Critique: Maryline

0276215.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Guillaume Gallienne
Scénario Guillaume Gallienne
Acteurs principaux
Sociétés de production LGM Cinéma SAS
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Sortie 15 novembre 2017

Maryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. À 20 ans, elle « monte à Paris » pour devenir comédienne. Mais, elle n’a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant. C’est l’histoire d’une femme, d’une femme modeste, d’une blessure.

Après un premier long autobiographique, « les Garçons et Guillaume à table« , Guillaume Gallienne s’essaie au mélodrame. Son personnage, Maryline, vient de la campagne mais rêve de jouer la comédie. Son parcours sera semé d’embûches comme les brimades de metteurs en scène ou l’alcoolisme dans lequel elle tombera. Si le second film de Gallienne vaut le coup d’oeil c’est assurément pour son actrice Adeline d’Hermy, qui porte le film de bout en bout, drôle, émouvante, fragile, violente… Toutefois le film nous laisse un peu sur notre faim tant le récit manque de fluidité et de liant et pose des questions sans réponse. On a envie d’adorer cette Maryline mais l’on reste malheureusement loin d’elle…

3.5

Publicités

Critique Bluray: Cézanne et moi

915x+-qecCL._SL1500_.jpg

Réalisation Danièle Thompson
Scénario Danièle Thompson
Acteurs principaux
Sociétés de production G Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre film en costumes
Durée 1h53
Sortie 21 septembre 2016

LE FILM:

1.5

Ils s’aimaient comme on aime à treize ans : révoltes, curiosité, espoirs, doutes, filles, rêves de gloires, ils partageaient tout. Paul est riche. Emile est pauvre. Ils quittent Aix, « montent » à Paris, hantent les mêmes lieux, dorment avec les mêmes femmes, crachent sur les bourgeois, se baignent nus, crèvent de faim puis mangent trop, boivent de l’absinthe…
Aujourd’hui Paul est peintre. Emile est écrivain. La gloire est passée sans regarder Paul. Emile lui a tout : la renommée, l’argent une femme parfaite que Paul a aimé avant lui. Ils se jugent, s’admirent, s’affrontent. Ils se perdent, se retrouvent, comme un couple qui n’arrive pas à cesser de s’aimer.

Pour son sixième film de réalisatrice, Danielle Thompson délaisse le film choral pour se frotter au biopic. Elle s’intéresse ici à la relation amicale entre Cézanne et Zola, deux génies dans leur discipline. Malheureusement, si elle s’y intéresse, ce n’est pas le cas de nous autres, pauvres spectateurs. En cause, un scénario qui multiplie les sauts dans le temps et une mise en scène plus illustrative que stimulante (la Provence, c’est beau!). Quant à l’interprétation, malheureusement la fausse barbe de Canet et le faux accent de Gallienne finissent de nous tenir à l’écart d’un sujet qui aurait pu/dû être passionnant!

TECHNIQUE:

4.5

Un régal visuel!

BONUS:

4

On trouve ici des scènes coupées et un très bon making of.

VERDICT:

1.5

Un biopic raté…

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Pathé


CRITIQUE BLURAY: LES GARCONS ET GUILLAUME A TABLE

61YVlnUJwoL__SL1500_

  • Réalisé par :
    Guillaume Gallienne
  • Avec :
    Guillaume Gallienne, André Marcon, Françoise Fabian…
  • Durée :
    1h25min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2012
  • Distributeur :
    Gaumont Distribution
LE FILM: 9/10

La critique est ici

TECHNIQUE: 8/10

Aucun défaut notable même si l’apport HD est limité.

BONUS: 8/10

Un seul bonus mais de qualité, un documentaire d’une quarantaine de minutes sur l’histoire du projet, de la pièce de théâtre au film.

VERDICT: 9/10

La comédie de 2013 !

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Gaumont dès le 20 mars.



CRITIQUE: LES GARCONS ET GUILLAUME A TABLE

20529833_20131017171932686.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume, à table ! » et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : « Je t’embrasse ma chérie » ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

Quand la majorité des comédies françaises semble être conçue sur le même modèle, on ne peut que se réjouir d’une comédie surprenante et c’est le cas ici. Guillaume Gallienne part ici de son spectacle du même nom, l’action se déroulant d’ailleurs sur scène et par le biais de flash-backs illustrant son histoire. Interprétant son propre rôle ainsi que celui de sa mère, Gallienne se raconte de la manière la plus intime: sa relation avec sa mère, son père, ses frères, ses séjours en pension, etc…

Bien que souvent très drôle, le fond reste tout de même assez dramatique et ne manque pas de susciter la réflexion en posant de vraies questions notamment sur l’influence des parents sur le développement de l’enfant ou la part d’inné et d’acquis, la place que la société accorde à l’individu et les possibilités offertes à celui-ci d’y évoluer,…

Une comédie d’une rare intelligence donc, portée par un comédien absolument magnifique!

NOTE: 9/10