Critique: Coco

0056825.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Lee Unkrich
Adrian Molina (en)
Scénario Adrian Molina
Matthew Aldrich
Sociétés de production Pixar Animation Studios
Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Durée 109 minutes
Sortie 29 Novembre 2017

 

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. 
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

Quelques mois après le réchauffé « Cars 3 », Pixar sort son dernier bébé, « Coco » qui s’inspire des traditions mexicaines, notamment les légendes qui entourent les morts. S’il peut déstabiliser le très jeune public par son rythme très éloigné des standards actuels, le film séduira les plus grands, parents y compris. Derrière l’histoire du petit Miguel qui cherche à retrouver ses origines pour enfin pouvoir vivre sa passion, la musique, « Coco » évoque des thèmes comme la filiation et les racines avec légèreté mais aussi mélancolie. Esthétiquement le dernier Pixar est un petit bijou coloré et festif qui met du baume au coeur jusqu’à le serrer délicatement dans un final aussi surprenant qu’émouvant. Le grand film d’animation de l’année!

4.5

Critique Dvd: Desierto

910Y7iJ8+SL._SL1500_.jpg

Réalisation Jonás Cuarón
Scénario Jonás Cuarón
Mateo Garcia
Acteurs principaux
Sociétés de production Esperanto Kino
Itaca Films
Pays d’origine Drapeau du Mexique Mexique
Genre Thriller
Durée 94 minutes
Sortie 13 avril 2016

LE FILM:

3.5

Désert de Sonora, Sud de la Californie. Au cœur des étendues hostiles, emmené par un père de famille déterminé, un groupe de mexicains progresse vers la liberté. La chaleur, les serpents et l’immensité les épuisent et les accablent… Soudain des balles se mettent à siffler. On cherche à les abattre, un à un.

Pour son second long métrage, Jonas Cuaron, fils d’Alfonso, s’appuie sur un phénomène plus que jamais d’actualité, les migrants; pas ceux de Syrie ici mais ceux que Donald Trump déteste tant, les Mexicains, qui tentent d’entrer illégalement aux Etats-Unis. L’angle utilisé, celui d’un pur survival qui voit un petit groupe de migrants tenter d’échapper à un pequenaud amateur de tir sur cible vivante et son chien, « Traqueur ». Comme il l’avait prouvé avec le scénario de « Gravity », Jonas Cuaron aime les histoires simples, sans fioritures. « Desierto » entre très vite dans le vif du sujet et peu de dialogues ne viennent encombrer ce qui s’avère un exercice de style assez réussi mais dur sur l’homme. La mise en scène de Cuaron exploite à merveille les extérieurs, plaçant souvent ses personnages tout petits au milieu d’immenses étendues. D’autre part, la dimension politique du film est assez intéressante, le « pays de la liberté » portant en lui quelques énergumènes qui se moquent bien de l’humanisme!  Prenant!

TECHNIQUE:

4

Correct pour le support.

BONUS:

Rien du tout et c’est bien dommage…

VERDICT:

3.5

Un slasher politique percutant!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Condor Entertainment dès le 6 novembre