Critique: Café Society

affiche_m

Titre original Café Society
Réalisation Woody Allen
Scénario Woody Allen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Sortie 11 mai 2016

New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié. 
Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Woody Allen fête ses cinquante de carrière en ouvrant le festival de Cannes avec son dernier film, « Café Society ». Si le sujet laissait croire à un tableau au vitriol de la Mecque du Cinéma dans les années 30, Woody n’en a finalement cure. Ce qui l’intéresse ici c’est l’Amour! On retrouve tout Allen ici: le jazz, l’humour juif et l’humour sur les Juifs, les tours du destin, l’amour de New-York et pourtant on marche encore car il surprend toujours. Si l’on pense ici à certains films des années 80 comme « Broadway Danny Rose » ou « Radio days », ce « Café Society » trouve un ton bien à lui, romantique et élégant. Si l’on apprécie forcément le duo Jesse Eisenberg/Kristen Stewart, on est subjugué devant la beauté de la mise en scène et la classe folle de la photo. Un grand cru!

4.5

Café Society: la bande annonce du nouveau Woody Allen

fa186240-59d5-4377-bc25-9e3180a6d47c

Projeté en ouverture du prochain festival de Cannes, le nouveau Woody Allen vient de dévoiler sa bande-annonce! Sortie le 11 mai!

Synopsis
New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié.
Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Jeu Concours: 3 Dvd de « Back Home » à gagner (jeu terminé)

910bR5KKrGL._SL1500_.jpg

A l’occasion de la sortie en DVD de « Back Home », CINEDINGUE et MEMENTO FILMS sont heureux de vous offrir 3 DVD. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 22 avril; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Critique Dvd: Night Moves

71njzZUJNnL._SL1107_

 

  • Réalisé par :
    Kelly Reichardt
  • Avec :
    Jesse Eisenberg,Dakota Fanning,Peter Sarsgaard…
  • Durée :
    1h47min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Distributeur :
    Ad Vitam

LE FILM: 8/10

Josh travaille dans une ferme biologique en Oregon. Au contact des activistes qu’il fréquente, ses convictions écologiques se radicalisent. Déterminé à agir, il s’associe à Dena, une jeune militante, et à Harmon, un homme au passé trouble. Ensemble, ils décident d’exécuter l’opération la plus spectaculaire de leur vie…

Dernier film de Kelly Reichardt après son western « la dernière piste », Night Moves nous plonge au sein d’un groupe d’activistes écologistes qui préparent le dynamitage d’un barrage. Refusant tout sensationnalisme, la réalisatrice imprime un drôle de rythme à son film qui va tout doucement, instillant une ambiance entre le poétique et l’angoisse. Mis en scène avec une précision d’orfèvre, Night Moves prouve que Kelly Reichardt  sait filmer les paysages magnifiques de l’Oregon! Avec un trio d’acteurs impeccable (mention spéciale à Eisenberg en bombe humaine à retardement), Night Moves est une vraie réussite!

TECHNIQUE: 8.5/10

Pour le support, c’est impeccable notamment lors des plans sur les magnifiques paysages!

BONUS: 7/10

Outre la bande-annonce, on trouve une interview de la réalisatrice (17 mins).

VERDICT: 8/10

Un film noir écolo fascinant!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Potemkine dès le 2 septembre

CRITIQUE: JEWISH CONNECTION (2010)

Mercredi, avant de rentrer de Deauville, il me restait un film à voir, le film de Kevin Asch, »Holy Rollers » (Jewish connection en français). Sam Gold, 20 ans, est juif issu d’une famille très pratiquante; il travaille pour son père qui vend du tissu et son avenir est tout tracé: il se mariera avec la femme qu’on aura choisi pour lui et sera rabbin. Mais il ne l’entend pas de cette oreille; ce qu’il veut c’est gagner de l’argent. Justement, son ami Yossef lui propose un boulot simple et bien payé: transporter des médicaments entre New-York et Amsterdam. Il accepte jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que ces médicaments ne sont autre que des pilules d’ecstasy. Après une phase de questionnement, il va finir par prendre goût à cette nouvelle vie et entrer dans un engrenage dangereux…

En compétition, le film a déjà été présenté au dernier festival de Sundance. Asch, dont c’est le premier long métrage, s’est inspiré ici de faits réels. Il livre à mon goût le film le plus intéressant et le plus abouti de ceux que j’ai pu voir durant ce festival. Il s’agit d’un film sur la foi mais sur fond de polar urbain dans un style qui m’a beaucoup fait penser à James Gray, ce qui n’est pas rien. Le scénario est très bien ficelé, très documenté et très bien écrit. Concernant l’interprétation, le rôle principal est incarné par le jeune Jesse Einsenberg dont on reparlera sûrement puisqu’il est le créateur de Facebook dans « the social network », le prochain David Fincher. Pour finir, le film est porté par une excellente bande originale. Magnifique film en salles le 23 février prochain.