Critique: Le Sens de la Fête

570288.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Éric Toledano
Olivier Nakache
Scénario Éric Toledano
Olivier Nakache
Acteurs principaux
Sociétés de production Quad Productions
Ten Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 117 minutes
Sortie 4 octobre 2017

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Le tandem Toledano/Nakache, avec des hauts (Intouchables, Nos jours heureux…) et des bas (Samba) prouve avec son sixième film, même s’il ne révolutionne pas le Cinéma Français, qu’il maîtrise l’écriture et surtout, ingrédient essentiel de la comédie, le sens du rythme! Durant deux heures (durée assez longue pour une comédie), les deux acolytes nous plongent durant 24 heures, dans les préparatifs et le déroulement d’une fête de mariage! Un mariage durant lequel rien ne se passera comme prévu, quelle originalité me direz-vous! Pourtant, si la sauce prend, c’est grâce à une galerie de personnages hauts en couleur et une énergie folle! On suit aussi bien Max, incarné par un Bacri dans son rôle habituel de bougon qui cherche à ce que tout se passe bien que le DJ/chanteur ringard (Lellouche), le serveur benêt (Alban Ivanov), le beau-frère agrégé de lettres un peu décalé (Vincent Macaigne), le photographe pique-assiettes (Jean-Paul Rouve), le marié imbuvable (Antoine Chappey)… Le sens de la fête, le duo Toledano/Nakache l’a et ce, sans jamais être méchant ou vulgaire et offre un excellent film populaire qui devrait trouver son public!

4

Publicités

Critique Dvd: Des nouvelles de la Planète Mars

81tO7zWw1DL._SL1500_.jpg

Réalisation Dominik Moll
Scénario Dominik Moll
Gilles Marchand
Acteurs principaux
Sociétés de production Diaphana Films
Artemis Production
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Comédie
Durée 101 minutes
Sortie 9 mars 2016

LE FILM:

4

Philippe Mars, un père de famille divorcé et cadre dans une entreprise d’informatique, qui se sent à la fois coincé dans la routine métro-boulot-dodo et dépassé par le monde qui l’entoure: que ce soit sa fille ainée exagérément ambitieuse, son fils cadet qui a décidé de devenir végétarien, son ex-femme journaliste sur une télé d’info, son chat, sa soeur artiste peintre, son vieux voisin resté coincé dans les années Giscard, ses parents morts dans un accident de voiture, ou son patron faussement cool… tous ont l’air de s’être ligués pour lui compliquer la vie. Et lorsque débarque Jérôme, un collègue de travail à la folie contagieuse, la vie de Philippe va devenir définitivement ingérable.

Cinquième film de Dominik Moll, « Des nouvelles de la planète Mars » exploite des thèmes chers au réalisateur, comme l’incursion d’un « ami » qui va dynamiter le quotidien du personnage principal, mais sur un ton bien différent d' »Harry, un ami qui vous veut du bien ». En choisissant un duo françois Damiens/Vincent Macaigne, le réalisateur fait le pari d’une loufoquerie poétique qui fonctionne à merveille. Enfin une comédie drôle sans être vulgaire et qui fait le pari de l’originalité! Bravo!

TECHNIQUE:

4

Aucun souci!

BONUS:

4

On trouve ici une rencontre avec le réalisateur qui revient sur le film et sa carrière ainsi qu’une interview du réalisateur et de sa décoratrice sur leur travail.

VERDICT:

4

Une comédie drôle et originale!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez DIAPHANA

 

Critique: les Innocentes

213105.jpg

Titre original Agnus Dei
Réalisation Anne Fontaine
Scénario Sabrina B. Karine
Pascal Bonitzer
Anne Fontaine
Alice Vial
Acteurs principaux
Sociétés de production Aeroplan Film
France 2 Cinéma
Mandarin Cinéma
Mars Films
Scope Pictures
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Pologne Pologne
Genre Film dramatique
Durée 100 minutes
Sortie 10 février 2016

Pologne, décembre 1945.
Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise.
D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher.
Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser…
C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie.

Un an après le fort sympathique « Gemma Bovery« , Anne Fontaine change complètement de registre avec l’adaptation d’un drame qui eut lieu en Pologne en 1945, le viol de religieuses par des soldats soviétiques. Elle s’appuie ici sur le journal de Madeleine Pauliac, résistante, médecin de la Croix Rouge qui aida les soeurs à mettre au monde leurs enfants. Si la filmographie d’Anne Fontaine est aussi variée qu’irrégulière, son nouveau film s’impose comme une oeuvre majeure. La réalisatrice évite les artifices (très peu de musique par exemple) et déploie son récit tout en sobriété et en retenue, aidée en cela par une magnifique photo de Caroline Champetier. Au-delà  de l’histoire prenante et forte, le film d’Anne Fontaine résonne à plusieurs niveaux, que ce soit avec le thème de l’intégrisme ou sur le sort des femmes dans les pays en guerre. Concernant le casting, Lou de Lâage prouve qu’elle a les épaules pour porter un vrai rôle adulte, Vincent Macaigne apporte une touche de légèreté dans la noirceur et les actrices polonaises sont toutes épatantes. Magnifique!

4.5

Critique: les Deux Amis

039340.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Louis Garrel
Scénario Louis Garrel
Christophe Honoré
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 23 septembre 2015

Clément, figurant de cinéma, est fou amoureux de Mona, vendeuse dans une sandwicherie de la gare du Nord. Mais Mona a un secret, qui la rend insaisissable. Quand Clément désespère d’obtenir ses faveurs, son seul et meilleur ami, Abel, vient l’aider. Ensemble, les deux amis se lancent dans la conquête de Mona.

Pour son premier long métrage, Louis Garrel s’inspire des « Caprices de Marianne » de Musset et son triangle amoureux. Pour interpréter ses amoureux, outre lui-même, il fait appel à son copain Vincent Macaigne et sa compagne, Golshifteh Farahani. Macaigne incarne l’amoureux maladroit et sensible qui demande de l’aide à son séducteur d’ami (Louis Garrel) pour séduire la belle et mystérieuse Mona. Si le sujet n’a donc rien de très original, c’est le traitement qui donne tout le piment à ce premier film. Celui-ci s’ouvre sur la toilette sensuelle de l’actrice, interrompue par les cris d’une gardienne de prison! Ce genre de rupture de ton interviendra tout au long du film, entre burlesque et romantisme. Dans un style très « nouvelle vague » notamment avec des dialogues très écrits, le film est non seulement esthétiquement très soigné (très jolie photo de Claire Mathon) mais aussi léger et délicat et autopsie très finement le sentiment amoureux comme l’amitié, finalement très proches. Un premier film très prometteur!

4

Critique Dvd: Tonnerre

71A6+XQsVhL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Guillaume Brac
  • Avec :
    Vincent Macaigne,Solène Rigot,Bernard Menez…
  • Durée :
    1h40min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Tonnerre
  • Distributeur :
    Wild Bunch

LE FILM: 8/10

Un rocker trop sentimental, une jeune femme indécise, un vieux père fantasque… Dans la petite ville de Tonnerre, les joies de l’amour ne durent qu’un temps. Une disparition aussi soudaine qu’inexpliquée et voici que la passion cède place à l’obsession…

Pour son premier long métrage après l’excellent court « un Monde sans femmes« , Guillaume Brac retrouve son acteur Vincent Macaigne pour un projet vraiment original. Après une première partie proche de la comédie romantique avec la rencontre entre un rocker un peu ado attardé et une jeune journaliste, le film bascule brusquement dans le film noir alors que le placide rocker pète les plombs! Remarquablement mis en scène avec une magnifique utilisation du décor de la Bourgogne enneigée et finement écrit, Tonnerre compte aussi sur un très beau trio d’acteurs: l’atypique Macaigne, la lolita Solène Rigot et le touchant Bernard Menez. A découvrir, c’est du tonnerre!

TECHNIQUE: 8/10

Sans faute de goût!

BONUS: 8/10

On trouve, outre la bande annonce, une belle section de scènes coupées avec ou sans commentaire audio, les essais de l’actrice ainsi qu’un passionnant et sympathique échange de 30 mins entre le réalisateur, l’acteur et deux cinéphiles!

VERDICT: 8/10

A découvrir d’urgence, un cinéaste est né!

Disponible en dvd (14.99 euros) chez Wild Side Vidéo dès le 3 septembre