Critique: Maryline

0276215.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Guillaume Gallienne
Scénario Guillaume Gallienne
Acteurs principaux
Sociétés de production LGM Cinéma SAS
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Sortie 15 novembre 2017

Maryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. À 20 ans, elle « monte à Paris » pour devenir comédienne. Mais, elle n’a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant. C’est l’histoire d’une femme, d’une femme modeste, d’une blessure.

Après un premier long autobiographique, « les Garçons et Guillaume à table« , Guillaume Gallienne s’essaie au mélodrame. Son personnage, Maryline, vient de la campagne mais rêve de jouer la comédie. Son parcours sera semé d’embûches comme les brimades de metteurs en scène ou l’alcoolisme dans lequel elle tombera. Si le second film de Gallienne vaut le coup d’oeil c’est assurément pour son actrice Adeline d’Hermy, qui porte le film de bout en bout, drôle, émouvante, fragile, violente… Toutefois le film nous laisse un peu sur notre faim tant le récit manque de fluidité et de liant et pose des questions sans réponse. On a envie d’adorer cette Maryline mais l’on reste malheureusement loin d’elle…

3.5

Publicités

Critique: Un Beau Soleil Intérieur

266725.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Claire Denis
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 20 septembre 2017

Isabelle, divorcée, un enfant, cherche un amour. Enfin un vrai amour.

Drôle de film que ce douzième long de Claire Denis! Sans véritable intrigue, on y suit les tentatives parfois désespérées d’Isabelle, joli quinquagénaire divorcée, de trouver l’amour, entre considérations sociales, désir de jouissance ou juste d’être simplement considérée. Autour d’une Juliette Binoche sensuelle et lumineuse, une pleïade de seconds rôles tous brillants se met au service du remarquable script de Claire Denis et Christine Angot. Xavier Beauvois, Philippe Katerine, Josiane Balasko ou encore Nicolas Duvauchelle campent les amants, collègues ou voisins de cette femme qui aspire seulement à vivre et non juste à survivre. On gardera également longtemps en mémoire la formidable scène finale avec Gérard Depardieu qui prouve s’il en est encore besoin le génial comédien qu’il est!

4.5

Critique Bluray: la Rançon de la gloire

71LEWq6tIyL._SL1478_

  • Réalisé par :
    Xavier Beauvois
  • Avec :
    Benoît Poelvoorde, Roschdy Zem, Séli Gmach…
  • Durée :
    1h54min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Mars Distribution

LE FILM:

3

Vevey, une petite ville au bord du lac Léman, 1977. Tout juste sorti de prison, Eddy est accueilli par son ami Osman. Ils ont tous deux convenu d’un marché. Osman héberge Eddy, en échange de quoi celui-ci s’occupe de sa fille de sept ans, Samira, le temps que sa femme Noor subisse des examens à l’hôpital. Mais en cette veille de Noël, le manque d’argent se fait cruellement sentir. Aussi, lorsque la télévision annonce la mort du richissime comédien Charlie Chaplin, Eddy a une idée : subtiliser le cercueil de l’acteur et demander une rançon à la famille !

Pour son nouveau film, Xavier Beauvois s’inspire à nouveau d’une histoire vraie après celle des moines de Tibhirine dans « des hommes et des dieux ». Cette fois, il s’inspire d’un fait divers qui voyaient deux immigrés d’Europe de l’Est profaner la tombe de Charlie Chaplin pour faire chanter la famille! Si l’intention, rendre hommage à Chaplin en travaillant sur l’émotion et l’humour,  est louable, le résultat est plaisant sans être totalement convaincant! Si le film dégage bien une certaine tendresse, notamment grâce à la relation Eddy/Samira ou encore grâce à la superbement flamboyante musique de Michel Legrand, l’aspect comédie fonctionne moins bien. Beauvois n’a manifestement pas le sens du rythme requis par l’exercice! Toutefois, on ne peut que saluer l’ambition du projet et son originalité!

TECHNIQUE:

4

Une copie sans problème!

BONUS:

1.5

Si l’idée de proposer un court-métrage de Charlot en bonus est louable, dommage qu’il n’y ait rien à se mettre sous la dent concernant le film lui-même!

VERDICT:

3

Un hommage à Chaplin original sans totalement convaincre!

Disponible en DVD(24.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez FranceTV Distribution

CRITIQUE: DES HOMMES ET DES DIEUX (2010)

« Des hommes et des dieux » retrace l’histoire des moines de Thibirine en Algérie retrouvés assassinés en 1996. Quand les massacres se multiplient, l’armée algérienne propose de mettre le monastère sous protection militaire, ce que les moines refusent. Ceux-ci apportant leur aide (médicale en particulier) aux membres du GIA, l’armée aurait commis une bavure en les prenant pour des terroristes et aurait maquiller l’accident pour faire porter le chapeau à ce même GIA.

Xavier Beauvois, à qui l’on doit l’excellent « petit lieutenant » ou encore le sulfureux « n’oublie pas que tu vas mourir » a choisi pour relater ce drame, de nous immerger dans la vie monastique, faite de prières, de recueillement et d’aide aux populations de toutes sortes. Il remplit parfaitement son objectif nous plongeant dans ce mode de vie marqué par l’austérité, aidé en cela par un Lambert Wilson et un Michael Lonsdale exceptionnels. Pour ce faire, Beauvois use de longs plans fixes et bannit toute bande originale hormis les chants des hommes d’église. Le revers de la médaille est que Beauvois peine à nous faire vraiment ressentir le climat de peur qui règne.

Reste une scène magistrale, celle du repas, sur fond de musique du « lac des cygnes », durant lequel les moines décident de rester au monastère, sachant pertinemment qu’ils y laisseront leur vie. L’autre réussite de Beauvois est de ne pas avoir montré le massacre mais simplement suggéré à travers leur ultime marche dans l’Atlas enneigé.

Un très beau film qui aurait presque pu être un chef d’oeuvre…