Critique: Ghostland

3312865.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Incident in a Ghost Land
Réalisation Pascal Laugier
Scénario Pascal Laugier
Acteurs principaux
Sociétés de production 5656 Films
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la France France
Genre horreur
Durée 89 minutes
Sortie 14 mars 2018

Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque.
Tandis que Beth devient une auteur renommée spécialisée dans la littérature horrifique, Vera s’enlise dans une paranoïa destructrice. Seize ans plus tard, la famille est à nouveau réunie dans la maison que Vera et Pauline n’ont jamais quittée. Des évènements étranges vont alors commencer à se produire…

Après « Saint Ange » et « Martyrs », deux films d’horreur très prometteurs, le Français Pascal Laugier tente l’aventure aux States avec « The Secret » qui, malheureusement, ne sera pas la réussite escomptée. Son nouveau film est à nouveau une production internationale dont la grosse curiosité est la présence au générique de la chanteuse Mylène Farmer. Mais heureusement « Ghostland » n’est pas que ça!

Alors que le Cinéma d’Horreur surfe depuis quelques années sur la mode du film de fantômes, Laugier réveille le genre. Après une première partie où l’on croit à une énième variation sur le thème, Laugier revient à l’horreur réaliste dans tout ce qu’elle a de plus glauque, tout en rendant hommage à la littérature fantastique et notamment H.P.Lovecraft. Laugier ne recule devant rien, exploite toutes les recettes du genre mais avec savoir faire et exploite son décor de la plus belle des manières. Quant au couple de meurtriers, il entre au panthéon des plus grands malades aux côtés des familles de « Massacre à la tronçonneuse » et « la colline a des yeux »! Si vous voulez frissonner, courez voir « Ghostland »!!!

4.5

Critique: la Peau de Bax

578290.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Schneider vs. Bax
Réalisation Alex van Warmerdam
Scénario Alex van Warmerdam
Acteurs principaux

Tom Dewispelaere
Alex van Warmerdam
Maria Kraakman

Sociétés de production Graniet Film
CZAR TV
Verenigde Arbeiders Radio Amateurs
Mollywood
Pays d’origine Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Genre Comédie
Durée h 36
Sortie 18 novembre 2015

Le matin de son anniversaire, Schneider, tueur à gages et père de famille dévoué, est missionné pour abattre Ramon Bax. Écrivain solitaire vivant au milieu des marécages, c’est une cible facile. Schneider accepte, il sera rentré pour dîner. Mais la tâche se révèle plus compliquée que prévue. 

Deux ans après « Borgman », le Hollandais Alex Van Warmerdam revient avec « la peau de Bax »,un réjouissant jeu du chat et de la souris, quelque part entre les frères Coen et Haneke. Le cinéaste, qui joue également le rôle de Bax, s’amuse avec le spectateur en le manipulant. Il nous présente par exemple le personnage de Schneider comme un bon père de famille qui doit traquer un tueur d’enfants. Le point de vue du spectateur sur les deux personnages changera au fil de l’histoire et des coups de théâtre, nombreux. Le film s’apparenterait d’ailleurs presque à du vaudeville avec ce décor unique (la cabane de Bax) et ces multiples personnages qui entrent et sortent. Amusant et terriblement noir!

4