CRITIQUE DVD: PARLEZ-MOI DE VOUS

LE FILM:

À 40 ans, Mélina est la voix la plus célèbre de France. Animatrice à la radio, la nuit à l’antenne elle résout les problèmes affectifs et sexuels des auditeurs avec impertinence, humour et sans tabou. Tout le monde connaît sa voix, mais personne ne connaît son visage. Dans la vie, elle évite tout contact et vit comme une vieille fille dans les beaux quartiers. Partie à la recherche d’une mère qu’elle n’a jamais connue, elle découvre que celle-ci vit au sein d’une famille nombreuse, en banlieue. Elle décide de s’approcher d’elle, incognito….

Pour son premier long métrage, Pierre Pinaud nous conte l’histoire d’une femme, dont la voix est connue de tous et qui, une fois le micro coupé tombe dans une solitude sans nom. Cette femme, en dehors de son émission de radio, n’a qu’un seul objectif, retrouver la femme qui l’a mise au monde et abandonnée pour peut-être apprendre à enfin vivre. Il a eu l’excellente idée de confier ce rôle à Karine Viard, l’une des meilleures actrices françaises à ce jour, qui brille dans l’émotion comme dans l’humour!  Mis en scène avec beaucoup de précision, le film navigue habilement entre comédie et drame, même si le scénario souffre parfois de creux.

Des premiers pas encourageants pour un réalisateur dont on devrait reparler!

Un DVD techniquement parfait!

LES BONUS:

Outre des bandes annonces, on trouve un commentaire audio du réalisateur et de la productrice et deux courts-métrages du réalisateur. L’un d’eux, « les petites miettes » est un film muet en NetB, ouvertement inspiré de Chaplin et Murnau et constitue un véritable chef d’oeuvre!

VERDICT:

Un DVD hautement recommandable que ce soit pour le film que pour ses bonus!

 

Disponible en DVD (19,99 euros) dès le 11 mai chez Diaphana Video

Publicités

CRITIQUE DVD: TALK RADIO

LE FILM:

Barry Champlain anime une émission à succès sur une radio locale de Dallas. Cynique, cru, méchant, il provoque les noctambules qui l’appellent et lui livrent des récits souvent sinistres. Alors que l’émission doit désormais être diffusée à l’échelle nationale, Barry voit son ex-femme revenir à Dallas et les menaces antisémites à son égard se multiplier. Pris dans une surenchère de violence verbale, il s’isole dans la mégalomanie et l’angoisse…
Tourné entre « Wall Street » et « Né un  4 juillet », « Talk Radio » est l’un des films les moins connus d’Oliver Stone mais peut-être l’un des meilleurs. Avec un budget minuscule et un casting sans grosses pointures, Stone traque comme toujours les vices de son pays en s’intéressant ici aux médias, plus spécialement au phénomène des radios libres. Quasi huis-clos (90 % du film se passe dans la station de radio), le film permet à Oliver Stone de montrer de réelles qualités de cinéaste, lui qui fut souvent raillé pour son syle un peu grossier. Le film vaut également pour la prestation impressionnante de son acteur principal Eric Bogosian qui n’eut pourtant pas une carrière à la hauteur de ce rôle.
Jamais édité en DVD, le film sort dans une copie restaurée de qualité même si elle conserve un léger grain très Vintage!

LES BONUS:

En plus de la traditionnelle bande-annonce, un entretien très intéressant (30 mins) du réalisateur qui revient sur la genèse du projet et son tournage. Il explique en particulier combien le tournage de « Talk Radio » lui a servi d’entraînement à la caméra Dolly pour « Né un 4 juillet »!

VERDICT:

Une belle occasion de (re)découvrir un film méconnu d’Oliver Stone!

Disponible dès le 18 janvier en DVD (14,99 euros) chez Carlotta Films.

 

CRITIQUE: GOOD MORNING ENGLAND (2009)

StudioCanal

1964, le jeune Carl, après s’être fait renvoyer du lycée, est sommé par sa mère de rejoindre le bateau de son parrain Quentin en pleine mer du Nord. A un détail près que ce bateau sert de refuge à Radio Rock, radio pirate la plus célèvre d’Angleterre, et à ses DJ’s, tous plus cinglés les uns que les autres. Les autorités britanniques, et son Premier Ministre pisse-vinaigre , cherchent un moyen de faire taire définitivement cette radio qui fait danser la moitié du royaume.

Si vous voulez hurler de rire, passez votre chemin, mais si vous voulez être emporté pendant 2 h 15 par une joyeuse clique obsédée par la musique, vous êtes au bon endroit. C’est original, enlevé, rythmé et superbement interprété . On connaissait Philipp Seymour Hoffman, Rhys Ifans (le copain affreusement laid de Hugh Grant dans Coup de foudre à Notting Hill) que l’on ne présente plus. On découvre les autres, tous excellents; à noter l’hilarante prestation de Kenneth Brannagh dans le rôle du ministre ultra coincé qui lache des jurons inédits (« Ass! ») au comble de son énervement.Pour son deuxième film (love actually), Richard Curtis livre donc une belle comédie sur les années 60 et l’amour de la musique qui fait plaisir quand on a vu l’immonde « Mamma Mia »! Rockn’Roll!!!