CRITIQUE BLU-RAY: THE THING (2011)

LE FILM:

La paléontologue Kate Lloyd part en Antarctique rejoindre une équipe de scientifiques norvégiens qui a localisé un vaisseau extraterrestre emprisonné dans la glace. Elle y découvre un organisme qui semble s’être éteint au moment du crash, de multiples années auparavant. Mais une manipulation élémentaire libère accidentellement la créature de sa prison glacée. Capable de reproduire à la perfection tout organisme vivant, elle s’abat sur les membres de l’expédition, les décimant un à un. Kate s’allie au pilote américain Carter pour tenter de mettre fin au carnage. Aux confins d’un continent aussi fascinant qu’hostile, le prédateur protéiforme venu d’un autre monde tente de survivre et de prospérer aux dépens d’humains terrorisés qu’il infecte et pousse à s’entre-tuer. The Thing sert de prélude au film culte de 1982, réalisé par John Carpenter, dont il reprend le titre.

Quand un film comme celui de John Carpenter en 1982 atteint à ce point un statut de film culte, il est compliqué d’y toucher en en faisant un remake. Pour contourner cet écueil, le Hollandais Matthijs van Heijningen Jr. décide alors d’en faire un prequel, pratique très à la mode chez nos amis d’Outre-Atlantique, à savoir de raconter ce qui se passe AVANT un grand succès! Le but est donc de nous expliquer ce qui a bien pu nous amener à la scène d’ouverture du film de Carpenter. Bonne idée sauf que MVH (je l’appellerai comme ceci dorénavant par souci de gain de temps!) pompe allégrement le matériau d’origine ( la hache, le lance-flammes, etc…). Intrinsèquement, le film est plutôt réussi mais pour le savourer pleinement, il faut soit, ne pas avoir vu le chef d’oeuvre de Carpenter, soit arriver à en faire abstraction. Sous l’une de ces conditions, le film dégage un climat bien flippant, la mise en scène est impeccable , le casting est parfait de A à Z et les effets spéciaux sont très réussis, pour en faire un film d’horreur tout ce qu’il y a de plus convenable même si le dernier quart d’heure est un peu décevant avec cette histoire de navette.

Niveau technique, le Blu-Ray est le parfait exemple de galette démo! Que ce soit au niveau du son où les cris et les explosions vous feront trembler, que de l’image où la neige n’aura jamais semblé aussi pure, c’est le bonheur total!

LES BONUS:

Classique: making of sur les effets spéciaux, module sur le lance-flammes, 7 scènes coupées ou prolongées, la fonction BD live et la copie numérique.

VERDICT:

Un bon film d’horreur (si l’on en oublie la filiation) dans un Blu-Ray de grande classe!

Disponible en  Dvd et Blu-Ray chez Universal le 14 février.


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s