Critique: Un Mariage à Boston

18381103.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Late George Apley
Réalisation Joseph L. Mankiewicz
Scénario Philip Dunne, George S. Kaufman, d’après le roman de John P. Marquand
Acteurs principaux
Sociétés de production Fred Kohlmar
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 96 min.
Sortie 1947

A Boston, en 1912, le vénérable George Apley est une des personnalités les plus respectées de la ville. Bostonien de souche, il veille à ce que ses enfants soient élevés dans le respect des traditions. Seulement voilà : un soir, George Apley surprend sa fille en train de faire une bataille de boules de neige avec un jeune homme qui n’a rien d’un gentleman de la haute-société…

Troisième film de Joseph L. Mankiewicz, tourné en 1947 juste avant « l’Aventure de Madame Muir », « Mariage à Boston » est avec « Escape », le seul film du cinéaste inédit en vidéo chez nous. Heureusement que les chaînes de cinéma sont là pour nous permettre d’enfin voir ce film. Mankiewicz nous brosse ici le portrait d’une famille bourgeoise de Boston mais surtout dépeint l’univers de la noblesse bostonienne, un monde à part et en voie de disparition. Si le père est à cheval sur les principes et les traditions d’un monde recroquevillé sur lui-même, ses enfants souhaitent, à travers leurs histoires d’amour respectives, briser les codes. Mankiewicz ne tombe pas dans la farce et nous offre une comédie légère, subtilement écrite et mise en scène. Un petit délice que les éditeurs français devraient nous offrir au plus vite.

4.5

CRITIQUE DVD: L’IVRESSE DE L’ARGENT

81zY1-0tChL__AA1500_

LE FILM: 8/10

Nouveau secrétaire de Mme Baek, dirigeante d’un puissant empire industriel coréen, l’ambitieux Young-jak devient vite son esclave sexuel. Pour gravir les
échelons dans un univers où l’argent et le sexe règnent en maîtres, il sait qu’il va devoir transiger avec la morale…

Deux ans après The Housemaid, Im Sang-Soo continue sa critique de la société coréenne, en reprenant la même thématique que lors de son précédent film, à savoir la description d’une société scindée en deux dont la classe supérieure ne connaît plus aucune valeur exceptée celle de l’argent. Le cinéaste offre une plongée saisissante et glaçante au sein d’une famille qui fait de toutes les perversions son quotidien, très loin de tout repère moral.

Le ton cru et sarcastique contraste comme toujours chez ce cinéaste avec une esthétique très léchée! Dérangeant, passionnant et jubilatoire!

TECHNIQUE: 9/10

Très belle édition DVD qui offre un bel écrin à la magnifique photo du film! Seule une VO dispo…

BONUS: 8/10

Outre les bandes-annonces, on trouve un making-of sans commentaires (16 mins) et des interviews des comédiens (10 mins).

VERDICT: 8/10

A voir absolument!

Disponible en DVD (12,99 euros) chez Wild Side Video