Critique: Cars 3

499210.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Cars 3
Réalisation Brian Fee
Scénario Daniel Gerson
Acteurs principaux
Sociétés de production Pixar Animation Studios
Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Durée 109 minutes
Sortie 2 août 2017

Dépassé par une nouvelle génération de bolides ultra-rapides, le célèbre Flash McQueen se retrouve mis sur la touche d’un sport qu’il adore. Pour revenir dans la course et prouver, en souvenir de Doc Hudson, que le n° 95 a toujours sa place dans la Piston Cup, il devra faire preuve d’ingéniosité. L’aide d’une jeune mécanicienne pleine d’enthousiasme, Cruz Ramirez, qui rêve elle aussi de victoire, lui sera d’un précieux secours…

Après un premier volet très réussi où l’on découvrait le célèbre Flash McQueen et un second un peu plus foutraque, parodie de films d’espionnage, la franchise Cars revient à la base, les courses automobiles. On retrouve le personnage de Flash, concurrencé par de nouveaux modèles plus high tech. Si les plus jeunes seront ravis de retrouver leurs héros, les parents commenceront à rouler sur la jante. Certes, l’humour est au rendez-vous, l’animation est d’une qualité inégalable mais l’on peine à se passionner pour un récit peu original malgré les références, notamment aux films de la saga Rocky (l’entraînement sur la plage façon Rocky 3 est l’une des meilleures scènes et l’on notera quelques similitudes entre Storm et Drago!).

3

Publicités

CRITIQUE: CARS 2

Flash McQueen, la star des circuits automobiles, et son fidèle compagnon Martin la dépanneuse reprennent la route pour de nouvelles aventures. Les voilà partis pour courir le tout premier Grand Prix Mondial, qui sacrera la voiture la plus rapide du monde ! Seul impératif pour participer à cette course, rouler à l’allinol, un carburant alternatif. Mais alors que les explosions de moteur chez les participants se multiplient, Martin se retrouve malgré lui en mission secrète pour élucider ce mystère!

Ca y est! J’ai fini par voir le 12ème long métrage de la firme à la lampe de bureau! Commençons par le positif! Les artistes Pixar ont toujours autant d’imagination et savent toujours traiter de sujets sérieux de façon divertissante; ici, c’est un message écolo sur les carburants alternatifs que Cars diffuse. Techniquement, c’est toujours le top aussi bien au niveau des décors (Tokyo, Londres, Italie et Paris) que des personnages ( ici, une multitude de nouveaux venus d’une grande originalité!). Le gros bémol de ce volet dont Martin est le vrai personnage principal, c’est son scénario! Souffrant de nombreuses sorties de route au niveau du rythme, il laisse sur le côté les plus jeunes, faute à une intrigue plus qu’alambiquée! Il serait bon que Pixar n’oublie pas que son public principal reste celui des enfants! C’est donc un Pixar très moyen, c’est assez rare pour le souligner!