Critique: Cars 3

499210.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Cars 3
Réalisation Brian Fee
Scénario Daniel Gerson
Acteurs principaux
Sociétés de production Pixar Animation Studios
Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Durée 109 minutes
Sortie 2 août 2017

Dépassé par une nouvelle génération de bolides ultra-rapides, le célèbre Flash McQueen se retrouve mis sur la touche d’un sport qu’il adore. Pour revenir dans la course et prouver, en souvenir de Doc Hudson, que le n° 95 a toujours sa place dans la Piston Cup, il devra faire preuve d’ingéniosité. L’aide d’une jeune mécanicienne pleine d’enthousiasme, Cruz Ramirez, qui rêve elle aussi de victoire, lui sera d’un précieux secours…

Après un premier volet très réussi où l’on découvrait le célèbre Flash McQueen et un second un peu plus foutraque, parodie de films d’espionnage, la franchise Cars revient à la base, les courses automobiles. On retrouve le personnage de Flash, concurrencé par de nouveaux modèles plus high tech. Si les plus jeunes seront ravis de retrouver leurs héros, les parents commenceront à rouler sur la jante. Certes, l’humour est au rendez-vous, l’animation est d’une qualité inégalable mais l’on peine à se passionner pour un récit peu original malgré les références, notamment aux films de la saga Rocky (l’entraînement sur la plage façon Rocky 3 est l’une des meilleures scènes et l’on notera quelques similitudes entre Storm et Drago!).

3

Critique: Zootopie

280851.jpg

Titre original Zootopia
Réalisation Byron Howard
Rich Moore
Jared Bush
Scénario Jared Bush
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Walt Disney Animation Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre animation
Durée 108 minutes
Sortie 17 février 2016

Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia !Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque …

Le 55ème « classique » Disney est sorti et c’est une vraie réussite. Après avoir posé les bases de Zootopie, une ville où seuls les animaux vivent et où tout le monde peut cohabiter (même si la ville est divisée en plusieurs quartiers selon les espèces), le film devient un buddy movie façon l’Arme Fatale avec une jolie petite lapine, Judy, dans le rôle de Danny Glover (respect des lois, intégrité…) et Nick le Renard, dans le rôle de Mel Gibson, rusé (évidemment!) et expérimenté. Ces deux équipiers vont devoir élucider un mystère, des animaux qui deviennent subitement fous, et mener l’enquête, croisant tout un tas de personnages assez délirants (comme cet employé de la préfecture un peu lent, un paresseux, à mourir de rire) et les plus grands pourront s’amuser des nombreuses références (le Parrain ou Breaking Bad entre autres!). Très rythmé, « Zootopie » est non seulement drôle mais il est comme toujours porteur d’un message terriblement d’actualité, dévoilé par l’un des personnages qui déclare « la peur, ça marche toujours »! Des cours de philo comme ça, on en redemande!

4