Critique Dvd: Numéro Une

71jNVe3BaLL._SL1292_.jpg

Réalisation Tonie Marshall
Scénario Tonie Marshall
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée minutes
Sortie 11 Octobre 2017

LE FILM:

3.5

Emmanuelle Blachey est une ingénieure brillante et volontaire, qui a gravi les échelons de son entreprise, le géant français de l’énergie, jusqu’au comité exécutif. Un jour, un réseau de femmes d’influence lui propose de l’aider à prendre la tête d’une entreprise du CAC 40. Elle serait la première femme à occuper une telle fonction. Mais dans des sphères encore largement dominées par les hommes, les obstacles d’ordre professionnel et intime se multiplient. La conquête s’annonçait exaltante, mais c’est d’une guerre qu’il s’agit.

Peu inspirée depuis quelques années, la réalisatrice Tonie Marshall revient avec un film entre thriller politique et manifeste féministe plutôt bien senti. On suit le parcours d’Emmanuelle Blachey, ingénieure incarnée par la toujours parfaite Emmanuelle Devos, qu’un réseau de femmes d’influence souhaite placer à la tête d’une grande entreprise. Les hommes ne comptent pas se laisser piquer la place! Sans tomber dans la caricature, « Numéro Une » bénéficie d’un scénario assez malin et bien ficelé et d’un casting de seconds rôles tous très bien dont un Richard Berry qui trouve là enfin un rôle valable!

TECHNIQUE:

3.5

Un résultat satisfaisant pour le support!

BONUS:

2.5

On trouve ici deux scènes coupées et un making of d’une dizaine de minutes.

VERDICT:

3.5

Un thriller politico-féministe plutôt bien ficelé avec une Emmanuelle Devos parfaite!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Pyramide Vidéo dès le 20 février

Critique Bluray: Nos Femmes

71B67LuXuPL._SL1491_

  • Date de sortie salles:
    29 avril 2015
  • Réalisé par :
    Richard Berry
  • Avec :
    Daniel Auteuil,Richard Berry,Thierry Lhermitte…
  • Durée :
    1h35min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2015
  • Distributeur :
    Mars Distribution

LE FILM:

0.5

Max, Paul et Simon, sont amis depuis 35 ans : brillants en affaires, ils le sont un peu moins dans leur vie privée. Un soir, alors que les trois amis ont rendez-vous chez Max, Simon, anéanti après une dispute avec son épouse Estelle, raconte que dans un accès de colère, il l’a étranglé. Max et Paul sont saisis d’effroi. Surtout quand Simon les supplie de lui fournir un alibi pour échapper à la prison.

Gros succès au théâtre, la pièce d’Eric Assous est donc portée à l’écran par et avec Richard Berry qui y retrouve son compère de la scène Daniel Auteuil; seul nouveau, Thierry Lhermitte dans le rôle du copain coiffeur dragueur! Pour éviter le théâtre filmé, l’action se déroulant en huis clos, Berry rajoute une voix off insupportable notamment lors du premier quart d’heure et des flash-backs complètement inutiles. Le reste n’est effectivement autre que du théâtre filmé, et mal filmé! Autant dire qu’aucune idée de Cinéma n’émerge de cette couillonnade menée par le jeu outrancier des trois comédiens qui passent 1h30 à jouer à qui hurlera le plus fort! Parfois, le théâtre doit rester du théâtre…

TECHNIQUE:

4

Rien à dire, le résultat est irréprochable même si le film ne suscite aucune prouesse technique!

BONUS:

3

Seul bonus, un making of qui devrait satisfaire les fans du film!

VERDICT:

0.5

L’un des nanars de l’année!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 Vidéo

Critique Dvd: Résistance

81SzOmAJthL._SL1500_

  • Série historique (2014)
  • Acteurs principaux : 
    Pauline Burlet, Tom Hudson, César Domboy, Robert PLAGNOL, Richard Berry, Isabelle Nanty,Fanny Ardant, Alain Doutey, Jérémie Petrus
  • Titre original :
     Résistance
  • Durée :
    0h52mn
  • 1 saison(s) / 6 episode(s)

LA SERIE: 7/10

Paris, 1940. Révoltée par l’injustice de l’Occupation, Lili, dix-sept ans, rejoint un groupe de résistants pour combattre les Allemands et leurs collaborateurs français. Tandis que la lutte clandestine s’étend à la France entière, les jeunes combattants multiplient les faits d’armes héroïques, en s’exposant à l’implacable répression de l’ennemi. Ils mettent en place des réseaux de résistance qui ont conduit jusqu’à la libération de Paris, en août 1944…

A l’occasion des 70 ans du Débarquement, TF1 a mis les petits plats dans les grands pour célébrer l’évènement avec cette minisérie de 6 épisodes écrite par Dan Franck. Tourné en grande partie sur Bordeaux et sa région, avec des moyens considérables, Résistance nous montre le quotidien de jeunes résistants durant l’Occupation et réussit ainsi à capter un public pas forcément friand de ce genre de programmes, les ados. C’est le grand mérite de cette série de perpétuer le souvenir même si le réalisme est parfois un peu malmené! Résistance demeure toutefois un programme rondement mené avec un casting très réussi alliant grosses pointures (Fanny Ardant, Richard Berry, Isabelle Nanty) et jeunes espoirs (Pauline Burlet, Tom Hudson, César Domboy…).

Pour l’anecdote, vous pouvez voir ma trogne, ayant fait de la figuration sur cette série et ce, avec une vraie moustache!

Capture

 

TECHNIQUE: 8/10

Rien à dire, parfait pour le support!

BONUS: 0/10

Rien du tout, c’est dommage!

VERDICT: 7/10

Une série historique réussie!

Disponible en dvd (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 Vidéo

 



CRITIQUE BLU-RAY: CLOUD ATLAS

911Qb0zfQtL__SL1500_

LE FILM: 8.5/10

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement… Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient
un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié…

C’est sur le tournage de V Pour Vendetta que Natalie Portman donna un exemplaire du roman « la Cartographie des Nuages » (Cloud Atlas) aux Wachowski qui eurent alors l’envie folle de l’adapter au cinéma. Extrêmement ambitieux, le récit entrecroise six histoires se déroulant à six époques différentes, entre le XIX ème et le XXIV ème siècle. Originalité du film, il est réalisé par Andy et Lana Wachowski (Matrix) mais également par l’Allemand Tom Tykwer (Cours Lola Cours), ce dernier s’occupant des histoires les plus intimistes alors que les Wachowski réalisent les histoires « à effets spéciaux ».

Peu tenté par l’expérience en salles, plein d’a priori négatifs, c’est à un rattrapage vidéo auquel je me suis plié et la surprise n’en fut que meilleure! Si l’on peut parler ici de blockbuster s’agissant des moyens engagés (à peu près 100 millions de $!), le film est un film indépendant; il faut dire que le projet était pour le moins risqué: un film de 3 heures dont les comédiens jouent tous 6 rôles différents et dont l’histoire se déroule sur plusieurs siècles! Le bide fut d’ailleurs au rendez-vous, du moins aux Etats-Unis!

Malgré la multiplicité d’intrigues proposées par Cloud Atlas, l’une des belles réussites du film est de conserver une réelle clarté dans son récit. Une fois passée la phase pendant laquelle certains grimages paraissent grotesques, le côté transformiste devient vraiment ludique: chapeau à celui qui reconnaîtra chaque acteur dans tous ses rôles, d’autant que le changement de sexe est permis (tiens, tiens!).

Autre réjouissance proposée par le film, l’adoption pour chaque intrigue d’un genre cinématographique différent: on y croise SF, polar 70’s, film post-apocalyptique et même comédie! Les comédiens semblent d’ailleurs avoir pris un réel plaisir à ce jeu de rôles !

On ne peut que saluer une telle ambition pour un résultat aussi stimulant! Les blockbusters de l’été peuvent aller se rhabiller!

TECHNIQUE: 9/10

Irréprochable!

BONUS: 7/10

En guise de bonus, on trouve un making-of de près d’une heure, divisé en plusieurs modules parfois redondants mais qui permet de constater la joie des comédiens de se livrer à cet exercice unique!

VERDICT: 8.5/10

Si ce n’est le film de l’année, c’est en tout cas le blockbuster de l’année!

Disponible en DVD (19,99 euros) et combo Bluray/dvd/copie digitale (24,99 euros) chez Warner Home Video

 



CRITIQUE: J’VEUX PAS QUE TU T’EN AILLES (2006)

Mardi soir, ma télécommande me  guide vers la chaîne cryptée: générique de « j’veux pas que tu t’en ailles »! Pourquoi pas, on va peut-être rigoler, me dis-je. Que nenni!

Et quoi de pire qu’une comédie pas drôle du tout! Pourtant, la précédente production de ce cher Bernard Jeanjean, »j’me sens pas belle » avec Marina Foïs était plutôt encourageante . Il y traitait des déboires sentimentaux des trentenaires avec légèreté et beaucoup d’humour.

Ici, Richard Berry incarne un psy dont la vie de couple bat de l’aile.Un de ses patients (Julien Boisselier) lui raconte sa dernière histoire d’amour: Il va vite s’apercevoir que la nouvelle conquête de ce dernier n’est autre que sa propre femme (Judith Godrèche). Il va alors essayer de le manipuler pour que cesse cette liaison. S’enchaînent alors quiproquos et situations convenues; le scénario cousu de fil blanc ne ménage aucune surprise et on attend la fin avec impatience.

Même l’interpétation a beaucoup de mal à convaincre:la carrière de  Richard Berry semble vraiment en chute libre depuis quelques années tant il peine à dégoter le moindre rôle intéressant!

Bref, un film dont on peut très bien se passer.