Oscars 2019: le Palmarès

And the Oscar goes… Cette nuit les Oscars ont dévoilé leur palmarès, sans grande surprise! Le film à Oscars « Green Book » est reparti notamment avec la statuette du meilleur film, au détriment de « la Favorite » et celle du meilleur second rôle masculin pour Mahershala Ali qui fait le doublé après « Moonlight »! Le film netflix de Cuaron, « Roma » rafle quant à lui le prix du meilleur réalisateur, film étranger et photo. Spike Lee récupère un Oscar du scénario pour la première fois de sa carrière pour « Blackkklansman »! Rami Malek est quant à lui récompensé pour sa prestation en Freddie Mercury dans « Bohemian Rhapsody » et Olivia Colman passe devant Glenn Close avec « la Favorite ». Le nanar « Black Panther » fait l’exploit de récolter 3 statuettes avec meilleure musique (quand on pense que First Man n’a même pas été nommé…), décors et costumes, la meilleure chanson allant à Shallow de Lady Gaga et Bradley Cooper avec un superbe moment dans cette cérémonie. Enfin, « Spider man New Generation » remporte l’Oscar du meilleur film d’animation au nez et à la barbe de Disney habitué de la catégorie!

Meilleur film : Green Book
Black Panther
BlacKkKlansman
Bohemian Rhapsody
The Favourite
Roma
A Star Is Born
Vice

Meilleur réalisateur : Alfonso Cuarón (Roma)
Spike Lee (BlacKkKlansman)
Pawel Pawlikowksi (Cold War)
Yorgos Lanthimos (The Favourite)
Alfonso Cuaron (Roma)
Adam McKay (Vice)

Meilleure actrice dans un rôle principal : Olivia Colman (The Favourite)
Yalitza Apariciao (Roma)
Glenn Close (The Wife)
Lady Gaga (A Star Is Born)
Melissa McCarthy (Can You Ever Forgive Me)

Meilleur acteur dans un rôle principal : Rami Malek (Bohemian Rhapsody)
Christina Bale (Vice)
Bradley Cooper (A Star Is Born)
Willem Dafoe (At Eternity’s Gate)
Viggo Mortensen (Green Book)

Meilleur second rôle féminin : Regina King (If Beale Street Could Talk)
Amy Adams (Vice)
Marina De Tavira (Roma)
Emma Stone (The Favourite)
Rachel Weisz (The Favourite)

Meilleur second rôle masculin : Mahershala Ali (Green Book)
Adam Driver (BlacKkKlansman)
Sam Elliott (A Star Is Born)
Richard E. Grant (Can You Ever Forgive Me)
Sam Rockwell (Vice)

Meilleur court métrage d’animation : Bao
Animal Behaviour
One Small Step
Late Afternoon
Weekends

Meilleure musique de film : Black Panther
BlacKkKlansman
If Beale Could Talk
Isle of Dogs
Mary Poppins Returns

Meilleure chanson originale : Shallow (A Star Is Born
All The Stars (Black Panther)
I’ll Fight (RBG)
The Place Where The Lost Things Go (Mary Poppins Returns)
When A Cowboy Trades His Spurs for Wings (The Ballad of Buster Scruggs)


Meilleur film étranger : Roma (Mexique)
Une affaire de famille (Japon)
Cold War (Pologne)
Capharnaüm (Liban)
Never Look Away (Allemagne)

Meilleur court métrage documentaire : Period
Black Sheep
End Game Lifeboat A Night a the Garden 

Meilleur scénario original : Green Book
The Favourite
First Reformed 
Roma
Vice

Meilleure adaptation : BlacKkKlansman
La Ballade de Buster Scruggs 
Can You Ever Forgive Me
If Beale Street Could Talk
A Star Is Born

Meilleur documentaire : Free Solo 
Hale County This Morning, This Evening
Minding The Gap
Of Father And Sons
RBG

Meilleur court-métrage : Skin
Detainment
Fauve
Mother
Marguerite

Meilleur Film d’animation : Spider-Man: New Generation
Incredibles 2
Isle of Dogs
Mirai 
Ralph 2.0

Les Oscars techniques

Meilleurs décors : Black Panther
The Favourite
First Man
Mary Poppins Returns
Roma

Meilleure photographie : Roma
Cold War
The Favourite
Never Look Away
A Star Is Born

Meilleurs costumes : Black Panther 
La Ballade de Buster Scruggs
Mary Poppins Returns
The Favourite
Mary, Queen of Scots

Meilleure son (montage) : Bohemian Rhapsody
Black Panther
First Man
A Quiet Place
Roma

Meilleur son (mixage) : Bohemian Rhapsody
Black Panther 
First Man
Roma
A Star Is Born

Meilleurs effets spéciaux : First Man
Avengers: infinity War
Christopher Robin
Ready Player One
Solo : a Star Wars story

Meilleur maquillage et coiffure : Vice
Border
Mary, Queen of Scots

Meilleur montage : Bohemian Rhapsody
BlacKkKlansman
Green Book
The Favourite
Vice

 

Publicités

CRITIQUE: MIRACLE A SANTA ANNA (2008)

New York, années 80. Hector Negron, un employé de banque noir abat sans raison apparente un immigré italien venu acheter des timbres. Un jeune journaliste, Tim Boyle, est autorisé à rencontrer le tueur avant son procès. Celui-ci s’avère posséder une tête de statue dérobée en 1944 dans l’Italie occupée par les Allemands. Hector était membre des « Buffalo Soldiers », premier bataillon entièrement constitué d’hommes de couleur, ayant débarqué notamment en Toscane cet été là, près d’un village martyr nommé Santa Anna…

La sortie en vidéo de manière quasi-anonyme, puisqu’uniquement disponible dans les magasins FNAC, du dernier long métrage (de fiction) de Spike Lee dont le public français a déjà été privé en salles, me donne l’occasion de vous en parler. Après un début  proche du polar, très vite les flashbacks nous renvoient au film de guerre promis. Dans la forme, le film reste très proche du « soldat Ryan » de Spielberg. On peut se demander pourquoi Spike Lee s’est lancé dans le film de guerre; et bien tout simplement pour traiter de ce bataillon uniquement composé d’hommes noirs mieux considérés par les citoyens italiens que par leur pays. Il nous donne l’occasion également d’en apprendre un peu plus sur le massacre de Santa Anna, sorte d’Oradour sur Glane italien.

Au final, cela nous donne un film ambitieux et assez maîtrisé dans la forme mais un peu naïf sur le fond et un peu long parfois, bref, pas indispensable. « Miracle à Santa Anna » aurait tout de même certainement trouvé son public, tellement de plus mauvais films ayant l’occasion de nous être régulièrement présentés.