Critique: Nous Finirons Ensemble

1786889.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Guillaume Canet
Scénario Guillaume Canet
Rodolphe Lauga
Acteurs principaux
Sociétés de production Trésor Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1er Mai 2019

Préoccupé, Max est parti dans sa maison au bord de la mer pour se ressourcer. Sa bande de potes, qu’il n’a pas vue depuis plus de 3 ans débarque par surprise pour lui fêter son anniversaire ! La surprise est entière mais l’accueil l’est beaucoup moins… 
Max s’enfonce alors dans une comédie du bonheur qui sonne faux, et qui mettra le groupe dans des situations pour le moins inattendues.
Les enfants ont grandi,  d’autres sont nés, les parents n’ont plus les mêmes priorités…  Les séparations, les accidents de la vie… Quand tous décident de ne plus mettre de petits mouchoirs sur les gros bobards, que reste-t-il de l’amitié ?

Neuf ans après « les Petits Mouchoirs« , Guillaume Canet convoque à nouveau sa petite troupe pour une suite attendue par le public, moins par la critique qui avait sérieusement égratigné le premier volet d’une façon souvent injuste tant le film, loin d’être parfait, n’avait rien d’ingrat. Personnellement, j’étais plutôt dans l’attente et la déception  n’en est que plus grande.

La bande se retrouve donc pour faire une surprise à Max (Cluzet) pour son anniversaire. Depuis sa rupture avec Véro (Valérie Bonneton) et ses soucis financiers, il est plongé dans la dépression et n’accueille pas avec grand plaisir ses anciens copains, même si sa charmante et douce compagne (Clémentine Baert) tente de lui faire retrouver la raison. Eric ( Gilles Lellouche) a percé dans le Cinéma et arrive avec son bébé et la nounou. Vincent (Benoît Magimel) arrive lui, avec son nouveau petit ami, retrouvant également son ex-femme Isabelle (Pascale Arbillot), épanouie dans sa nouvelle vie de célibataire. Antoine (Laurent Lafitte) lui, se contente de figuration au Cinéma, dans l’ombre d’Eric, et est toujours aussi con et maladroit! Enfin, Marie (Marion Cotillard) arrive avec son fils qu’elle accuse de lui avoir volé sa liberté et semble en colère contre tout!

Tout ce petit monde se retrouve donc pour une semaine où il ne va pas se passer grand chose avouons-le. Premier problème, ces 2h15 sonnent creux, Canet son compère Rodolphe Lauga, semblant être obligés de combler un vide abyssal par des péripéties totalement inutiles (la ballade à vélo, le saut en parachute, la sortie en bateau…) voire ridicules! La scène où Antoine fait une allergie aux chenilles restera comme l’un des plus gros malaises de l’année! Mais rien de grave par rapport au mépris de classe affiché lors d’une scène où le personnage d’Eric insulte et vire la nounou de sa fille! Quant à la direction d’acteurs qui était l’une des belles réussites du premier volet, tout le casting semble ici en roue libre, principalement Cluzet qui en fait des tonnes comme jamais et Marion Cotillard (que j’adore je préfère le préciser!), peu crédible dans ce rôle surexcité (la scène où elle en vient aux mains avec un automobiliste vaut son pesant de cacahuètes). Quant à l’intérêt d’inclure de nouveaux personnages comme celui incarné par José Garcia, faite-moi signe si vous l’avez saisi! Restent les beaux paysages du Bassin d’Arcachon et un goût amer dans la bouche, quel dommage de finir ensemble comme ça…

1.5

Publicités

Jeu Concours: 3 DVD et 1 Bluray de « A fond » à gagner (jeu terminé)

A l’occasion de la sortie en vidéo du film « A fond », CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 3 DVD et 1 Bluray. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 18 mai; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

ÇA DEVAIT ÊTRE DES VACANCES TRANQUILLES EN FAMILLE…

Porté par un casting hilarant, José Garcia, André Dussollier, Caroline Vigneaux,

Florence Foresti et Jérôme Commandeur, À FOND nous entraîne dans une course-poursuite survoltée

signée par le nouveau prodige de la comédie Nicolas Benamou (Babysitting 1 & 2).

 

Des personnages déjantés et des répliques cultes,

À FOND est un pur divertissement, totalement barré !

Critique: Mal de Pierres

034740.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Nicole Garcia
Scénario Nicole Garcia
Jacques Fieschi
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film dramatique
Sortie 19 octobre 2016

Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole où son rêve d’une passion absolue fait scandale. A une époque où l’on destine d’abord les femmes au mariage, elle dérange, on la croit folle. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier, chargé de faire d’elle une femme respectable. Gabrielle dit ne pas l’aimer, se voit enterrée vivante.
Lorsqu’on l’envoie en cure thermale pour soigner ses calculs rénaux, son mal de pierres, un lieutenant blessé dans la guerre d’Indochine, André Sauvage, fait renaître en elle cette urgence d’aimer. Ils fuiront ensemble, elle se le jure, et il semble répondre à son désir. Cette fois on ne lui prendra pas ce qu’elle nomme « la chose principale ». Gabrielle veut aller au bout de son rêve.

« Ce film n’a rien à faire à Cannes », « trop classique », « un film de Nicole Garcia en compet, on aura tout vu »… Voici un échantillon de ce qu’on a pu lire ou entendre à Cannes lors de la présentation du film au dernier Festival! Si l’on peut qualifier le nouveau film de Nicole Garcia de « classique », c’est dans sa dimension romanesque, Gabrielle, à l’instar de Madame Bovary, rêvant d’une vie meilleure, loin de la médiocrité auquel son quotidien la soumet. Dans une vraie souffrance physique (des calculs rénaux) et morale (Gabrielle a des pulsions sexuelles qu’elle souffre de ne pouvoir assouvir), l’héroïne incarnée par Marion Cotillard, se marie avec l’homme choisi par ses parents mais lui promet qu’elle ne l’aimera jamais. C’est lors d’une cure pour soigner ses douleurs rénales qu’elle rencontrera l’Amour le vrai à travers la personne d’un lieutenant de l’armée française qui pourrait enfin lui donner l’espoir d’un avenir meilleur. Cette histoire d’Amour impossible, cette structure en flash backs, cette volonté de laisser l’histoire prendre le dessus sur la forme, ce sont en effet les marques de fabrique d’un Cinéma à l’ancienne. Mais rien de péjoratif dans cette appellation: le Cinéma de Nicole Garcia est de ceux qui respectent le spectateur, alliant qualité, intelligence du propos et émotion sans artifices. Pour ce qui est de l’interprétation, les pourfendeurs de Marion Cotillard vont finir par se décrédibiliser complètement tant elle confirme un talent hors norme. Par sa présence et sa faculté à transmettre l’émotion par son seul visage et des choix de carrière frôlant le sans faute, elle est sans conteste notre plus grande star.

Vous l’aurez compris, « Mal de Pierres » est le film le plus abouti de Nicole Garcia et l’un des plus grands films de l’année!

4.5

Belles Familles: la bande-annonce du nouveau Rappeneau

1542

Douze ans après « Bon voyage », Jean-Paul Rappeneau sort seulement son huitième film, « Belles Familles ». L’attente est forte d’autant que le réalisateur a réuni un casting poids lourd! On retrouve notamment Mathieu Amalric, Marine Vacth, Gilles Lellouche, Karine Viard, André Dussolier ou encore Nicole Garcia! L’attente est-elle justifiée? Réponse le 14 octobre!

Critique bluray: Péril en la Demeure

61pYqLEef9L._SL1500_

  • Date de sortie :
     13 février 1985
  • Réalisé par :
    Michel Deville
  • Avec :
    Christophe Malavoy, Nicole Garcia, Anaïs Jeanneret…
  • Durée :
    1h40min
  • Pays de production :
     FRANCE
  • Année de production :  1984
  • Distributeur :
    GAUMONT

LE FILM: 8/10

David, jeune professeur de musique, a une liaison avec Julia, la mère de son élève. Un soir, il est sauvagement agressé par un inconnu qui tente de lui briser les mains. Il est sauvé par Daniel, un tueur à gages chargé d’assassiner le mari de Julia et de lui dérober des microfilms. Daniel le met en garde contre le comportement bizarre de la jeune femme mais David tente d’en savoir plus.

Tiré d’un roman policier, ce film de Michel Deville dégage un charme envoûtant. Avec sa mise en scène élégante et astucieuse et son montage elliptique qui voit les dialogues s’enchaîner d’une scène à l’autre, Péril en la Demeure séduit autant qu’il intrigue et l’érotisme dégagé par Nicole Garcia reste gravé dans les mémoires! A (re)découvrir!

TECHNIQUE: 8/10

Une copie très propre!

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce, on trouve des entretiens avec  Michel Deville, Nicole Garcia, Christophe Malavoy et Michel Piccoli et également une longue interview sans langue de bois et sans concession envers le monde du Cinéma de Richard Bohringer!

VERDICT: 8/10

Un polar vénéneux dans une belle édition!

Disponible en bluray (9.99 euros) chez Gaumont dès le 4 juin