Critique Dvd: Numéro Une

71jNVe3BaLL._SL1292_.jpg

Réalisation Tonie Marshall
Scénario Tonie Marshall
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée minutes
Sortie 11 Octobre 2017

LE FILM:

3.5

Emmanuelle Blachey est une ingénieure brillante et volontaire, qui a gravi les échelons de son entreprise, le géant français de l’énergie, jusqu’au comité exécutif. Un jour, un réseau de femmes d’influence lui propose de l’aider à prendre la tête d’une entreprise du CAC 40. Elle serait la première femme à occuper une telle fonction. Mais dans des sphères encore largement dominées par les hommes, les obstacles d’ordre professionnel et intime se multiplient. La conquête s’annonçait exaltante, mais c’est d’une guerre qu’il s’agit.

Peu inspirée depuis quelques années, la réalisatrice Tonie Marshall revient avec un film entre thriller politique et manifeste féministe plutôt bien senti. On suit le parcours d’Emmanuelle Blachey, ingénieure incarnée par la toujours parfaite Emmanuelle Devos, qu’un réseau de femmes d’influence souhaite placer à la tête d’une grande entreprise. Les hommes ne comptent pas se laisser piquer la place! Sans tomber dans la caricature, « Numéro Une » bénéficie d’un scénario assez malin et bien ficelé et d’un casting de seconds rôles tous très bien dont un Richard Berry qui trouve là enfin un rôle valable!

TECHNIQUE:

3.5

Un résultat satisfaisant pour le support!

BONUS:

2.5

On trouve ici deux scènes coupées et un making of d’une dizaine de minutes.

VERDICT:

3.5

Un thriller politico-féministe plutôt bien ficelé avec une Emmanuelle Devos parfaite!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Pyramide Vidéo dès le 20 février

Critique: Fleur de Tonnerre

286868.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Date de sortie 18 janvier 2017 (1h 40min)
Genre Drame
Nationalités Français, Belge
En 1800, la Bretagne est à genoux, accablée par le régime en place et par le clergé omnipotent. Elle se meurt dans un marasme économique qui n’en finit pas et au milieu de cela, une fillette en souffrance pousse, tant bien que mal. Cette fillette c’est « Fleur de Tonnerre », une enfant isolée, malmenée par la vie et bercée par le morbide. Elle en deviendra la plus grande « serial killer » que la terre ait jamais porté et sèmera la mort, peut être juste pour être regardée et aimée.
Pour son premier film, Stéphanie Pillonca adapte le roman de Jean Teulé consacré à Fleur de Tonnerre, Hélène Jegado, empoisonneuse en série qui fit un véritable carnage au début du XIXème siècle en France. En choisissant d’alterner entre le présent (l’audition de la tueuse par le Juge) et le passé (l’itinéraire mortel depuis l’enfance), la réalisatrice choisit une structure assez classique, à l’image de sa mise en scène. Malheureusement, l’histoire passionnante à la base, n’est jamais transcendée par cette mise en scène, juste illustrative. Côté interprétation, si certains seconds rôles ne convainquent pas tout à fait, notamment Benjamin Biolay, un peu perdu, la prestation de Deborah François est quant à elle, saisissante, entre détresse et folie. Ce coup d’essai intéressant ne restera malheureusement pas dans les mémoires.
2.5