Critique: En Liberté !

5203648.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Pierre Salvadori
Scénario Pierre Salvadori
Benjamin Charbit
Benoît Graffin
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Pelléas
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 107 minutes
Sortie 31 octobre 2018

Yvonne jeune inspectrice de police, découvre que son mari, le capitaine Santi, héros local tombé au combat, n’était pas le flic courageux et intègre qu’elle croyait mais un véritable ripou. Déterminée à réparer les torts commis par ce dernier, elle va croiser le chemin d’Antoine injustement incarcéré par Santi pendant huit longues années. Une rencontre inattendue et folle qui va dynamiter leurs vies à tous les deux.

Quatre ans après un décevant  « Dans la Cour », Pierre Salvadori revient avec « En liberté », reprenant des thèmes qui lui sont chers comme le mensonge et des personnages cabossés comme ils les affectionnent. Yvonne, jeune policière, veuve d’un flic qu’elle découvre ripoux va tenter de rattraper les dégâts de son défunt mari en devenant l’ange gardien d’Antoine, qui vient de passer 8 ans en prison pour rien. Sauf que le jeune homme se montre prêt à péter les plombs à chaque instant… Voilà une comédie qui peut dégoûter à tout jamais les autres scénaristes et réalisateurs du genre. Comme très souvent chez Salvadori, l’écriture est fine, acérée, presque chirurgicale et les dialogues un travail d’orfèvre. Plein de fantaisie et de poésie « En liberté » ne va jamais où on l’attend et surprend à chaque scène. L’inventivité est aussi le maître mot de la mise en scène de Salvadori chez qui chaque plan paraît calculé au millimètre. Quant à l’interprétation, si tout le casting est impeccable, on n’a jamais vu Adèle Haenel aussi lumineuse. La comédie française de l’année!

5

Publicités

Critique Bluray: Evasion 2

61RULLdAuiL._SL1000_.jpg

Titre original Escape Plan 2: Hades
Réalisation Steven C. Miller
Scénario Miles Chapman
Acteurs principaux
Sociétés de production Emmett/Furla/Oasis Films
Grindstone Entertainment Group
Leomus Pictures
Lionsgate
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Genre Thriller
Durée 96 minutes
Sortie 2018

LE FILM:

0.5

Ray Breslin, le spécialiste des systèmes de sécurité inviolables a désormais monté sa propre équipe d’experts en protection. Un de ses associés est kidnappé par une mystérieuse organisation et envoyé dans une prison secrète High-Tech, HADES où d’autres maîtres de l’évasion sont également enfermés. Ray décide de lui porter secours mais le défi est d’autant plus grand que cette fois-ci, avant de sortir de la forteresse inviolable, il faudra réussir à la pénétrer.

Cinq ans après un premier volet qui à l’époque n’avait pas marqué ni la critique ni le public, Evasion 2 sort donc directement en vidéo chez nous avec en tête d’affiche, toujours Sylvester Stallone et pour succéder à Schwarzie, Dave Bautista, le Drax des Gardiens de la galaxie. Si parfois, dans la masse des DTV, on trouve quelques pépites qui auraient mérité une sortie en salles, on est ici en face du pire du genre! Si l’on passe sur un scénario complètement débile et sans aucun intérêt (les hommes de Breslin sont jetés dans une prison high tech les uns après les autres sans que l’on comprenne bien pourquoi) et que l’on accepte de se concentrer sur le reste, tout est à l’avenant! Les dialogues sont dignes de la pire série tv et les scènes d’action (des affrontements successifs entre prisonniers) sont filmées avec les pieds. Quant aux deux têtes d’affiche, elles n’ont en gros que 3 scènes chacune à négocier, sans transpirer! quant à la direction artistique, elle n’est pas en reste: la prison HADES semble avoir été shootée au Macumba de Palavas les Flots! Une question demeure: quel public pour un tel naufrage?

TECHNIQUE:

4.5

Le résultat est impeccable à tous les niveaux!

BONUS:

1.5

On trouve ici trois featurettes dont l’une croustillante dans laquelle le réalisateur nous explique tranquille, qu’il a cherché à retrouver l’esthétique de Blade Runner!!!

VERDICT:

0.5

Catastrophe!!!

Disponible en DVD et Bluray (19.99 euros) chez Metropolitan Video dès le  20 août

Critique Dvd: Les Poings contre les murs

81TGePicCgL._SL1500_

  • Réalisé par :
    David Mackenzie
  • Avec :
    Jack O’Connell (acteur), Ben Mendelsohn, Rupert Friend…
  • Durée :
    1h45min
  • Pays de production :
    Grande-Bretagne
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Starred Up
  • Distributeur :
    Wild Side / Le Pacte

LE FILM:

4

Eric est un jeune délinquant violent prématurément jeté dans le monde sinistre d’une prison pour adultes. Alors qu’il lutte pour s’affirmer face aux surveillants et aux autres détenus, il doit également se mesurer à son propre père, Nev, un homme qui a passé la majeure partie de sa vie derrière les barreaux. Eric, avec d’autres prisonniers, apprend à vaincre sa rage et découvre de nouvelles règles de survie, mais certaines forces sont à l’oeuvre et menacent de le détruire…

Des films de prison, on en a vu et revu! Des comme ça, rarement! Outre la violence omniprésente et sans limites, le film a une autre dimension, beaucoup plus romanesque celle-ci, à travers la rencontre surprenante entre un père et son fils. Si la mise en scène de l’Anglais McKenzie se veut à la fois brute et sensible, on est totalement retourné par la révélation Jack O’Connell, dont le charme juvénile n’a d’égal qu’une violence prête à exploser, dont on devrait reparler très vite! Une claque!

TECHNIQUE:

4

Tout bon!

 

BONUS:

3.5

Outre la bande-annonce, on trouve des entretiens avec Jack O’Connell et David Mackenzie.

VERDICT:

4

L’une des claques de l’année!

Disponible en DVD (15.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Wild Side Video

Critique Dvd: On the Job

91o7WQYcu+L._SL1500_

  • Réalisé par :
    Erik Matti
  • Avec :
    Piolo Pascual,Gerald Anderson,Joel Torre…
  • Durée :
    2h1min
  • Pays de production :
    Philippines
  • Année de production :  2013

LE FILM: 8/10

Dans l’enfer et la misère de Manille, deux détenus, Tatang et Daniel, bénéficient secrètement de droits de sortie occasionnels délivrés par des politiciens corrompus dont ils sont les tueurs à gages. Francis et Joachim, les deux policiers qui enquêtent sur les meurtres commis, sont loin d’imaginer que les criminels qu’ils recherchent sont déjà derrière les barreaux… Ils vont s’affronter, pris dans une spirale infernale et piégés par une machination politique qui fera de leurs proches les premières victimes collatérales…

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes l’an dernier, ce polar philippin mérite d’être découvert! Remarquablement écrit, On the Job s’appuie sur des faits réels pour dénoncer la corruption qui gangrène Manille jusqu’aux plus hautes sphères. Les personnages sont également d’une grande richesse et la mise en scène totalement maîtrisée, notamment lors d’une scène de poursuite à pieds dans la nuit de Manille impressionnante d’efficacité! Mené tambour battant, ce polar est ponctué de flambées de violence qui nous laissent sous le choc! A découvrir d’urgence!

TECHNIQUE: 8/10

Excellent pour le support et compte tenu des nombreuses scènes nocturnes! A noter l’absence de VF!

BONUS: 1/10

La bande annonce et c’est tout!

 

VERDICT: 8/10

Un polar choc à découvrir d’urgence!

 

Disponible en DVD (14.99 euros) chez Wild Side Video dès le 3 septembre

 

CRITIQUE BLU-RAY: L’EVADE D’ALCATRAZ

EVADE_ALCATRAZ

LE FILM: 7.5/10

Frank Morris s’est évadé de plusieurs prisons. En 1960, il est écroué et transféré au célèbre pénitencier d’Alcatraz construit sur un piton rocheux face à la côte. Il réussira, une nouvelle fois avec deux complices, à s’évader de la prison la plus surveillée des Etats-Unis…

On doit à Don Siegel une poignée de séries B assez réussies dont l’Invasion des Profanateurs de Sépultures ou l’Inspecteur Harry. Pour l’un de ses derniers films, l’Evadé d’Alcatraz, en 1979, il fait à nouveau appel à l’acteur qui lui valut son plus gros succès, Clint Eastwood. Inspiré d’une histoire vraie, le film de Siegel retrace l’histoire de la seule évasion réussie du « Rock » même si l’on n’a jamais retrouvé la trace des évadés, ne sachant s’ils se sont noyés ou s’ils s’en sont sortis!

Film au cachet assez classique, l’Evadé d’Alcatraz montre dans une première partie le quotidien du pénitencier avec toutes les figures imposées (le directeur sadique, les règlements de compte, les brimades…) puis dans une seconde partie, la préparation de l’évasion et l’évasion elle-même. Mis en scène avec une réelle efficacité et une exploitation parfaite des décors (le film est tourné dans la vraie prison d’Alcatraz), et interprété avec classe par Mr Eastwood, l’Evadé d’Alcatraz est une série B très plaisante  qui s’impose comme un classique du film de prison!

TECHNIQUE: 6/10

Non restauré, le film passe du correct au médiocre, en particulier dans les scènes sombres. Côté son, c’est correct mais à condition de préférer la VO!

BONUS: 0/10

Apparemment, les bonus aussi se sont fait la malle!

VERDICT: 7.5/10

Un classique du film de prison indispensable si vous n’avez pas déjà le DVD!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Paramount.

 

CRITIQUE DVD: LA DERNIÈRE CORVÉE

la derniere corvee

LE FILM: 8,5/10

Deux marins de l’U.S. Navy,“Bas Ass” Buddusky et “Mule” Mulhall reçoivent pour mission d’escorter l’un des leurs, Meadows, à la prison militaire de Northfolk, où il doit purger une peine de prison pour avoir tenté de dérober la caisse d’une association de charité dirigée par la femme d’un amiral.

Deux ans après l’un des films phare du Nouvel Hollywood, Harold et Maud, qui fut un échec au box-office, Hal Ashby réalise son troisième film, la Dernière Corvée, projet plusieurs fois refusé par le réalisateur. Sous la forme d’un road Movie retraçant le voyage de deux marines escortant un autre soldat kleptomane vers un pénitencier, Ashby dresse un portrait grinçant de l’institution militaire négligeant l’individu au détriment du règlement. Les trois soldats vont en effet apprendre à se connaître et s’apprécier au fil de ce voyage qui verra l’un d’eux partir en prison pour 8 ans pour 40 dollars qu’il n’a même pas eu le temps de voler!
Le petit miracle realisé par Ashby est d’avoir réussi un film merveilleusement écrit qui se montre assez souvent amusant mais aussi parfois émouvant et jamais donneur de leçon. Quant au trio d’acteurs mené par un très bon Nicholson, il est tout simplement époustouflant!
Une petite pépite méconnue à découvrir absolument!

TECHNIQUE: 6/10

Cette copie restaurée il y a une quinzaine d’années, même si elle reste honorable, souffre de Pasal de grain, de couleurs un peu délavées et d’une définition pas toujours exemplaire. Pour le son, préférer la Vo est plus sage!

BONUS: 7/10

Outre la bande annonce, on trouve une petite interview de Peter Biskind, auteur de l’excellent ouvrage « le Nouvel Hollywood »!

VERDICT: 8.5/10

Une pépite de plus dans la collection les Introuvables!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez Wild Side Vidéo dans les magasins FNAC et FNAC.com

CRITIQUE DVD: CESAR DOIT MOURIR

61Y2V+59aaL__SL1027_

LE FILM: 8.5/10

Théâtre de la prison de Rebibbia. La représentation de « Jules César » de Shakespeare s’achève sous les applaudissements. Les lumières s’éteignent sur les
acteurs redevenus des détenus. Ils sont escortés et enfermés dans leur cellule. Mais qui sont ces acteurs d’un jour ? Pour quelle faute ont-ils été condamnés et
comment ont-ils vécu cette expérience de création artistique en commun ? Inquiétudes, jeu, espérances…

Récompensé de l’Ours d’Or à Berlin, César doit Mourir marque le retour des frères Taviani à 81 et 83 ans. Leur dernier film est un objet filmique totalement à part, à cheval entre le documentaire et la fiction. Entre un début et une fin en couleurs nous montrant la représentation de la pièce Jules César par les détenus d’une prison, on assiste tout le reste du film aux répétitions de cette pièce filmées dans un magnifique noir et blanc. Tourné dans une vraie prison avec de vrais détenus, ce film d’une durée très courte (1h15) est un bijou de mise en scène qui occupe la prison entière comme si c’était une scène. Naviguant sans cesse entre le texte de la pièce et le véritable quotidien des prisonniers, le film des Taviani est une jolie réflexion sur l’art et la dernière réplique d’un prisonnier résonnera longtemps dans nos têtes: « depuis que j’ai connu l’art, cette cellule est devenue une prison »!

TECHNIQUE: 8/10

Très belle copie qui honore la somptueuse photo noir et blanc. On en regrette même une édition bluray…

BONUS: 1/10

La bande-annonce et c’est tout, vraiment dommage…

VERDICT: 8.5/10

Le grand retour des frères Taviani avec un faux documentaire brillant!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez France Télévisions Distribution dès le 3 juillet