Critique: Coco

0056825.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Lee Unkrich
Adrian Molina (en)
Scénario Adrian Molina
Matthew Aldrich
Sociétés de production Pixar Animation Studios
Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Durée 109 minutes
Sortie 29 Novembre 2017

 

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. 
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

Quelques mois après le réchauffé « Cars 3 », Pixar sort son dernier bébé, « Coco » qui s’inspire des traditions mexicaines, notamment les légendes qui entourent les morts. S’il peut déstabiliser le très jeune public par son rythme très éloigné des standards actuels, le film séduira les plus grands, parents y compris. Derrière l’histoire du petit Miguel qui cherche à retrouver ses origines pour enfin pouvoir vivre sa passion, la musique, « Coco » évoque des thèmes comme la filiation et les racines avec légèreté mais aussi mélancolie. Esthétiquement le dernier Pixar est un petit bijou coloré et festif qui met du baume au coeur jusqu’à le serrer délicatement dans un final aussi surprenant qu’émouvant. Le grand film d’animation de l’année!

4.5

Critique: Cars 3

499210.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Cars 3
Réalisation Brian Fee
Scénario Daniel Gerson
Acteurs principaux
Sociétés de production Pixar Animation Studios
Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Durée 109 minutes
Sortie 2 août 2017

Dépassé par une nouvelle génération de bolides ultra-rapides, le célèbre Flash McQueen se retrouve mis sur la touche d’un sport qu’il adore. Pour revenir dans la course et prouver, en souvenir de Doc Hudson, que le n° 95 a toujours sa place dans la Piston Cup, il devra faire preuve d’ingéniosité. L’aide d’une jeune mécanicienne pleine d’enthousiasme, Cruz Ramirez, qui rêve elle aussi de victoire, lui sera d’un précieux secours…

Après un premier volet très réussi où l’on découvrait le célèbre Flash McQueen et un second un peu plus foutraque, parodie de films d’espionnage, la franchise Cars revient à la base, les courses automobiles. On retrouve le personnage de Flash, concurrencé par de nouveaux modèles plus high tech. Si les plus jeunes seront ravis de retrouver leurs héros, les parents commenceront à rouler sur la jante. Certes, l’humour est au rendez-vous, l’animation est d’une qualité inégalable mais l’on peine à se passionner pour un récit peu original malgré les références, notamment aux films de la saga Rocky (l’entraînement sur la plage façon Rocky 3 est l’une des meilleures scènes et l’on notera quelques similitudes entre Storm et Drago!).

3