CRITIQUE: DES HOMMES ET DES DIEUX (2010)

« Des hommes et des dieux » retrace l’histoire des moines de Thibirine en Algérie retrouvés assassinés en 1996. Quand les massacres se multiplient, l’armée algérienne propose de mettre le monastère sous protection militaire, ce que les moines refusent. Ceux-ci apportant leur aide (médicale en particulier) aux membres du GIA, l’armée aurait commis une bavure en les prenant pour des terroristes et aurait maquiller l’accident pour faire porter le chapeau à ce même GIA.

Xavier Beauvois, à qui l’on doit l’excellent « petit lieutenant » ou encore le sulfureux « n’oublie pas que tu vas mourir » a choisi pour relater ce drame, de nous immerger dans la vie monastique, faite de prières, de recueillement et d’aide aux populations de toutes sortes. Il remplit parfaitement son objectif nous plongeant dans ce mode de vie marqué par l’austérité, aidé en cela par un Lambert Wilson et un Michael Lonsdale exceptionnels. Pour ce faire, Beauvois use de longs plans fixes et bannit toute bande originale hormis les chants des hommes d’église. Le revers de la médaille est que Beauvois peine à nous faire vraiment ressentir le climat de peur qui règne.

Reste une scène magistrale, celle du repas, sur fond de musique du « lac des cygnes », durant lequel les moines décident de rester au monastère, sachant pertinemment qu’ils y laisseront leur vie. L’autre réussite de Beauvois est de ne pas avoir montré le massacre mais simplement suggéré à travers leur ultime marche dans l’Atlas enneigé.

Un très beau film qui aurait presque pu être un chef d’oeuvre…

Publicités