Critique Bluray: Once Upon A Time In Hollywood

61KiSRht3FL._SL1000_

Réalisation Quentin Tarantino
Scénario Quentin Tarantino
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Polybona Films
Heyday Films
Visiona Romantica
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre comédie dramatique
Durée 161 minutes
Sortie 14/08/2019

LE FILM:

5

En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus. 

Si l’on compte les deux volumes de Kill Bill comme un seul film, « Once upon a time in Hollywood » est donc le 9ème long de la carrière de Quentin Tarantino, quatre ans après « les Huit Salopards »! Durant 2 h40, QT nous plonge dans le Hollywood de la fin des 60’s à travers le personnage de Rick Dalton, acteur sur le retour dont la carrière s’enfonce entre les rôles de méchant et les apparitions dans des séries TV ou des pubs. Il situe son histoire les quelques semaines précédant l’assassinat de la compagne de Polanski, Sharon Tate, par les disciples de Charles Manson. Il mélange donc réalité et fiction, joue avec la chronologie et multiplie les citations et les clins d’oeil avec toujours le même effet jubilatoire. Son duo d’acteurs DiCaprio/Pitt tutoie des sommets, notamment le premier absolument hilarant du début à la fin et le reste du casting est à l’avenant, avec des caméos d’Al Pacino, Kurt Russel ou encore Bruce Dern! Comme souvent, QT réserve une explosion de violence pour les dernières minutes, avec une scène qui restera dans les annales! Ce QT s’avère donc un excellent cru qui ravira les cinéphiles et les adeptes de prestations d’acteurs! On en redemande…

TECHNIQUE:

4.5

Du pur bonheur a tous les niveaux!

BONUS:

2.5

Outre une trentaine de minutes de scènes coupées, on trouve quelques featurettes avec des interviews de l’équipe sur différents thèmes comme les décors, les costumes, les voitures…

VERDICT:

5

L’un des grands films de l’année dernière enfin en vidéo!!!

Disponible en Bluray (24.99 euros) chez Sony pictures

CRITIQUE: LE LOUP DE WALL STREET

LE LOUP DE WALL STREET

 

L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez…

Deux ans après l’intermède poétique et enfantin d’Hugo Cabret, Martin Scorsese se lache en portant à l’écran l’autobiographie de Jordan Belfort, opérant ainsi un véritable retour vers ce qui constitua la base de ses plus grands films: le récit de l’ascension et de la déchéance d’un homme. Ce fut déjà la thématique de films comme Raging Bull, les Affranchis, Casino ou même Aviator. Si l’on n’a pas affaire ici au milieu de la mafia, le récit de la vie de Jordan Belfort s’y apparente tout de même beaucoup: l’amour de l’argent, l’absence de morale, la consommation de drogues et de sexe à outrance… Si le scénariste du film n’est autre que Terence Winter, scénariste des Soprano et créateur de Boardwalk Empire avec Scorsese, ce n’est pas un hasard; le film fait d’ailleurs penser de par son ampleur et son esthétique à une série américaine et il n’y a rien de péjoratif là-dedans!

Si la mise en scène de Scorsese est virtuose et si certaines scènes accéderont au statut de scènes cultes grâce à des dialogues explosifs, cette saga de 3 heures souffre de quelques longueurs notamment dans sa première partie où le cocktail sexe/drogue, servi dans de telles quantités, finit par lasser. Quant à l’hystérie totale qui habite les 180 minutes du film avec la quasi-intégralité des dialogues hurlés (avec 569 « fuck », Scorsese atomise son record de Casino et ses 398 « fuck »!) et un montage ultra-cut, elle nous donne l’impression d’avoir passé tout le film dans une essoreuse! Toutefois les performances exceptionnelles de l’ensemble du casting notamment Leonardo DiCaprio (décidément génial) et Jonah Hill (impressionnant!) et le côté jubilatoire de l’ensemble font de ce Loup de Wall Street un bon cru à défaut d’un grand film!

NOTE: 7.5/10

 

THE WOLF OF WALL STREET: LA BANDE ANNONCE DU NOUVEAU SCORSESE

wolf_wall_street-620x413

Le 25 décembre prochain, Martin Scorsese offrira en guise de cadeau de Noël aux cinéphiles que nous sommes son dernier film dans lequel il retrouvera son acteur fétiche Di Caprio après la trêve Hugo Cabret.

Pour l’entourer, on verra également Jonah Hill, Matthew McConaughey et le frenchie Jean Dujardin! Pour nous mettre en appétit, voici la première bande-annonce qui nous promet de sacrés numéros d’acteurs!

 

CRITIQUE: TITANIC 3D

Pour vous parler de cette sortie à la place de votre serviteur qui n’a pu assister à la projection du film, je laisse la place à Marine de l’excellent site www.2muchponey.com qui a eu la gentillesse de faire l’envoyée spéciale!

Quatorze ans après , James Cameron décide de ressortir son chef d’oeuvre sur grand écran et en 3D ! L’occasion pour nous de revoir dans les meilleures conditions l’un des films les plus marquant de la fin du XXème siècle. Remontez à bord du plus beau navire jamais construit.

Lorsque j’ai vu Titanic, j’avais 10 ans. J’ai le souvenir d’un film gigantesque, grandiose et profondément triste. Je me souviens aussi que ce film a donné naissance à ma passion pour « Léo DiCaprio » et m’a à tout jamais traumatisée au sujet des naufrages en haute mer. Pourtant au fil des ans j’avais commencé à oublier ce film. A critiquer comme beaucoup l’histoire d’amour à l’eau de rose et la longueur exagérée du film. Depuis j’ai grandi, vu de nombreux autres films et aime toujours autant l’acteur. J’ai même pardonné à Kate Winslet de l’avoir laissé mourir … C’est donc avec beaucoup de curiosité et d’espoir que je suis retournée voir Titanic 3D. Et en VO cette fois s’il vous plait!

Lunettes 3D sur le nez et me voilà prête à embarquer. Dès les premiers instants, le thème musical du film et ce titre que je revois en lettres capitales sur le gigantesque écran me donnent mes premiers frissons. De voir cette épave du Titanic n’aidera pas à me faire redescendre sur terre. Le miracle aura lieu. Je le sais. Je le sens. Rendez-vous dans 3h20 !

Jack et Rose sont enfin réunis devant l’horloge du grand escalier doré, le cœur de l’océan a rejoint sa place, et je redescends, les yeux humides, un peu de mon petit nuage. Que dire de Titanic ? Si j’en avais un souvenir mémorable, je n’avais jusque là jamais pris conscience de l’immensité de ce film qui a tout d’un chef d’oeuvre ! Tout y est simplement parfait. Impossible de faire à James Cameron le moindre reproche. Le scénario, les décors, la mise en scène et les acteurs sont absolument incroyables. Titanic est sans aucun doute la plus grande fresque romanesque jamais contée. James Cameron nous emmène loin, très loin de notre siège pour nous faire revivre au plus près les derniers jours du Titanic. Le bateau est aussi grandiose que dans mes souvenirs (si ce n’est plus … ) et Léo toujours aussi beau. James Cameron réussit le pari incroyable de mêler une histoire d’amour à un film d’aventure absolument passionnant. Les scènes d’action sont d’une beauté et d’une ingéniosité évidentes. Et même lorsque l’on connait la fin de l’histoire, on se laisse emporter comme au premier jour. Les péripéties de nos héros nous paraissent nouvelles à chaque scène et on espère encore que le Titanic réussira à barrer à temps et à éviter l’iceberg… Quant aux effets spéciaux que dire? Presque 15 ans après, ils ne semblent pas démodés (bien au contraire) et le paquebot n’a jamais fait si vrai.

Bien sûr on sourit quand on voit Jack Dawson monter sur les cordes face au vent hurler « I’m the king of the world » ou quand on sait que Rose va lâcher son inoubliable « I’m flying » mais quel pied énorme ! Et quelle émotion ! 14 après j’ai l’impression de redécouvrir le film pour la première fois. Il y a tout dans Titanic, du rythme (les 3h20 passent tellement bien !), de l’action, de l’intelligence, de l’humour, de l’amour, de l’amitié, de l’espoir, du suspense… Tout y est et le résultat est sans appel !

James Cameron a senti le filon et ressort son film en 3D. Et bien qu’elle donne une très belle perspective à de nombreuses scènes (notamment les scènes de dialogue entre Jack et Rose filmées à contre-champs) et de très beaux décors, la 3D ne m’aura une fois encore pas profondément marquée. Mais face à cette histoire titanesque elle n’est au final qu’accessoire.

Quatorze ans après, l’émotion est toujours au rendez-vous (et plus encore ! ) et comme un bon vin le film est encore meilleur qu’à la première découverte. Il aura fallu mûrir un peu pour se rendre totalement compte de l’immensité de ce film que je conseille à tous d’aller re-découvrir sur grand écran. 3D ou pas le film méritait une ressortie au cinéma ! Alors n’attendez pas pour monter à bord et laisser vous embarquer par cette aventure juste sublime. Un chef d’œuvre en puissance.

Marine Bordone

Encore merci à Marine et n’hésitez pas à mettre www.2muchponey.com dans vos favoris!