Critique: Fleur de Tonnerre

286868.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Date de sortie 18 janvier 2017 (1h 40min)
Genre Drame
Nationalités Français, Belge
En 1800, la Bretagne est à genoux, accablée par le régime en place et par le clergé omnipotent. Elle se meurt dans un marasme économique qui n’en finit pas et au milieu de cela, une fillette en souffrance pousse, tant bien que mal. Cette fillette c’est « Fleur de Tonnerre », une enfant isolée, malmenée par la vie et bercée par le morbide. Elle en deviendra la plus grande « serial killer » que la terre ait jamais porté et sèmera la mort, peut être juste pour être regardée et aimée.
Pour son premier film, Stéphanie Pillonca adapte le roman de Jean Teulé consacré à Fleur de Tonnerre, Hélène Jegado, empoisonneuse en série qui fit un véritable carnage au début du XIXème siècle en France. En choisissant d’alterner entre le présent (l’audition de la tueuse par le Juge) et le passé (l’itinéraire mortel depuis l’enfance), la réalisatrice choisit une structure assez classique, à l’image de sa mise en scène. Malheureusement, l’histoire passionnante à la base, n’est jamais transcendée par cette mise en scène, juste illustrative. Côté interprétation, si certains seconds rôles ne convainquent pas tout à fait, notamment Benjamin Biolay, un peu perdu, la prestation de Deborah François est quant à elle, saisissante, entre détresse et folie. Ce coup d’essai intéressant ne restera malheureusement pas dans les mémoires.
2.5

Critique: Miséricorde (Festival de Cinéma Européen des Arcs 2016)

mercy

2016 – Suisse, Canada, Monaco Avec : Marthe KELLER, Jonathan ZACCAÏ, Evelyne BROCHU, Daniel GADOUAS, Charlie ARCOUETTE.

Thomas, un Européen venu pêcher en solitaire au Québec, s’engage sur les routes du nord canadien à la poursuite d’un camion noir qui a tué le fils d’une jeune Amérindienne. Ce flic suisse en exil veut que justice soit faite. Il a toutefois d’autres raisons de vouloir faire le bien.

Réalisé par le réalisateur suisse Fulvio Bernasconi, « Miséricorde » ouvre cette compétition plutôt doucement. En effet, cette histoire d’un Européen qui va se mettre en quête du camion qui a tué accidentellement un jeune Indien laisse trop de questions sans réponse pour nous captiver. Si le personnage de Thomas (Jonathan Zaccaï) semble vouloir racheter ses erreurs passées, on ne comprend pas ce que ce Français fait au Canada et quelles sont vraiment ses motivations alors que certaines de ses actions , comme une subite poussée de violence envers des policiers, restent totalement inexpliquées. Sur la forme, le film ne sort jamais des sentiers battus, se perdant dans les lieux communs  (on pense évidemment à Duel de Spielberg) et cette histoire de communauté amérindienne sent le réchauffé. A oublier…

1.5