Critique: Pentagon Papers

4821419.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Post
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Liz Hannah
Josh Singer
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox Searchlight Pictures
Amblin Partners
Amblin Entertainment
Pascal Pictures
Star Thrower Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre historique
Durée 116 minutes
Sortie 24 Janvier 2018

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s’associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d’État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d’années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

Un peu plus d’un an avec le raté « BGG » et quelques mois avant son « Ready Player One » (sortie le 28 mars), Steven Spielberg sort son film « sérieux » du moment, « Pentagon Papers » sur les journaux qui bravèrent le gouvernement Nixon en publiant des documents « secret défense » sur la guerre du Vietnam. Il s’agit ici sur le fond sans doute de son film le plus important depuis « la Liste de Schindler ». Alors que les Etats-Unis sont depuis un an sous le joug de Trump, le film tire la sonnette d’alarme sur les abus du pouvoir et met en lumière tous ceux qui, à leur niveau, sont prêts à braver les interdits pour faire triompher la vérité. Par ailleurs, à travers le personnage incarné par Meryl Streep, Katharine Graham, la directrice du Washington Post, Spielberg rend hommage aux femmes. A une époque où la femme est réduite à son rôle de ménagère, cette dernière va s’imposer dans un monde d’hommes, au risque de tout perdre. De ces deux thèmes très forts, Spielberg, en conteur hors pair, nous offre un thriller d’une grande intelligence, véritable leçon de mise en scène, rendant le film souvent jubilatoire. Pour l’épauler, on retrouve ses habituels complices, Kaminski à la photo et John Williams pour une partition très inspirée. Mais si le film est un tel bonheur, c’est aussi grâce à ses interprètes, Tom Hanks (5ème collaboration avec Spielberg) et Meryl Streep comme toujours incroyable (l’une des scènes majeures du film alors qu’elle est au téléphone est absolument grandiose d’intensité). Spielberg est grand, Spielberg est immense et « Pentagon Papers » est un classique instantané!

5

Publicités

Critique Bluray: Sully

61ix5r6FwvL._SL1000_.jpg

Réalisation Clint Eastwood
Scénario Todd Komarnicki
Acteurs principaux
Sociétés de production Flashlight Films
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre biographie
Durée 96 minutes
Sortie 30 novembre 2016

LE FILM:

4.5

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009. 
Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

A 86 ans, Clint Eastwood réalise son 35ème film et semble dans une forme olympique. Avec Sully, il relate l’histoire incroyable du Commandant Sullenberger qui, avec deux moteurs en panne, parvint à poser son avion et ses 155 passagers sur l’Hudson! Avec cette histoire insensée, Eastwood a de nouveau l’occasion de nous montrer un héros américain et de retrouver les thématiques qui lui sont chères comme le traumatisme ou l’affrontement d’un homme contre le système. Comment captiver le public pendant 90 minutes avec une histoire connue qui s’est déroulée le temps de 4 minutes? Eastwood s’appuie sur un scénario millimétré et une mise en scène d’une précision d’horloger. S’il nous montre les images de l’incident à de multiples reprises, à travers des flashbacks illustrant les souvenirs de Sully, il nous apporte à chaque fois des éléments nouveaux et parvient à nous passionner pour le sort de certains passagers. Si le film est si fort et impressionnant, c’est aussi évidemment grâce à l’interprétation toute en finesse de Monsieur Tom Hanks!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait!

BONUS:

3.5

On trouve ici trois documentaires sur les faits réels, sur le vrai Sully ainsi que sur le tournage pour une durée totale d’une heure!

VERDICT:

4.5

Eastwood en grande forme!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros

 

Critique Bluray: Inferno

717wGZNfHiL._SL1000_.jpg

Réalisation Ron Howard
Scénario David Koepp
Acteurs principaux
Sociétés de production Imagine Entertainment
Skylark Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 121 minutes
Sortie 9 novembre 2016

LE FILM:

2

Robert Langdon se réveille dans un hôpital italien, frappé d’amnésie, et va devoir collaborer avec le docteur Sienna Brooks pour retrouver la mémoire. Tous deux vont sillonner l’Europe dans une course contre la montre pour déjouer un complot à l’échelle mondiale et empêcher le déchaînement de l’Enfer…

Après « Da Vinci Code » et « Anges et Démons », Ron Howard nous sert le troisième volet des aventures mystico-sherlockiennes du scientifique Robert Langdon! Ce dernier se réveille dans un lit d’hôpital italien, amnésique, et cible d’une fausse carabinière! Les deux heures suivantes seront le théâtre d’une immense course poursuite où Langdon devra comprendre pourquoi il est pourchassé et quel péril menace la Terre, résolvant au passage les nombreuses énigmes qui se proposeront à lui. Bizarrement, si le récit va à 100 à l’heure, tout semble tellement précipité et capillo-tracté que l’on sent vite l’ennui! Et tout comme Tom Hanks, le tout s’essouffle assez vite…

TECHNIQUE:

4.5

Splendide à tous les niveaux!

BONUS:

3.5

On trouve ici quelques scènes coupées et un making of très promo décliné en plusieurs modules!

VERDICT:

2

Un jeu de pistes laborieux!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Sony Pictures

 

Critique: Sully

425022.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Clint Eastwood
Scénario Todd Komarnicki
Acteurs principaux
Sociétés de production Flashlight Films
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre biographie
Durée 96 minutes
Sortie 30 novembre 2016

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009. 
Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

A 86 ans, Clint Eastwood réalise son 35ème film et semble dans une forme olympique. Avec Sully, il relate l’histoire incroyable du Commandant Sullenberger qui, avec deux moteurs en panne, parvint à poser son avion et ses 155 passagers sur l’Hudson! Avec cette histoire insensée, Eastwood a de nouveau l’occasion de nous montrer un héros américain et de retrouver les thématiques qui lui sont chères comme le traumatisme ou l’affrontement d’un homme contre le système. Comment captiver le public pendant 90 minutes avec une histoire connue qui s’est déroulée le temps de 4 minutes? Eastwood s’appuie sur un scénario millimétré et une mise en scène d’une précision d’horloger. S’il nous montre les images de l’incident à de multiples reprises, à travers des flashbacks illustrant les souvenirs de Sully, il nous apporte à chaque fois des éléments nouveaux et parvient à nous passionner pour le sort de certains passagers. Si le film est si fort et impressionnant, c’est aussi évidemment grâce à l’interprétation toute en finesse de Monsieur Tom Hanks!

4.5

 

Critique Bluray: Les Banlieusards

81BRHw3wFBL._SL1500_.jpg

91c23DbUidL._SL1500_.jpg

LE FILM:

3.5

Un banlieusard, Ray Peterson, devient peu à peu persuadé que ses nouveaux voisins étrangers, les Klopek, sont de dangereux individus. À la suite de la disparition de leur voisin Walter Seznick, Ray s’allie à Art Weingertner et Mark Rumsfield, deux de ses voisins, et concocte un plan d’infiltration de la propriété des Klopek lors de leur départ en voiture un après-midi.

Sorti en 1989, juste entre « L’aventure Intérieure » et « Gremlins 2 », « Les Banlieusards » est un film plutôt mineur dans la carrière de Joe Dante mais loin d’être dénué d’intérêt. S’il s’agit ici d’une comédie, l’aspect fantastique cher au réalisateur est présent. Les Klopek, nouveaux voisins du quartier sont en effet bizarre et leur comportement laisse penser à certaines activités sanglantes! Le casting est plutôt réussi avec notamment Tom Hanks, en train de devenir une énorme star, Carrie Fisher ou encore Bruce Dern, parfait en ancien combattant qui cherche à retrouver les joies de son métier avec son voisinage. D’autre part, le film est truffé de clins d’oeil cinématographiques notamment au western leonien! Comme toujours chez Dante, le portrait peu flatteur de ces banlieusards cache une critique acerbe de ses compatriotes!

TECHNIQUE:

4

Une copie plutôt propre avec toutefois un léger grain pas dérangeant.

BONUS:

4.5

Une interactivité complète! On trouve ici une très bonne interview de Joe Dante, , une présentation du film par Franck Lafond, la copie de travail intégrale du film, une comparaison entre celle-ci et le montage final, une fin alternative et des featurettes d’époque! Les acheteurs du coffret Super Collector auront en prime l’excellent et complet ouvrage  collectif dirigé par Frank Lafond!

VERDICT:

4

Une comédie culte dans une édition parfaite!

Disponible en bluray (19.99 euros) et coffret Super Collector (49.99 euros) chez Carlotta Films dès le 1er décembre

Critique Bluray: le Pont des Espions

719w1BuV58L._SL1397_.jpg

Titre original Bridge of Spies
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Matt Charman
Joel et Ethan Coen
Acteurs principaux
Sociétés de production DreamWorks SKG
Marc Platt Productions
Participant Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Inde Inde
Genre espionnage
Durée 141 minutes
Sortie 2 décembre 2015

LE FILM:

4.5

James Donovan, un avocat de Brooklyn se retrouve plongé au cœur de la guerre froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission presque impossible : négocier la libération du pilote d’un avion espion américain U-2 qui a été capturé.

Alors qu’il alternait « film sérieux »/divertissement, Steven Spielberg enchaîne son troisième film sur un sujet grave après « Cheval de Guerre » et « Lincoln« . Avec « le Pont des Espions », il s’intéresse à une histoire vraie, celle d’un avocat chargé de défendre un espion russe, puis de l’échanger contre un prisonnier américain. Si son film rend hommage à un certain grand Cinéma hollywoodien à la Ford ou Capra avec un magistral Tom Hanks en James Stewart d’aujourd’hui, Spielberg nous offre une histoire d’une terrifiante actualité. On se doute qu’il pensait autant à la guerre idéologique USA/Russie qu’aux geôles de Guantanamo, verrue sur le visage du modèle démocratique américain. Le scénario des frères Coen préfère miser sur les enjeux humains plutôt que sur les intrigues souvent obscures dans ce genre de film, avec une petite pointe d’humour,  et la mise en scène de Spielberg fait le reste, tout en classicisme, ponctué de beaux moments . Côté interprétation, Tom Hanks confirme quel magnifique acteur il est, accompagné d’un Mark Rylance épatant dans ce rôle d’espion impassible. Passionnant, drôle, terriblement d’actualité, le Pont des Espions confirme que Spielberg est toujours le boss!

TECHNIQUE:

4.5

Le must!

BONUS:

4

On trouve ici un making of de 45 mins décliné en plusieurs modules sur le contexte historique, les décors, les U2 ou encore l’échange des prisonniers avec des interventions des vrais protagonistes ainsi que de l’équipe du film. Intéressant!

VERDICT:

4.5

La classe hollywoodienne dans une belle édition!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez 20th Century Fox

Critique: Le Pont des Espions

160047.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Bridge of Spies
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Matt Charman
Joel et Ethan Coen
Acteurs principaux
Sociétés de production DreamWorks SKG
Marc Platt Productions
Participant Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Inde Inde
Genre espionnage
Durée 141 minutes
Sortie 2 décembre 2015

James Donovan, un avocat de Brooklyn se retrouve plongé au cœur de la guerre froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission presque impossible : négocier la libération du pilote d’un avion espion américain U-2 qui a été capturé.

Alors qu’il alternait « film sérieux »/divertissement, Steven Spielberg enchaîne son troisième film sur un sujet grave après « Cheval de Guerre » et « Lincoln« . Avec « le Pont des Espions », il s’intéresse à une histoire vraie, celle d’un avocat chargé de défendre un espion russe, puis de l’échanger contre un prisonnier américain. Si son film rend hommage à un certain grand Cinéma hollywoodien à la Ford ou Capra avec un magistral Tom Hanks en James Stewart d’aujourd’hui, Spielberg nous offre une histoire d’une terrifiante actualité. On se doute qu’il pensait autant à la guerre idéologique USA/Russie qu’aux geôles de Guantanamo, verrue sur le visage du modèle démocratique américain. Le scénario des frères Coen préfère miser sur les enjeux humains plutôt que sur les intrigues souvent obscures dans ce genre de film, avec une petite pointe d’humour,  et la mise en scène de Spielberg fait le reste, tout en classicisme, ponctué de beaux moments . Côté interprétation, Tom Hanks confirme quel magnifique acteur il est, accompagné d’un Mark Rylance épatant dans ce rôle d’espion impassible. Passionnant, drôle, terriblement d’actualité, le Pont des Espions confirme que Spielberg est toujours le boss!

4.5