Critique: Un Jour de Pluie à New-York

4483487.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original A Rainy Day in New York
Réalisation Woody Allen
Scénario Woody Allen
Acteurs principaux
Sociétés de production Amazon Studios
Gravier Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 92 minutes
Sortie 18 septembre 2019

Deux étudiants, Gatsby et Ashleigh, envisagent de passer un week-end en amoureux à New York. Mais leur projet tourne court, aussi vite que la pluie succède au beau temps… Bientôt séparés, chacun des deux tourtereaux enchaîne les rencontres fortuites et les situations insolites.

Comme le Beaujolais Nouveau, chaque année nous est offert le traditionnel Woody Allen, celui-ci arrivant directement chez nous sans passer par les Etats-Unis, pour des raisons extra-artistiques! Depuis une quarantaine d’années, Woody Allen maintient ce rythme d’un film par an avec une régularité incroyable et continue à brasser les mêmes thèmes et les mêmes motifs tout en parvenant à nous surprendre. C’est encore le cas cette fois-ci avec « Un jour de pluie à New-York » qui envoient deux étudiants, Gatsby et sa compagne Ashleigh, passer un we à New-York à l’occasion de l’interview par Ashleigh d’un cinéaste qu’elle admire. Le jeune Gatsby, originaire de la grosse pomme, prévoit pour sa dulcinée un programme très riche qui va malheureusement tomber à l’eau, les deux tourtereaux se retrouvant séparés par les rencontres et les évènements. On retrouve les thématiques chères au cinéaste telles que le hasard, la crise artistique et l’amour. Le jeune duo Elle Fanning/Timothée Chalamet est craquant et les seconds rôles sont parfaits notamment Liev Schreiber en cinéaste dans le doute et Jude Law en scénariste cocu. N’oublions pas la très belle photo de Vittorio Storaro qui rend encore plus magique la ville préférée du cinéaste. Un très bon cru!

4.5

Publicités

Wonder Wheel: la bande annonce du dernier Woody Allen

437677.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Comme on attend le Beaujolais Nouveau, chaque année voit sortir le nouveau cru du cinéaste Woody Allen! Le 31 janvier sortira donc sur les écrans français « Wonder Wheel » avec Kate Winslet, James Belushi, Justin Timberlake et Juno Temple!

Ce film se déroule à Coney Island dans les années 1950, c’est une histoire d’amour pleine de passion, de personnages hors du commun, d’amants, d’infidélité et de gangsters.

Café Society: la bande annonce du nouveau Woody Allen

fa186240-59d5-4377-bc25-9e3180a6d47c

Projeté en ouverture du prochain festival de Cannes, le nouveau Woody Allen vient de dévoiler sa bande-annonce! Sortie le 11 mai!

Synopsis
New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié.
Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Livre: Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen

61GPCdPgOUL

51mm8hC8TwL

51tqk507muL

Alors que « l’Homme Irrationnel » sort sur les écrans français le 14 octobre prochain, un ouvrage très recommandable sur le célèbre réalisateur devrait trouver sa place au pied des sapins de nombreux cinéphiles. « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen » revient chronologiquement sur chacun des films du Maître, une carrière de près de 50 ans! Anecdotes, contexte et liens avec la vie privée d’Allen et avis critique, le tout entrecoupé d’articles thématiques sur le romantisme chez Allen ou encore Woody Allen acteur, etc…

Très agréable à lire, richement illustré, s’il n’apprendra pas grand chose aux fans purs et durs, ce livre a le mérite de donner une envie folle de se replonger dans la riche filmographie du cinéaste new-yorkais! Indispensable!

  • Broché
  • Editeur : Editions Carpentier (22 octobre 2015)
  • Collection : CINE/TV – BX LI
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2841679578
  • ISBN-13: 978-2841679577
  • Dimensions du produit: 25,5 x 1,5 x 21,2 cm
  • Prix: 29.99 euros

JEU CONCOURS: 3 DVD DE « WOODY ALLEN, A DOCUMENTARY » A GAGNER(jeu terminé)

A l’occasion de la sortie en DVD du documentaire « Woody Allen, A Documentary » le 4 décembre, CINEDINGUE et MEMENTO FILMS sont heureux de vous faire gagner 3 DVD! Pour cela, il vous suffit de répondre correctement aux questions avant le 6 décembre; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses. En suivant CINEDINGUE sur Facebook et/ou Twitter, vous augmentez vos chances.

LES GAGNANTS ONT RECU UN MAIL! 

CRITIQUE DVD: Woody Allen A Documentary

LE FILM: 8.5/10

Il est un des cinéastes les plus géniaux au monde, et ce depuis près de 50 ans, et pourtant, il a toujours été l’un des artistes les plus secrets… jusqu’à ce documentaire ! A bientôt 80 ans et plus de 40 films à son actif, ajoutez à cela 3 Oscars (dont 15 nominations !), l’infatigable Woody Allen a accepté de revenir
sur sa carrière auprès du réalisateur Robert B. Weide. Passionnante plongée au coeur de l’univers du cinéaste qui retrace sa carrière de ses débuts à son plus
grand succès : Minuit à Paris. On y apprend qu’avant d’être scénariste et réalisateur, Woody Allen gagnait sa vie en écrivant des blagues au kilomètre, et en les revendant à différents chroniqueurs ou journaux. C’est par la suite qu’il a pu mettre un pied dans l’univers du cinéma grâce à Quoi de neuf, Pussycat ? puis obtenir les plus grandes récompenses avec Annie Hall, Annah et ses soeurs, Crimes et délits, Minuit à Paris.

En deux parties et plus de trois heures, le réalisateur Robert Weide dresse un portrait du génie Woody Allen en revenant sur l’intégralité de sa carrière. Alternant interviews du réalisateur (souvent hilarant) et de proches ou de collaborateurs ( unanimes sur le talent d’Allen) et images des films du cinéaste, habillement montées pour montrer leur aspect autobiographique, ce délicieux documentaire, qui n’élude pas le scandale de sa relation avec la fille adoptive de Mia Farrow, n’a qu’un seul inconvénient: il nous donne l’irrésistible envie de revoir tous ses films!

TECHNIQUE: 9/10

Rien à signaler, c’est quasiment parfait pour le support.

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce, on trouve une interview du réalisateur, grand admirateur de Woody Allen (7 mins) et 12 questions insolites posées au cinéaste (6 mins) assez drôles!

VERDICT: 9/10

Un DVD qui comblera les fans du cinéaste!

Disponible en édition 2 DVD (19,99 euros) chez Memento Films dès le 4 décembre.

CRITIQUE: TO ROME WITH LOVE

Après Londres dans « Match point », Barcelone dans « Vicky, Cristina, Barcelona » et Paris dans « Minuit à Paris », Woody Allen pose cette fois-ci sa caméra dans la capitale italienne pour ce « To Rome with love ».

Après un générique sur l’air de « Volare » (comment aurait-il pu en être autrement!), un agent de police romain au milieu de son carrefour nous apostrophe et nous invite à découvrir sa ville à travers le destin de plusieurs personnages. Une jeune américaine demande son chemin à un jeune avocat romain et trouve l’amour. Le jeune Jack (Jesse Eisenberg), s’apprête à recevoir l’amie (Ellen Page) de sa fiancée (Greta Gerwig) qui traîne une réputation de bombe sexuelle. Il y a aussi le jeune marié qui se retrouve accompagné à la suite d’une erreur d’une prostituée (Penelope Cruz) qu’il est contraint de faire passer pour sa future femme auprès de ses proches. Sa future femme, elle, s’égare dans Rome et tombe sur son acteur italien préféré, séducteur invétéré. Jerry (Woody Allen) et sa femme Phyllis, eux, viennent à Rome pour rencontrer leur futur gendre; Jerry, à la recherche de talents lyriques craque pour le beau-père après l’avoir entendu chanter sous sa douche! Et puis nous suivons également Leopoldo, employé romain tout ce qu’il y a de plus banal qui du jour au lendemain découvre la célébrité!

Woody Allen, dans ce nouvel opus, rend hommage aux comédies à sketches qui fleurissaient en Italie dans les années 70 et son casting s’amuse avec lui, qu’on retrouve devant la caméra pour la première fois depuis 6 ans (Scoop). Seul bémol à cette partition , le rôle d’Alec Baldwin, complètement inutile.

Jouant avec les clichés, c’est toutefois un Woody divertissant qui nous livre une charmante comédie qui se savoure comme un verre de lambrusco: frais, sucré et pétillant!