérosée. Idéologiquement discutable, Dirty Harry est pourtant suscite pourtant un énorme plaisir avec un personnage charismatique qui débite les punchlines autant que les balles de son magnum, une BO de Lalo Schifrin mythique et quelques scènes fabuleuses dont une confrontation entre Callahan et le meurtrier dans un stade en pleine nuit! Toutes les suites engendrées par cet énorme succès ne seront jamais à la hauteur de l’original! « Make My day »…

NOTE: 8.5/10

 

CRITIQUE BLU-RAY: L’EVADE D’ALCATRAZ

EVADE_ALCATRAZ

LE FILM: 7.5/10

Frank Morris s’est évadé de plusieurs prisons. En 1960, il est écroué et transféré au célèbre pénitencier d’Alcatraz construit sur un piton rocheux face à la côte. Il réussira, une nouvelle fois avec deux complices, à s’évader de la prison la plus surveillée des Etats-Unis…

On doit à Don Siegel une poignée de séries B assez réussies dont l’Invasion des Profanateurs de Sépultures ou l’Inspecteur Harry. Pour l’un de ses derniers films, l’Evadé d’Alcatraz, en 1979, il fait à nouveau appel à l’acteur qui lui valut son plus gros succès, Clint Eastwood. Inspiré d’une histoire vraie, le film de Siegel retrace l’histoire de la seule évasion réussie du « Rock » même si l’on n’a jamais retrouvé la trace des évadés, ne sachant s’ils se sont noyés ou s’ils s’en sont sortis!

Film au cachet assez classique, l’Evadé d’Alcatraz montre dans une première partie le quotidien du pénitencier avec toutes les figures imposées (le directeur sadique, les règlements de compte, les brimades…) puis dans une seconde partie, la préparation de l’évasion et l’évasion elle-même. Mis en scène avec une réelle efficacité et une exploitation parfaite des décors (le film est tourné dans la vraie prison d’Alcatraz), et interprété avec classe par Mr Eastwood, l’Evadé d’Alcatraz est une série B très plaisante  qui s’impose comme un classique du film de prison!

TECHNIQUE: 6/10

Non restauré, le film passe du correct au médiocre, en particulier dans les scènes sombres. Côté son, c’est correct mais à condition de préférer la VO!

BONUS: 0/10

Apparemment, les bonus aussi se sont fait la malle!

VERDICT: 7.5/10

Un classique du film de prison indispensable si vous n’avez pas déjà le DVD!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Paramount.