Critique: Café Society

affiche_m

Titre original Café Society
Réalisation Woody Allen
Scénario Woody Allen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Sortie 11 mai 2016

New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié. 
Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Woody Allen fête ses cinquante de carrière en ouvrant le festival de Cannes avec son dernier film, « Café Society ». Si le sujet laissait croire à un tableau au vitriol de la Mecque du Cinéma dans les années 30, Woody n’en a finalement cure. Ce qui l’intéresse ici c’est l’Amour! On retrouve tout Allen ici: le jazz, l’humour juif et l’humour sur les Juifs, les tours du destin, l’amour de New-York et pourtant on marche encore car il surprend toujours. Si l’on pense ici à certains films des années 80 comme « Broadway Danny Rose » ou « Radio days », ce « Café Society » trouve un ton bien à lui, romantique et élégant. Si l’on apprécie forcément le duo Jesse Eisenberg/Kristen Stewart, on est subjugué devant la beauté de la mise en scène et la classe folle de la photo. Un grand cru!

4.5

Jeu Concours: 5×2 places à gagner pour « Cafe Society » (jeu terminé)

affiche_m

A l’occasion de la sortie en salles aujourd’hui de « Café Society », CINEDINGUE et MARS DISTRIBUTION sont heureux de vous offrir 5×2 places. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 17 mai; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

 

Café Society: la bande annonce du nouveau Woody Allen

fa186240-59d5-4377-bc25-9e3180a6d47c

Projeté en ouverture du prochain festival de Cannes, le nouveau Woody Allen vient de dévoiler sa bande-annonce! Sortie le 11 mai!

Synopsis
New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié.
Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Critique Dvd: Still Alice

71kk+cA8wYL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    18 mars 2015
  • Réalisé par :
    Richard Glatzer, Wash Westmoreland
  • Avec :
    Julianne Moore, Kristen Stewart, Kate Bosworth…
  • Durée :
    1h41min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Still Alice
  • Distributeur :
    Sony Pictures Releasing France

LE FILM:

3.5

Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration…

Des mélodrames hollywoodiens sur la maladie, on en a vu à la douzaine et ce « Still Alice » ne réserve donc pas franchement de surprises. Toutefois, si la mise en forme reste académique pour ne pas dire proche du téléfilm, ce « Still Alice » se distingue sur deux points. Le scénario est très bien écrit, d’une grande finesse et évite un excès de pathos souvent fatal à ce genre de projets. Par ailleurs, l’interprétation de Julianne Moore, lauréate de l’Oscar pour son rôle, est sidérante de justesse et d’émotion. Quant au reste du casting, il est à l’avenant avec une Kristen Stewart comme souvent impeccable en fille combative et Alec Baldwin en mari désemparé. Emouvant et poignant!

TECHNIQUE:

4

Pour le support, le résultat est plus que satisfaisant!

BONUS:

2

Outre des bandes annonces, on trouve un court making of qui met en valeur le travail de Julianne Moore et sa collaboration avec une malade.

VERDICT:

3.5

Un mélodrame poignant remarquablement interprété!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez SPE

Critique: Sils Maria

454322.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    20 août 2014
  • Réalisé par :
    Olivier Assayas
  • Avec :
    Juliette Binoche,Kristen Stewart,Chloë Grace Moretz…
  • Durée :
    2h3min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Clouds of Sils Maria
  • Distributeur :
    Les Films du Losange

À dix-huit ans, Maria Enders a connu le succès au théâtre en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui conduit au suicide une femme plus mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre cette pièce, mais cette fois de l’autre côté du miroir, dans le rôle d’Helena…

Quinzième long métrage d’Olivier Assayas, Sils Maria est sûrement l’un des plus riches et aboutis du cinéaste. S’il s’est souvent intéressé à la jeunesse, comme dans son précédent film, Après Mai, Assayas s’interroge ici sur le temps qui passe à travers le portrait d’une actrice confrontée à l’âge. Comme un symbole, elle se prépare à interpréter le rôle à qui elle donnait la réplique 20 ans avant, celui d’une femme mûre manipulée par une jeune femme. On la suit dans toute sa solitude; en plein divorce, elle ne vit qu’avec son assistante, jeune fille très intelligente. Elle est également en plein décalage avec cette nouvelle génération d’actrices (superbe Chloé Grace Moretz), plus présente dans les page people que sur l’écran. Construit comme un livre et ses chapitres, ce récit est empreint de nostalgie et d’une certaine poésie, avec ce serpent de Maloja, phénomène nuageux aussi rare que fascinant. Fascinant et envoûtant, c’est aussi ce qu’est ce nouveau film d’Assayas, avec une Juliette Binoche comme toujours exceptionnelle!

NOTE: 9/10

 

CRITIQUE BLU-RAY: SUR LA ROUTE

LE FILM: 7.5/10

Au lendemain de la mort de son père, Sal Paradise, apprenti écrivain new-yorkais, rencontre Dean Moriarty, jeune ex-taulard au charme ravageur, marié
à la très libre et très séduisante Marylou. Entre Sal et Dean, l’entente est immédiate et fusionnelle. Décidés à ne pas se laisser enfermer dans une vie trop
étriquée, les deux amis rompent leurs attaches et prennent la route avec Marylou. Assoiffés de liberté, les trois jeunes gens partent à la rencontre du
monde, des autres et d’eux-mêmes…

Walter Salles revient au road movie après « Carnets de voyage » en adaptant le chef d’oeuvre de Kerouac « Sur la route ». On y suit donc Sal Paradise, Dean Moriarty et la jolie Marylou d’un bout à l’autre des Etats-Unis, multipliant les rencontres et s’adonnant aux drogues et expériences sexuelles de toutes sortes! Lire la suite