Critique Bluray: Les Banlieusards

81BRHw3wFBL._SL1500_.jpg

91c23DbUidL._SL1500_.jpg

LE FILM:

3.5

Un banlieusard, Ray Peterson, devient peu à peu persuadé que ses nouveaux voisins étrangers, les Klopek, sont de dangereux individus. À la suite de la disparition de leur voisin Walter Seznick, Ray s’allie à Art Weingertner et Mark Rumsfield, deux de ses voisins, et concocte un plan d’infiltration de la propriété des Klopek lors de leur départ en voiture un après-midi.

Sorti en 1989, juste entre « L’aventure Intérieure » et « Gremlins 2 », « Les Banlieusards » est un film plutôt mineur dans la carrière de Joe Dante mais loin d’être dénué d’intérêt. S’il s’agit ici d’une comédie, l’aspect fantastique cher au réalisateur est présent. Les Klopek, nouveaux voisins du quartier sont en effet bizarre et leur comportement laisse penser à certaines activités sanglantes! Le casting est plutôt réussi avec notamment Tom Hanks, en train de devenir une énorme star, Carrie Fisher ou encore Bruce Dern, parfait en ancien combattant qui cherche à retrouver les joies de son métier avec son voisinage. D’autre part, le film est truffé de clins d’oeil cinématographiques notamment au western leonien! Comme toujours chez Dante, le portrait peu flatteur de ces banlieusards cache une critique acerbe de ses compatriotes!

TECHNIQUE:

4

Une copie plutôt propre avec toutefois un léger grain pas dérangeant.

BONUS:

4.5

Une interactivité complète! On trouve ici une très bonne interview de Joe Dante, , une présentation du film par Franck Lafond, la copie de travail intégrale du film, une comparaison entre celle-ci et le montage final, une fin alternative et des featurettes d’époque! Les acheteurs du coffret Super Collector auront en prime l’excellent et complet ouvrage  collectif dirigé par Frank Lafond!

VERDICT:

4

Une comédie culte dans une édition parfaite!

Disponible en bluray (19.99 euros) et coffret Super Collector (49.99 euros) chez Carlotta Films dès le 1er décembre

Critique Bluray: l’Aventure Intérieure

91FIMfBqPXL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    16 décembre 1987
  • Réalisé par :
    Joe Dante
  • Avec :
    Dennis Quaid, Meg Ryan, Martin Short…
  • Durée :
    2h
  • Année de production :  1987
  • Titre original : INNERSPACE
  • Distributeur :
    WARNER BROS

LE FILM:

4.5

Forte tête de la marine américaine, le lieutenant Tuck Pendelton se porte volontaire pour une expérience très risquée. Miniaturisé, aux commandes d’un submersible de poche, il va etre injecté dans l’organisme d’un lapin. Mais de méchants espions industriels s’emparent de la puce qui peut inverser le processus. C’est alors que Tuck se trouve propulsé dans l’arrière-train d’un modeste employé de super-marché. Il va devoir convaincre son hôte de le sortir de là !

Quelle joie de voir ce film enfin édité sur support HD! Sorti en 1987 alors que j’avais 10 ans, ce film de Joe Dante m’attira alors en salle à trois reprises et je ne compte pas les visionnages qui ont fait de la VHS une des plus usées de ma vidéothèque avec Maniac Cop!

Quand Joe Dante réalise l’Aventure Intérieure, il est surtout connu pour ses deux films d’horreur Piranhas et Hurlements et sa comédie horrifique Gremlins! Reprenant le concept du Voyage Fantastique de Richard Fleisher avec un homme, le lieutenant Tuck Pendleton, injecté dans un corps humain (ici par erreur), Joe Dante livre un fabuleux mélange d’aventures, de science-fiction et de comédie. Malgré le succès critique et mes trois entrées, le film ne rencontra pas un énorme succès.

L'aventure intérieure

Tous les ingrédients étaient pourtant réunis: un humour ravageur aux accents parfois cartoonesques, une aventure menée à tambour battant, des effets spéciaux (Dennis Murren) et des maquillages (Rob Bottin) très réussis pour l’époque, une excellente BO de Jerry Goldsmith agrémentée du tube de Rod Stewart Twistin’ the night away et un duo Martin Short/Dennis Quaid parfait auquel s’ajoute la ravissante Meg Ryan! Le potentiel comique de Martin Short dans le rôle de l’hypocondriaque Jack Putter est d’une puissance telle que la suite de la carrière de l’acteur demeure une énigme tant rien n’égalera en qualité cette Aventure Intérieure.

Sous ses allures de film tous publics, on retrouve l’impertinence de Dante de ci de là, notamment avec ce méchant à prothèse manuelle multifonction qui l’utilise même comme sex toy et ce triangle amoureux entre les trois personnages principaux. L’évolution des deux personnages masculins est une belle réussite avec ce personnage de poltron de Putter qui va parvenir à se libérer de ses inhibitions pour sortir grandi de l’aventure et à l’inverse, le casse-cou Pendleton qui va apprendre l’humilité en se trouvant miniaturisé et prisonnier du corps d’un autre.

1h40 de plaisir à l’état pur!

TECHNIQUE:

4

Une copie très propre sans défaut majeur, à la définition et au contraste impeccables. Côté son, la VO DTS HD est bien évidemment à préférer à la VF beaucoup plus plate et étouffée.

BONUS:

0.5

La bande-annonce et un commentaire audio non sous-titré, dommage…

VERDICT:

4.5

Un bluray minimaliste mais néanmoins indispensable!!!

Disponible en Bluray (14.99 euros) chez Warner Bros dès le 2 septembre

CRITIQUE: HURLEMENTS

3974525hvrey

Une série de meurtres effroyables terrorise la population de Los Angeles. Une jeune journaliste de télévision mène sa propre enquête…

Entre son premier film Piranhas, et son son troisième, son grand succès « les Gremlins », Joe Dante réalise en 1981 « Hurlements ». Comme toujours dans les films de Dante, on sent l’influence du passé et l’hommage au cinéma de genre mais avec un vent de nouveauté. Ici, Joe Dante rend hommage aux films de monstres et plus particulièrement aux films de loup-garou mais en modernisant le concept. Le premier tiers du film a d’ailleurs tout du slasher movie avec un tueur en série dont rien n’indique quelconque lien avec un lycanthrope. C’est lorsque la journaliste se retrouve dans « la colonie » dans le cadre d’une thérapie que le film vire au film de loup-garou.

Magnifiquement mis en scène, Hurlements est d’une réelle efficacité et remplit largement son contrat de faire frissonner. La musique de Pino Donaggio et les magnifiques maquillages de Rick Baker et Rob Bottin y sont évidemment pour beaucoup et ces derniers soutiennent largement la comparaison avec les effets numériques d’aujourd’hui. On retrouve l’aspect satirique des films de Dante lors d’une scène finale d’anthologie au journal télévisé! L’un des grands films de monstres!

NOTE: 8/10

CRITIQUE: EXPLORERS

explorers_poster

 

Passionné de science-fiction, le jeune Ben Crandall souhaite plus que tout au monde rencontrer des extra-terrestres. Une nuit, le garçon fait un rêve étrange concernant un vaisseau spatial. Le lendemain, il décide de construire cet appareil volant avec son ami Wolfgang, génie en herbe. Une fois l’engin élaboré, les apprentis astronautes partent à la découverte de l’espace sans se douter de l’accueil que leur réserve les autres planètes…

Sorti un an après le carton de Gremlins, le 4 ème film de Joe Dante, bien que désavoué par son auteur, porte clairement sa patte. Hommage aux films de science-fiction des années 50, Explorers nous parle de science comme Piranhas ou l’Aventure Intérieure par exemple et porte un regard critique sur la société américaine et les médias, thème récurrent également. Film d’aventures prenant comme héros trois adolescents, le film eut un impact dans le cœur des enfants de ma génération semblable à E.T. ou les Goonies. Il est amusant de le revoir aujourd’hui et de retrouver des comédiens comme Ethan Hawke ou feu River Phoenix.

Malheureusement, les dernières minutes, très hollywoodiennes, sont indignes du cinéaste qui fut dépossédé de son projet par des changements de studio en cours de tournage. Joe Dante s’en explique dans une interview dont vous trouverez le lien ci-dessous.

NOTE: 7/10

 


 

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-1167/interviews/?cmedia=19411487

CRITIQUE BLU-RAY: PIRANHAS

51aZ-45+LwL

LE FILM: 7.5/10

Lors d’une soirée au clair de lune, deux amoureux prennent un bain de minuit dans les eaux calmes d’un lac perdu, sans savoir qu’ils vont être le prochain
repas d’un banc de piranhas affamés et féroces. Ces mangeurs d’hommes ont été génétiquement modifiés lors d’une expérience gouvernementale top secret. Mais le pire reste à venir… car ces milliers de poissons voraces se dirigent maintenant vers les berges d’une station balnéaire…

Premier film réalisé en solo par Joe Dante pour le producteur Roger Corman, Piranhas est une pure série B comme il s’en produisait à la pelle dans les années 70, avec un budget ridicule et peu d’ambition. C’était sans compter sur Joe Dante cinéaste poil à gratter qui camoufle toujours sous ses airs de films d’horreur caustiques des charges contre la société de consommation et son pays en général.

Maniant sans cesse le second degré, son Piranhas surfe sur la vague initiée par les Dents de la Mer, lui rendant même un hommage direct dès le début du film avec un personnage jouant au jeu Jaws. Beaucoup moins terrifiant que son modèle, Piranhas reste une sucrerie assez savoureuse qui se veut plutôt un hommage aux films de monstres des années 40-50.

TECHNIQUE: 7/10

Côté image, le résultat est satisfaisant, respectant le grain d’origine même si subsistent quelques rayures et tâches de temps en temps. Côté son, la VO est à préférer, se montrant plus équilibrée et moins criarde.

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce, on trouve un entretien avec Joe Dante bourré d’anecdotes dont la volonté de rendre hommage à Citizen Kane! On trouve également un montage d’images de tournage sans son.

VERDICT: 8/10

Indispensable pour les fans de films d’horreur 70’s!

Disponible en DVD (16,99 euros) et blu-ray (19,99 euros) chez Carlotta Films dès le 4 juin.