Critique: l’Origine du Monde

Jean-Louis réalise en rentrant chez lui que son coeur s’est arrêté. Plus un seul battement dans sa poitrine, aucun pouls, rien. Pourtant, il est conscient, il parle, se déplace. Est-il encore vivant ? Est-il déjà mort ? Ni son ami vétérinaire Michel, ni sa femme Valérie ne trouvent d’explication à cet étrange phénomène. Alors que Jean-Louis panique, Valérie se tourne vers Margaux, sa coach de vie, un peu gourou, pas tout à fait marabout, mais très connectée aux forces occultes. Et elle a une solution qui va mettre Jean-Louis face au tabou ultime…

Pour son premier film de réalisateur, Laurent Lafitte adapte la pièce de théâtre éponyme, traitant du secret de famille en dynamitant les tabous et les limites. En effet, Jean-Louis, malgré sa réussite sociale, est malheureux dans sa vie, dans son couple. Cerise sur le gâteau, un jour, son coeur s’arrête de battre et pourtant il est toujours en vie; Michel son ami vétérinaire ne comprend pas. La coach de vie de sa femme a trouvé la solution: s’il ne ramène pas une photo du vagin de sa mère, l’origine de son existence, il mourra vraiment dans les trois jours! Voilà donc Jean-Louis (Laurent Lafitte), Michel (Vincent Macaigne) et sa femme (Karin Viard) en mission pour ramener sous trois jours une photo du sexe de la mère de 82 ans (Hélène Vincent). Si le spectateur accepte le second voire le troisième degré, le premier film de Lafitte est réjouissant par ses dialogues incisifs, son rythme parfaitement tenu mais surtout par les prestations de l’ensemble du casting qui est allé très très loin, jusqu’à une scène de près de 10 minutes complètement nu! Une comédie surprenante et vivifiante!

Critique Dvd: Chien

81iXlZ5QNqL._SL1500_.jpg

Réalisation Samuel Benchetrit
Scénario Samuel Benchetrit
Gábor Rassov
Acteurs principaux
Sociétés de production Single Man Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre comédie dramatique
Durée 90 minutes
Sortie 14 mars 2018

LE FILM:

3.5

Jacques Blanchot a tout perdu : sa femme, son travail et sa maison. Son fils ne le respecte pas et le chien qu’il vient d’acheter meurt écrasé. Brisé, il devient peu à peu étranger au monde qui l’entoure. Accueilli par le patron de l’animalerie, duquel il pense pouvoir recueillir un peu d’attention, il va intérioriser les codes de soumission du chien. Et dans ce rôle, il subit la domination de son maître, mais reste à l’abri de la frénésie des hommes et d’une société perverse et narcissique qui traite ses citoyens moins bien que des bêtes.

Drôle de film que cette adaptation du livre éponyme de Samuel Benchetrit! Jacques Blanchot est plaqué par sa femme qui l’accuse de lui donner des démangeaisons! A peine jeté, il se précipite acheter un chien à un dresseur peu recommandable (Enorme Bouli Lanners) qui sera très vite écrasé par un camion! C’est la vie de Blanchot, looser né! Petit à petit, celui-ci va quitter sa condition d’homme pour se soumettre au point de devenir un chien! Cette fable caustique, noire est souvent drôle mais aussi dérangeante, Blanchot se pliant à toutes les humiliations. Macaigne est le comédien idéal avec ses airs de chien battu, reste que si le film est amusant et plein d’originalité, on se demande tout de même parfois où il veut en venir.

TECHNIQUE:

3.5

Correct, sans souci particulier…

BONUS:

3.5

On trouve ici quelques bandes annonces mais surtout une grande interview de Samuel Benchetrit divisée en trois parties.

VERDICT:

3.5

Une fable drôle et dérangeante!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez M6 VIDEO