Critique: Je Vais Mieux

4377725.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Je vais mieux
Réalisation Jean-Pierre Améris
Acteurs principaux
Sociétés de production EuropaCorp
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Sortie 30 mai 2018

Un quinquagénaire est victime d’un mal de dos fulgurant. Tous les médecins, les radiologues et les ostéopathes du monde ne peuvent rien pour lui : la racine de son mal est psychologique. Mais de son travail, de sa femme ou de sa famille, que doit-il changer pour aller mieux ? 

Onzième Film de Jean-Pierre Améris, « Je vais mieux » et l’adaptation du roman éponyme de David Foenkinos. Dans la même veine que « les Emotifs anonymes » qui évoquaient deux éclopés de la vie, paralysés par une timidité maladive, le dernier film du réalisateur nous entraîne dans les difficultés de Laurent, incarné par l’excellent Eric Elmosnino. Plié en deux par un mal de dos qu’aucun spécialiste ne semble capable de soigner, il va prendre conscience que peut-être l’explication tient à des raisons plus psychologiques que physiologiques. Malmené à son travail, mal aimé par sa femme et en manque de marques d’affection de ses parents, il passe son existence à encaisser sans jamais rendre les coups. Cette petite comédie finement écrite et parfaitement interprétée se montre souvent très drôle mais aussi émouvante tant le personnage est attachant et terriblement humain. Un film qui vaut toutes les psychothérapies du monde!

4

Publicités

Jeu Concours: 5×2 places pour « la Famille Bélier » à gagner (jeu terminé)

affiche

A l’occasion de la sortie en salles de « la Famille Bélier » le 17 décembre, CINEDINGUE et MARS FILMS sont heureux de vous offrir 5×2 places pour le découvrir. Pour gagner, il vous suffit de répondre correctement aux questions avant le 17 décembre. Un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Synopsis : Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

 

Critique: La Famille Bélier

246130.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Comédie
  • Date de sortie :
    17 décembre 2014
  • Réalisé par :
    Eric Lartigau
  • Avec :
    Karin Viard, François Damiens, Louane Emera, Eric Elmosnino…
  • Durée :
    1h45min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Mars Distribution

Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

De temps à autre, on croise un petit film sans prétention dont la mélodie résonne à votre oreille et vous cueille tout simplement pour ne plus vous lâcher durant 1h45. C’est le cas avec le 5ème film d’Eric Lartigau (« Mais qui a tué Pamela Rose?  » « Prête-moi ta main »…) qui met en scène une jeune adolescente, seule entendante dans une famille de malentendants, qui révèle un don pour la chanson qui pourrait la contraindre à quitter sa famille dont elle est un élément indispensable. En effet, à côté de sa vie de lycéenne, c’est elle qui s’occupe des relations avec les clients de la fromagerie, les fournisseurs, qui fait l’interprète avec le médecin de famille, etc…

photogramme001

Si la trame du scénario n’a rien de très surprenant, notamment la partie qui concerne le concours de chant, c’est ce mélange de teen-movie, de récit initiatique et de réflexion sur la famille et la manière d’aimer qui séduit. Mais surtout, c’est l’interprétation qui emporte définitivement le morceau: le couple Karin Viard/François Damiens est éblouissant dans le rôle de ce couple d’agriculteurs malentendants, montrant une nouvelle facette de leur talent, eux qui jusqu’alors brillaient surtout par leur science du verbe; Eric Elmosnino est absolument parfait dans ce rôle de professeur de musique blasé par ses échecs passés qui trouve enfin un talent à travers lequel enfin s’accomplir. Quant à la révélation de l’émission The Voice, Louane Emera, elle remporte haut la main un challenge ô combien difficile en se montrant non seulement très crédible mais d’un naturel rafraîchissant et surtout vraiment émouvante (une petite larmichette n’est pas totalement exclue!). Un vrai bon feel-good movie qui donne envie d’aimer et de chanter!

4

 

CRITIQUE DVD: OUF

816NcbA+kGL__SL1500_

LE FILM: 6/10

À 41 ans, François a tout pour être heureux : une femme, deux enfants, un bel appartement. Mais après un énième dérapage incontrôlé, suivi d’une mise au vert à l’hôpital psychiatrique, Anna, l’amour de sa vie, le met à la porte. Ballotté entre un père qui l’infantilise, une mère psychanalyste qui le reçoit entre deux patients et une meilleure amie au bord de la crise de nerfs, François n’a plus qu’une seule idée en tête : reconquérir Anna…

Le cinéma français s’aventurant rarement dans d’autres genres que le drame pur ou la gaudriole, le principal atout du film est de se situer entre les deux dans une espèce de comédie empreinte d’une certaine mélancolie voire d’une vraie tristesse. Car c’est bien un drame que vit le personnage principal qui n’arrive pas à régler ses problèmes psychologiques, y perdant tous les gens qui lui sont chers. Souvent drôle, le film contient certains passages vraiment émouvants. Eric Elmosnino véhicule à merveille ce mélange de folie, d’énergie et de tristesse que requiert son personnage et le reste du casting est également très réussi; on peut voir Sophie Quinton (Poupoupidou), Valeria Golino, Anémone ou encore Luis Rego! Seul défaut du film, un rythme qui se cherche sans jamais vraiment trouver sa vitesse de croisière. Inabouti mais très prometteur!

TECHNIQUE: 8/10

RAS!

BONUS: 6/10

Seul bonus, un excellent court-métrage, « le Baiser » qui n’est pas sans lien avec le long!

VERDICT: 6/10

Un film imparfait mais qui a le mérite d’être original!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez MK2

LE COEUR DES HOMMES 3: LES PREMIERES IMAGES

20380670

Le 23 octobre prochain sortira le troisième volet du Cœur des Hommes, toujours réalisé par Marc Esposito mais sans Gérard Darmon, en conflit avec son réalisateur. Exit donc le personnage de Jeff et place à Jean, incarné par Eric Elmosnino. Voici les premiers teasers:

 

CRITIQUE BLU-RAY: TELE GAUCHO

81NRWJ9AfhL__AA1500_

LE FILM: 7/10


Tout a commencé lorsque les caméscopes ont remplacé les caméras. Faire de la télé devenait alors à la portée de tous. Jean-Lou, Yasmina, Victor, Clara, Adonis et les autres ne voulaient pas seulement créer leur propre chaîne de télé, ils voulaient surtout faire la révolution. Ainsi naquit Télé Gaucho, aussi anarchiste et provocatrice que les grandes chaînes étaient jugées conformistes et réactionnaires. Cinq années de grands foutoirs, de manifs musclées en émetteur pirate, de soirées de beuveries en amours contrariées… et ce fut ma parenthèse enchantée…

Deux ans après Le Nom des Gens, la meilleure comédie française de ces dix dernières années à mon avis, on  attendait avec grande impatience le nouveau film de Michel Leclerc. Il évoque avec Télé Gaucho son expérience au sein de Télé Bocal une télé indépendante dans laquelle il pouvait laisser libre cours à son imagination débordante et à ses opinions politiques plutôt orientées vers la gauche.

Il suit donc le parcours du jeune Victor (son alter ego ?) qui en plus d’être stagiaire dans une chaîne de télé cousine proche de TF1, s’éclate à côté chez Télé Gaucho avec une bande de trublions de tous genres. Beaucoup moins structuré que son précédent film, Télé Gaucho donne l’impression d’un gros bazar qui permet à Michel Leclerc de glisser une espèce de « best of » de de Télé Bocal à travers ses « objets qui nous font chier », ses chansons, ses « avant je croyais », etc…

Malgré cette narration beaucoup moins fluide et un scénario moins construit, Télé Gaucho reste une comédie souvent très drôle mais surtout hyper attachante car elle est tout à fait cohérente avec son metteur en scène et s’appuie de surcroît sur une troupe de comédiens qui, même s’il interprètent des personnages caricaturaux, prennent visiblement beaucoup de plaisir: Eric Elmosnino, Sara Forestier (née pour la comédie), Maïwenn, Félix Moati et Emmanuelle Béart. Cerise sur le gâteau, Télé Gaucho regorge de répliques qui pourraient bien devenir cultes!

TECHNIQUE: 9/10

Rien à dire sur ce transfert HD impeccable.

BONUS: 8/10

Outre un making of et des scènes coupées, l’interactivité de ce bluray est un condensé de l’esprit de Télé Bocal avec tout un tas de séquences assez drôle et le superbe court-métrage très personnel « le Poteau Rose ».

VERDICT: 8/10

Un blu-ray idéal pour les amateurs de comédies intelligentes!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez TF1 Video dès le 17 avril.

 

CRITIQUE: GAINSBOURG, VIE HEROIQUE (2010)

Universal Pictures International France

La vie de Gainsbourg de son enfance pendant l’occupation à ses dernières années avec Bambou.

Je m’étais dit que j’attendrai la sortie en dvd pour le voir et bien j’ai eu raison. Joann Sfar, auteur de BD reconnu, a eu une bonne idée, nous présenter la vie de Gainsbourg non comme un biopic traditionnel mais plutôt comme un conte. Louable certes, mais son personnage de Gainsbarre qui accompagne Gainsbourg tout au long du film finit par être franchement emmerdant! Il apparaît toutes les 5 minutes avec ses oreilles et son nez en carton pâte sans apporter grand chose au film. Quant aux conquêtes de la star, elles défilent l’une après l’autre, tel un zapping complètement décousu. Elles apparaissent comme par enchantement sans qu’on en sache plus sur leur rencontre avec Gainsbourg. Tout paraît survolé sans qu’on apprenne rien qu’on ne sache déjà. Grosse satisfaction par contre concernant l’interprétation d’Eric Elmosnino, Gainsbourg plus vrai que nature et Laetitia Casta, réincarnation de Brigitte Bardot.

2 heures d’ennui…