CRITIQUE DVD :L’APPEL DE LA FORET

LE FILM:

En Alaska, au début du XXème siècle, Jack Thornton perd tous ses gains au jeu. Son ami Shorty n’a alors pas de mal à le convaincre de retourner dans les grands froids pour retrouver une mine d’or dont il connaît plus ou moins l’emplacement. Pour ce voyage, Thornton adopte un chien incontrôlable, Buck, qu’il parvient à dresser. En route, les deux hommes sauvent une femme, Claire, dont le mari a disparu et qui connaît elle aussi l’emplacement de la mine…

C’est une véritable pépite que Wild Side nous offre avec ce film de William A. Wellman! Quelques semaines après avoir ressorti des cartons le fabuleux « les Forçats de la gloire » (the story of G.I.Joe), le plus félin des éditeurs étoffe donc sa collection des Introuvables avec cette adaptation du roman de Jack London, « l’Appel de la Forêt », réalisé en 1935. On savait Wellman à l’aise avec les éléments déchaînés, il nous le prouve avec cette version du Classique de la littérature d’aventures, quasi-intégralement tourné en extérieurs. Très rythmé, plein d’humour, notamment avec le personnage de Blake, d’une modernité surprenante (en particulier sur le thème du couple)et fort de l’excellente interprétation de Clark Gable et la peu connue Loretta Young, le film de Wellman est à classer parmi les plus grands films d’aventure! La copie proposée par Wild Side, même si le grain reste très important (âge du film oblige), reste tout à fait correcte!

LES BONUS:

Outre les traditionnelles galerie photo, filmo et bande-annonce, on trouve un passionnant entretien avec Samuel Blumenfeld (26 mins), historien du cinéma, qui revient sur la genèse du film (avec notamment les problèmes entre Gable et Wellman!).

VERDICT:

Comme souvent chez Wild Side, Introuvable rime avec indispensable!

Disponible en DVD dès le 25 avril chez Wild Side Video

CRITIQUE DVD: SONG OF FREEDOM

un film de J. ELDER WILLS (1936)
avec Paul Robeson, Elisabeth Welch…

Au 17ème siècle, en Afrique, l’héritière du Roi est contrainte à l’exil. Vers 1930, à Londres, Singa est docker, anglais, noir et doté d’une voix de baryton si intense qu’un impresario le remarque et en fait un ténor d’Opéra. Mais Zinga porte depuis toujours un médaillon qui un jour lui révèle sa descendance des plus grands rois africains. Zinga choisit de quitter gloire et fortune pour retrouver ses origines…

Après une première partie assez classique sous forme de success story, le film vire au manifeste colonialiste quand le héros rejoint son île d’origine et tente d’apporter le bien-être de la civilisation aux siens, très proches du primate. Le film vaut surtout pour ce mélange original entre comédie musicale et film d’aventures et son héros Paul Robeson, qui fut l’un des plus grands chanteurs noirs de sa génération. A part ça pas grand chose…

Pour un film de cette époque, la copie est plus que correcte aussi bien au niveau de l’image que du son!

Disponible en DVD dans la collection Vintage Classics dès le 25 janvier chez Wild Side Video (9,99 euros)