Critique Bluray: A Ghost Story

A-Ghost-Story-Exclusivite-Fnac-Combo-Blu-ray-DVD

Réalisation David Lowery
Scénario David Lowery
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 87 minutes
Sortie 20 Décembre 2017

LE FILM:

4.5

Apparaissant sous un drap blanc, le fantôme d’un homme rend visite à sa femme en deuil dans la maison de banlieue qu’ils partageaient encore récemment, pour y découvrir que dans ce nouvel état spectral, le temps n’a plus d’emprise sur lui. Condamné à ne plus être que simple spectateur de la vie qui fut la sienne, avec la femme qu’il aime, et qui toutes deux lui échappent inéluctablement, le fantôme se laisse entraîner dans un voyage à travers le temps et la mémoire, en proie aux ineffables questionnements de l’existence et à son incommensurabilité.

Après un intermède du côté Disney avec « Peter et Elliott le Dragon », le réalisateur des « Amants du Texas » réunit le même couple Rooney Mara et Casey Affleck pour une histoire de fantômes bien loin des canons du genre. Le film, quasi-intégralement muet, nous montre un couple bientôt séparé par le deuil, le « mari » disparaissant dans un accident de la circulation. Si le corps s’est bien éteint, son âme, elle, persiste, sous la forme d’un drap blanc percé de deux trous à la place des yeux, comme Casper. Ce fantôme va pouvoir observer sa douce, puis les différents locataires de la maison et même aura la possibilité d’évoluer dans le temps aussi bien dans le passé que dans le futur. Poétique et conceptuel, « A ghost story » rappelle évidemment le Cinéma de Mallick par bien des aspects et offre plus qu’une réflexion sur notre condition humaine mais une vraie méditation. Se jouant de tous les codes narratifs ou visuels, ce film est une vraie surprise et l’un des films les plus surprenants de l’an dernier!

TECHNIQUE:

4.5

Plaisir des sens!

BONUS:

3.5

Outre une scène coupée, on trouve un petit module sur le compositeur de la musique et un making of d’une vingtaine de minutes.

VERDICT:

4.5

Une expérience à ne pas rater!

Disponible en combo Bluray/DVD édition Fnac dès le 24 avril chez Universal

Publicités

Critique: A Ghost Story

0089085.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation David Lowery
Scénario David Lowery
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 87 minutes
Sortie 20 Décembre 2017

Apparaissant sous un drap blanc, le fantôme d’un homme rend visite à sa femme en deuil dans la maison de banlieue qu’ils partageaient encore récemment, pour y découvrir que dans ce nouvel état spectral, le temps n’a plus d’emprise sur lui. Condamné à ne plus être que simple spectateur de la vie qui fut la sienne, avec la femme qu’il aime, et qui toutes deux lui échappent inéluctablement, le fantôme se laisse entraîner dans un voyage à travers le temps et la mémoire, en proie aux ineffables questionnements de l’existence et à son incommensurabilité.

Après un intermède du côté Disney avec « Peter et Elliott le Dragon », le réalisateur des « Amants du Texas » réunit le même couple Rooney Mara et Casey Affleck pour une histoire de fantômes bien loin des canons du genre. Le film, quasi-intégralement muet, nous montre un couple bientôt séparé par le deuil, le « mari » disparaissant dans un accident de la circulation. Si le corps s’est bien éteint, son âme, elle, persiste, sous la forme d’un drap blanc percé de deux trous à la place des yeux, comme Casper. Ce fantôme va pouvoir observer sa douce, puis les différents locataires de la maison et même aura la possibilité d’évoluer dans le temps aussi bien dans le passé que dans le futur. Poétique et conceptuel, « A ghost story » rappelle évidemment le Cinéma de Mallick par bien des aspects et offre plus qu’une réflexion sur notre condition humaine mais une vraie méditation. Se jouant de tous les codes narratifs ou visuels, ce film est une vraie surprise et l’un des films les plus surprenants de l’année!

4.5

CRITIQUE DVD: THE WARD

LE FILM:

En 1966, dans l’Oregon, Kristen est arrêtée après avoir mis le feu à une ferme. Murée dans le silence, le corps couvert d’ecchymoses et sans le moindre souvenir de ce qu’il s’est passé, Kristen est enfermée dans un hôpital psychiatrique pour jeunes filles. Elle est confiée à un médecin décidé à l’aider grâce à une thérapie expérimentale. Les autres détenues vivent dans la terreur d’un fantôme qui aurait été vu la nuit dans les couloirs. Kristen est bien décidée à s’échapper mais elle va comprendre que la créature détient la clé de son passé…

Après un début de carrière au cours duquel il enchaînait les chefs d’oeuvre avec une belle régularité ( Assaut, Halloween, Fog, New York 1997, The thing…), une période ventre mou (Christine, Starman, Prince des Ténèbres…) puis une traversée du désert (Los Angeles 2013, Vampires, Ghosts of mars), John Carpenter semble reprendre un peu du poil de la bête avec ce « direct to dvd ». Non pas que « The Ward » soit un chef d’oeuvre du genre mais il reste un film d’ambiance assez réussi. Habilement mis en scène, le film distille dès le générique, très réussi avec un thème musical glaçant, une angoisse tenace. Quasi-huis clos, hormis quelques flash backs et la scène de l’incendie, le film se déroule intégralement dans le décor de cet hôpital psychiatrique des années 60, terrain de jeu idéal pour le maître de l’épouvante, des couloirs à la cave, en passant par la morgue ou le monte-charge! Une curiosité à savourer mais pas tout seul!

Très belle édition: image parfaite malgré les nombreuses scènes nocturnes et son 5.1 ad hoc!

LES BONUS:

Outre une grosse section de bandes annonces des prochaines sorties et de films avec la belle Amber Heard, une courte présentation de Carpenter lors d’une avant-première au Canada, et un mini making of promotionnel, le principal bonus est le commentaire audio du réalisateur et du comédien qui interprète le médecin.

VERDICT:

Un DVD à s’offrir si vous aimez les frissons!

Découvrez d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Film d’horreur et la catégorie Film 2010. Retrouvez la fiche Cinetrafic du film.
Disponible en DVD et Blu-ray chez  Metropolitan Filmexport dès le 1er février.