Critique Bluray: Sully

61ix5r6FwvL._SL1000_.jpg

Réalisation Clint Eastwood
Scénario Todd Komarnicki
Acteurs principaux
Sociétés de production Flashlight Films
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre biographie
Durée 96 minutes
Sortie 30 novembre 2016

LE FILM:

4.5

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009. 
Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

A 86 ans, Clint Eastwood réalise son 35ème film et semble dans une forme olympique. Avec Sully, il relate l’histoire incroyable du Commandant Sullenberger qui, avec deux moteurs en panne, parvint à poser son avion et ses 155 passagers sur l’Hudson! Avec cette histoire insensée, Eastwood a de nouveau l’occasion de nous montrer un héros américain et de retrouver les thématiques qui lui sont chères comme le traumatisme ou l’affrontement d’un homme contre le système. Comment captiver le public pendant 90 minutes avec une histoire connue qui s’est déroulée le temps de 4 minutes? Eastwood s’appuie sur un scénario millimétré et une mise en scène d’une précision d’horloger. S’il nous montre les images de l’incident à de multiples reprises, à travers des flashbacks illustrant les souvenirs de Sully, il nous apporte à chaque fois des éléments nouveaux et parvient à nous passionner pour le sort de certains passagers. Si le film est si fort et impressionnant, c’est aussi évidemment grâce à l’interprétation toute en finesse de Monsieur Tom Hanks!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait!

BONUS:

3.5

On trouve ici trois documentaires sur les faits réels, sur le vrai Sully ainsi que sur le tournage pour une durée totale d’une heure!

VERDICT:

4.5

Eastwood en grande forme!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Warner Bros

 

Publicités

Critique: Sully

425022.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Clint Eastwood
Scénario Todd Komarnicki
Acteurs principaux
Sociétés de production Flashlight Films
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre biographie
Durée 96 minutes
Sortie 30 novembre 2016

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009. 
Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

A 86 ans, Clint Eastwood réalise son 35ème film et semble dans une forme olympique. Avec Sully, il relate l’histoire incroyable du Commandant Sullenberger qui, avec deux moteurs en panne, parvint à poser son avion et ses 155 passagers sur l’Hudson! Avec cette histoire insensée, Eastwood a de nouveau l’occasion de nous montrer un héros américain et de retrouver les thématiques qui lui sont chères comme le traumatisme ou l’affrontement d’un homme contre le système. Comment captiver le public pendant 90 minutes avec une histoire connue qui s’est déroulée le temps de 4 minutes? Eastwood s’appuie sur un scénario millimétré et une mise en scène d’une précision d’horloger. S’il nous montre les images de l’incident à de multiples reprises, à travers des flashbacks illustrant les souvenirs de Sully, il nous apporte à chaque fois des éléments nouveaux et parvient à nous passionner pour le sort de certains passagers. Si le film est si fort et impressionnant, c’est aussi évidemment grâce à l’interprétation toute en finesse de Monsieur Tom Hanks!

4.5

 

Critique Bluray: Non-Stop

71AVeR2X5RL._SL1181_

  • Date de sortie :
     26 février 2014
  • Réalisé par :
    Jaume Collet-Serra
  • Avec :
    Liam Neeson, Julianne Moore, Scoot McNairy…
  • Durée :
    1h46min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Non-Stop
  • Distributeur :
    StudioCanal

LE FILM: 7/10

Alors qu’il est en plein vol, un agent de la police de l’air reçoit des SMS d’un inconnu qui dit être à bord et vouloir assassiner un passager toutes les 20 minutes s’il ne reçoit pas 150 millions de dollars.

Trois ans après Sans Identité, Liam Neeson rempile sous les ordres de l’Espagnol Jaume Collet Serra pour un thriller du même genre. Il faut reconnaître qu’on a déjà vu ce personnage de flic aux traumas familiaux bien costauds et qui, du coup, a un sérieux penchant pour la bibine. Certes, on n’échappe pas à un morceau de bravoure légèrement capillo-tracté. Malgré tout, l’intrigue est suffisamment bien ficelée, la mise en scène futée et le montage fort avisé, pour faire de ce vol un peu plus qu’un vol low-cost. Avec Julianne Moore comme hôtesse, on en demande pas plus!

TECHNIQUE: 9/10

Somptueux pour l’image et percutant pour le son (préférable bien entendu en VO)!

BONUS: 4/10

Outre la bande-annonce, on trouve deux modules de making of plutôt promo! Bof…

VERDICT: 7/10

Un thriller du samedi soir diablement efficace!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (21.99 euros) chez Studiocanal


CRITIQUE: LES AMANTS PASSAGERS

LES+AMANTS+PASSAGERS

Des personnages hauts en couleurs pensent vivre leurs dernières heures à bord d’un avion à destination de Mexico.
Une panne technique (une sorte de négligence justifiée, même si cela semble contradictoire ; mais, après tout, les actes humains le sont) met en danger la vie des personnes qui voyagent sur le vol 2549 de la compagnie Península. Les pilotes s’efforcent de trouver une solution avec le personnel de la tour de contrôle. Le chef de la cabine et les stewards sont des personnages atypiques et baroques, qui, face au danger, tentent d’oublier leur propre désarroi et se donnent corps et âme pour que le voyage soit le plus agréable possible aux passagers, en attendant que la solution au problème soit trouvée. La vie dans les nuages est aussi compliquée que sur terre, pour les mêmes raisons, qui se résument à deux mots : « sexe » et « mort ».
Les passagers de la Classe Affaire sont : un couple de jeunes mariés, issus d’une cité, lessivés par la fête du mariage ; un financier escroc, dénué de scrupules, affligé après avoir été abandonné par sa fille ; un don juan invétéré qui a mauvaise conscience et qui essaie de dire au revoir à l’une de ses maîtresses ; une voyante provinciale ; une reine de la presse du cœur et un Mexicain qui détient un grand secret. Chacun d’eux a un projet de travail ou de fuite à Mexico. Ils ont tous un secret, pas seulement le Mexicain.
La vulnérabilité face au danger provoque une catharsis générale, aussi bien chez les passagers qu’au sein de l’équipage. Cette catharsis devient le meilleur moyen d’échapper à l’idée de la mort. Sur fond de comédie débridée et morale, tous ces personnages passent le temps en faisant des aveux sensationnels qui les aident à oublier l’angoisse du moment.

Passé maître dans l’art de se situer là où l’on ne l’attend pas, Almodovar avait surpris son monde en mettant fin à une série de mélodrames entamée avec Tout Sur Ma Mère pour un thriller avec l’excellent La Piel Que Habito. Montrant de réelles dispositions pour ce genre, il nous prend à nouveau à contre-pied en revenant à un genre qui le fit connaître, la comédie déjantée à forte teneur sexuelle!

En plus de trente ans de carrière, Almodovar a rarement déçu et nous avait habitués à un haut degré d’exigence que malheureusement ce nouvel opus est loin d’atteindre.

On y retrouve certes une troupe de comédiens qui représente le gratin du cinéma ibère, notamment Carlos Areces (qu’on a découvert dans Balada Triste), Raul Arevalo (Balada Triste également), Javier Camara (Parle avec Elle ou encore La Mauvaise Education…), Lola Duenas (Parle avec Elle, Etreintes Brisées, Volver…), Cecilia Roth (Tout sur ma mère, Parle avec Elle…), la magnifique Blanca Suarez (la Piel Que Habito) et les caméos de Banderas et Penelope Cruz, et l’on retrouve évidemment le grain de folie qu’on aime chez Almodovar. Mais ces Amants Passagers pêchent avant tout au niveau du scénario qui, malgré la bonne idée de la métaphore sur la crise espagnole à travers cet avion qui tourne en rond et dont on aurait drogué la classe éco pour lui éviter la catastrophe, ne parvient jamais à décoller. On ne quitte malheureusement jamais les histoires de sexe, d’alcool et de drogue entre les membres de l’équipage et les passagers de la première classe. Ce n’est pas la seule incursion hors de l’appareil avec une histoire de téléphone en guise de cheveu sur la soupe qui redonne de l’intérêt au film.

Outre le casting sympa, on se réjouira du talent d’Almodovar dans l’utilisation de sa caméra dans un espace restreint et d’un numéro musical hilarant sur un tube des Pointer Sisters mais ça ne sauve pas le film d’un crash inévitable!

NOTE: 4/10

 

CRITIQUE DVD: QUELS SERONT LES CINQ ?

LE FILM: 7.5/10

Un avion s’envole pour le Panama avec 12 passagers à bord. Une tempête tropicale oblige l’appareil à un aterrissage forcé dans une jungle peuplée de chasseurs de têtes. La réparation effectuée ne supportera que la charge de 5 personnes à bord…

Film de série B à tout petit budget réalisé par le peu connu John Farrow, « Quels seront les cinq? » tient malgré tout la distance. Réalisé avec sérieux et s’appuyant sur un scénario de qualité le film de Farrow constitue un divertissement de premier choix. Les personnages sont remarquablement écrits (rien de surprenant lorsqu’on sait que Dalton Trumbo est le scénariste) et le casting sans stars est impeccable!

A découvrir malgré la qualité un peu juste notamment au niveau de l’image qui montre pas mal de défauts liés à l’âge du film!

Pas de bonus sur cette édition!

Disponible en DVD (9,99 euros) dans la collection RKO chez Editions Montparnasse