Jeu Concours: 9×2 places pour « The Finest Hours » à gagner (jeu terminé)

THE_FINEST_HOURS_logo.png097219.jpg

© 2016  Disney

A l’occasion de la sortie en salles de « The Finest Hours » le 24 février, CINEDINGUE et DISNEY sont heureux de vous offrir 9×2 places. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 16 février; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Le synopsis :

Mêlant l’esprit du thriller aux scènes d’actions les plus extraordinaires, le nouveau film des studios Disney THE FINEST HOURS raconte l’un des plus héroïques sauvetages de l’histoire des garde-côtes américains. Présenté en Digital 3DTM et en IMAX® 3D dans les salles équipées, THE FINEST HOURS transportera le public au cœur même des éléments déchaînés, en lui offrant une expérience cinématographique immersive d’une intensité rare. Le film sortira en France le 24 février 2016.

 

Le 18 février 1952, l’une des pires tempêtes qu’ait jamais connues la côte Est des États-Unis s’abat sur la Nouvelle-Angleterre. Elle ravage les villes du littoral et détruit tout sur son passage, y compris deux pétroliers de 150 mètres. Le SS Pendleton et le SS Fort Mercer, en route respectivement pour Boston (Massachusetts) et Portland (Maine), sont littéralement brisés en deux. Les équipages restent piégés à l’intérieur des navires voués à sombrer rapidement. Le premier assistant mécanicien Ray Sybert (Casey Affleck), officier responsable à la poupe du Pendleton, réalise très vite qu’il lui appartient de prendre en charge des marins terrifiés et de les amener à travailler ensemble pour maintenir le navire à flot le plus longtemps possible.

 

Alors que les garde-côtes de Chatham (Massachusetts) font de leur mieux pour aider les pêcheurs à protéger leurs bateaux de la tempête, ils apprennent que les deux pétroliers en détresse dérivent au large du cap Cod. Le premier maître Daniel Cluff (Eric Bana), récemment nommé à la tête du poste de secours, envoie immédiatement à la rescousse le bateau de sauvetage CG 36500, sous le commandement du capitaine Bernie Webber (Chris Pine). Ce dernier et son équipage de trois hommes se lancent dans une périlleuse mission à bord de leur embarcation sous-dimensionnée au regard des éléments déchaînés, un canot de bois de 11 mètres. Avant même qu’ils soient sortis du port, ils perdent le pare-brise et le compas de navigation. Pourtant, les quatre hommes persévèrent, et malgré des vents de la force d’un ouragan, des vagues de 20 mètres de haut, des températures glaciales et une visibilité quasi nulle, ils parviennent miraculeusement à localiser le Pendleton. Au prix d’efforts inouïs, ils vont réussir à sauver 32 hommes sur les 33 que compte l’équipage.

 

Affrontant la colère destructrice de l’océan, 36 hommes, réfugiés sur un bateau prévu pour 12, vont tout faire pour rentrer chez eux sains et saufs…

Retrouvez Disney sur Facebook, Twitter et sur le site

 

Jeu Concours: 9×2 places à gagner pour « Mon Maître d’école » (jeu terminé)

MON MAITRE_LOGOTITRE_noir

MON-MAITRE-D-ECOLE-120-RVB-268192

©2015 B2Films-D8films

A l’occasion de la sortie en salles de « Mon Maître d’école » le 13 janvier, CINEDINGUE et THE WALT DISNEY COMPANY FRANCE sont heureux de vous offrir 9×2 places. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 6 janvier; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

L’histoire :

 

« A St Just-et-Vacquière, un village de 250 habitants perdu dans la garrigue, Jean-Michel Burel, est l’instituteur d’une classe unique, qui regroupe tous les niveaux de l’école primaire. Il en est le maître d’école depuis 1972 et y enseigne la tolérance, la sagesse au même titre que l’orthographe et les mathématiques. Il s’évertue à soutenir les élèves pour leur donner confiance et les élever plus haut.
Après 40 ans d’enseignement au même endroit et d’amour pour ses élèves, Jean-Michel Burel commence sa dernière année scolaire avant la retraite.
Il lui reste quelques mois pour dire adieu à ses «petits», quelques mois pour transmettre sa passion de l’éducation.
Comment va-t-il vivre cette dernière année et supporter le compte à rebours jusqu’à son dernier jour de classe ?
À travers les yeux d’une ancienne élève, aujourd’hui réalisatrice, se dessine une école intemporelle où la rigueur se conjugue avec la bonne humeur, une école où la liberté commence avec le respect de celle des autres.
Une école qui appartient à tous et au domaine universel de l’enfance. »