Critique Bluray: Memories of Murder

61Plbvz5cdL._SL1000_.jpg

Titre original 살인의 추억
Réalisation Bong Joon-ho
Scénario Bong Joon-ho
Kim Kwang-rim
Shim Sung-bo
Acteurs principaux
Sociétés de production CJ Entertainment
Sidus Pictures
Pays d’origine Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Genre polar dramatique
Durée 132 minutes
Sortie 23 juin 2004

LE FILM:

4.5

Dans une petite ville près de Séoul, un tueur en série assassine dix femmes sans laisser le moindre indice. Dès le début de l’enquête, la police locale est dépassée par les événements. Fabrication de preuves, bavures, aveux forcés, recours au chamanisme, tous les moyens sont bons pour arrêter un coupable. Alors que les investigateurs s’enfoncent dans une logique absurde, le sanglant parcours du meurtrier continue…

Second film du Coréen Bong Joon Ho, « Memories of Murder » est celui qui le fit connaître dans le monde entier, le film raflant des prix dans de multiples festivals. Ce polar retrace l’enquête menée par la police coréenne pour arrêter un tueur en série qui frappa le pays durant cinq ans sans jamais être mis hors d’état de nuire. A travers ce thriller sombre et glauque, Bong Joon Ho dresse un portrait peu reluisant de son pays et notamment de sa police qui s’illustre par son incompétence. Avec un rythme assez lent, « Memories of Murder » captive par sa mise en scène brillante et ses ruptures de ton. Un très grand film qui plaçait déjà son réalisateur au panthéon des grands cinéastes coréens.

TECHNIQUE:

4.5

Une copie éblouissante malgré les nombreuses scènes nocturnes.

BONUS:

4.5

Outre le livret sur le tournage et le storyboard intégral présents dans ce coffret, on trouve des bonus d’époque en nombre mais surtout un documentaire de plus d’une heure dans lequel l’équipe revient sur le tournage de ce chef d’oeuvre!

VERDICT:

4.5

Une édition indispensable pour un film majeur!

Disponible en édition limitée (34.99 euros) et Bluray (24.99 euros) chez La Rabbia dès le 11 juillet

Publicités

Critique: Dernier Train Pour Busan

093948.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Titre original 부산행
Réalisation Yeon Sang-ho
Scénario Yeon Sang-ho
Acteurs principaux
Sociétés de production RedPeter Film
Pays d’origine Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Genre thriller
Durée 118 minutes
Sortie 17 août 2016

Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…

Présenté en séance de minuit lors du dernier Festival de Cannes, « Dernier train pour Busan » est la suite d’un film d’animation du Coréen Yeon Sang-Ho, « Seoul Station ». Ce sont ses producteurs qui lui proposèrent d’en réaliser une suite live; le défi est relevé! Mélange de « Snowpiercer » et « The Walking Dead », ce « dernier Train Pour Busan » nous emmène dans un train infesté de zombies durant deux heures dans lequel un groupe de passagers va tenter de survivre jusqu’au terminus. Pas d’explication ici de la cause de l’épidémie mais de l’action non-stop. Le scénario ménage de multiples rebondissements, exploitant au maximum l’environnement et les personnages. Si l’originalité n’est pas le point fort du film, l’ensemble tient largement la route et tient en haleine d’un bout à l’autre, même si l’on peut regretter l’excès de pathos du dernier quart d’heure. Ce « dernier Train pour Busan » constitue l’un des meilleurs films de zombie « tous publics » (très peu de gore) et un divertissement de haute tenue!

4

 

Jeu concours: 3 DVD de « Seafog » à gagner(jeu terminé)

81NtZLsWjXL._SL1500_

A l’occasion de la sortie en vidéo de « Seafog » le 2 septembre, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 3 DVD du film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 16 septembre; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Synopsis :

« Capitaine d’un bateau de pêche menacé d’être vendu par son propriétaire, Kang décide de racheter lui-même le navire pour sauvegarder son poste et son équipage. Mais la pêche est insuffisante, et l’argent vient à manquer. En désespoir de cause, il accepte de transporter des clandestins venus de Chine. Lors d’une nuit de tempête, tout va basculer et la traversée se transformer en véritable cauchemar… »

CRITIQUE DVD: L’IVRESSE DE L’ARGENT

81zY1-0tChL__AA1500_

LE FILM: 8/10

Nouveau secrétaire de Mme Baek, dirigeante d’un puissant empire industriel coréen, l’ambitieux Young-jak devient vite son esclave sexuel. Pour gravir les
échelons dans un univers où l’argent et le sexe règnent en maîtres, il sait qu’il va devoir transiger avec la morale…

Deux ans après The Housemaid, Im Sang-Soo continue sa critique de la société coréenne, en reprenant la même thématique que lors de son précédent film, à savoir la description d’une société scindée en deux dont la classe supérieure ne connaît plus aucune valeur exceptée celle de l’argent. Le cinéaste offre une plongée saisissante et glaçante au sein d’une famille qui fait de toutes les perversions son quotidien, très loin de tout repère moral.

Le ton cru et sarcastique contraste comme toujours chez ce cinéaste avec une esthétique très léchée! Dérangeant, passionnant et jubilatoire!

TECHNIQUE: 9/10

Très belle édition DVD qui offre un bel écrin à la magnifique photo du film! Seule une VO dispo…

BONUS: 8/10

Outre les bandes-annonces, on trouve un making-of sans commentaires (16 mins) et des interviews des comédiens (10 mins).

VERDICT: 8/10

A voir absolument!

Disponible en DVD (12,99 euros) chez Wild Side Video

CRITIQUE DVD: BAIONNETTE AU CANON

LE FILM: 8/10

Corée 1951. L’Etat major américain, écrasé sous la pression des armées communistes, charge le lieutenant Gibbs et quarante-huit hommes d’une mission périlleuse. Leur but est de faire passer en retraite un régiment de 15 000 hommes…

 Réalisé en 1951, « Baïonnette au Canon » est le quatrième film de Samuel Fuller, sorti à peu près au même moment que « J’ai vécu l’enfer de Corée ». Toute petite production au budget minimal, Fixed Bayonets nous montre un régiment de 48 hommes chargés de couvrir la retraite de tout un bataillon face aux soldats coréens. Recroquevillés sur une colline, quasiment condamnés à mort, les hommes dévoilent leurs vraies personnalités.
Même si les décors dégagent une impression de carton pâte, la mise en scène énergique de Fuller et le réalisme de son scénario emportent le morceau! Et certaines scènes très surprenantes sentent le vécu comme celle au cours de laquelle tous les hommes regroupent leurs pieds pour les réchauffer (je n’en dirai pas plus pour ne rien dévoiler!)! Faute de moyens, aucune vedette n’apparaît au casting du film et c’est une très bonne chose, renforçant l’aspect réaliste!
Une vraie réussite que ce film de guerre et la copie proposée sur ce DVD frôle la perfection excepté dans quelques scènes notamment sur la fin.
LES BONUS: 5/10
Outre une galerie photos et la bande-annonce, on trouve une présentation du film par l’érudit Patrick Brion.
VERDICT: 8/10
Petit par les moyens, grand par la puissance!
Disponible en DVD (16,99 euros) chez SIDONIS

JEU CONCOURS: 5 DVD DE « FAR AWAY » A GAGNER (jeu terminé)

SORTIE LE 1er AOUT

A l’occasion de la sortie en DVD et bluray de « Far away, les soldats de l’espoir » le 1er août, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 5 DVD du film. Pour gagner, il vous suffit de répondre correctement aux questions avant le 3 août; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses. Ceux qui me suivent sur Facebook et/ou Twitter augmentent leurs chances!

LE JEU EST TERMINE, LES GAGNANTS ONT RECU UN MAIL ET AURONT LEUR DVD DANS QUELQUES JOURS!

CRITIQUE: THE MURDERER (2011)

Yanji, ville chinoise de la Préfecture de Yanbian, coincée entre la Corée du Nord et la Russie, où vivent quelques 800 000 Sino-coréens surnommés les «Joseon-Jok.» 50% de cette population vit d’activités illégales. Gu-nam, chauffeur de taxi, y mène une vie misérable. Depuis six mois, il est sans nouvelles de sa femme, partie en Corée du Sud pour chercher du travail. Myun, un parrain local, lui propose de l’aider à passer en Corée pour retrouver sa femme et même de rembourser ses dettes de jeu. En contrepartie il devra simplement… y assassiner un inconnu. Mais rien ne se passera comme prévu…

Deux ans après l’excellent « the chaser », Hong-Jin Na revient avec ce thriller ultra-violent. Après une première partie très « sociale » où l’on découvre la misère du héros, chauffeur de taxi, qui n’a d’autre solution pour espérer gagner un peu d’argent que jouer au mahjong. Son objectif principal: trouver de quoi retourner en Corée pour retrouver sa femme dont il n’a plus de nouvelles depuis 6 mois. Un truand local lui offre alors cette possibilité s’il accepte d’assassiner un homme. Commence alors un seconde partie où le héros prépare le meurtre durant de longues nuits pour arriver enfin au passage à l’acte, moment où tout dérape, enclenchant par là-même la troisième , durant laquelle Gu-Nam fait l’objet d’une vraie chasse à l’homme.

Hong-Jin Na confirme qu’il est un vrai petit génie de la mise en scène à travers ce maelstrom de violence et de barbarie! Ici, tous les moyens de tuer sont répertoriés: on assassine à coup de barre à mine, de poignard, de sabre, de revolver et même d’os de gigot! Le réalisateur ne semble s’être fixé aucune limite: les morts s’entassent par paquets de mille, les voitures et les semi-remorques s’encastrent sans retenue à la suite de poursuites d’une qualité rare. Mais à trop vouloir en montrer, Hong Jin-Na s’égare un peu et aurait pu tranquillement élaguer un peu son scénario (le film dure quand même quasiment deux heures et demie!) raccourcissant un peu l’orgie sanguinaire et simplifiant un peu le côté foutraque des trois derniers quarts d’heure. Mais si vous aimez l’action survitaminée et la violence barbare, ne boudez pas votre plaisir!