Critique Bluray: Nocturnal Animals

61TfAPs+cLL._SL1000_.jpg

Réalisation Tom Ford
Scénario Tom Ford
Acteurs principaux
Sociétés de production Fade to Black Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 127 minutes
Sortie 4 janvier 2017

LE FILM:

3.5

Susan Morrow, s’ennuie dans l’opulence de son existence. Alors que son mari s’absente, Susan reçoit un colis inattendu : un manuscrit signé de son ex-mari Edward Sheffield dont elle est sans nouvelles depuis des années. Edwards se met en scène en père de famille aux prises avec un gang de voleurs de voiture ultraviolents, mené par l’imprévisible Ray Marcus. Après lui avoir fait quitter la route, le gang l’abandonne impuissant sur le bas-côté, prenant sa famille en otage. Susan, émue par la plume de son ex-mari, ne peut s’empêcher de se remémorer les moments les plus intimes qu’ils ont partagés. Elle trouve une analogie entre le récit de fiction de son ex-mari et ses propres choix cachés derrière le vernis glacé de son existence.

Sept ans après « A single man« , le styliste Tom Ford réalise son second film, « Nocturnal Animals ». On y suit Susan Morrow, une galeriste qui reçoit le nouveau livre de son ex-mari qu’elle a quitté quelques années auparavant. Il s’y met en scène en père de famille dont la femme et la fille sont victimes de criminels sur la route. Alors que le récit mélange le réel et la fiction, on voit les souvenirs et le doute envahir la lectrice. Remarquablement interprété notamment par l’excellent Jake Gyllenhall, « Nocturnal Animals » se distingue par la splendide mise en images de Tom Ford et son chef op, tout comme c’était le cas dans son premier film. Si le film nous donne l’impression de nous laisser un peu sur notre faim, force est de reconnaître de véritables qualités de metteur en scène à Ford que beaucoup cantonnaient au statut d’esthète pur. Intéressant et envoûtant!

TECHNIQUE:

4.5

Brillant et respectueux de la splendide image du film!

BONUS:

1

Un simple petit making of promo sans intérêt!

VERDICT:

3.5

Un thriller pas totalement convaincant mais formellement splendide!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Universal Pictures

CRITIQUE: DETECTIVE DEE ET LE MYSTERE DE LA FLAMME FANTOME (2011)

L’histoire se déroule en Chine, en l’an 690, durant la période trouble correspondant à l’ascension de l’impératrice Wu Ze Tian.
Tout est prêt pour la cérémonie du couronnement et la petite ville de Chang-An est dans ses habits de fête. Mais une série de morts mystérieuses menace l’intronisation de Wu Ze Tian.
L’impératrice décide alors de faire appel au seul homme capable de percer ce mystère : Le juge Ti, de retour après huit ans de prison pour insolence et insubordination…
Inspiré de l’histoire d’un authentique détective de la Chine des Tang, Detective Dee a fait l’objet d’une série de romans cultes (par Robert Van Gulick). Pour mettre en scène ses aventures, c’est le vétéran Tsui Hark qui s’y colle avec une verve et une énergie qu’il semblait avoir égarée depuis certains films comme un triste « double team » avec Van Damme. Il nous offre ici le meilleur du cinéma populaire chinois et ce, dans le bon sens du terme. Petit bijou du Wu Xia Pian (film de sabre), le film  a tous les ingrédients pour séduire le plus grand monde: intrigue et complot poilitique, enquête policière, action ininterrompue, magie et grand spectacle! Rien que ça! on en prend plein les mirettes! Pourquoi pas en faire une série comme pour les romans?

Le film vient de sortir chez Wild Side Vidéo et le Bluray est somptueux!

CRITIQUE: POUPOUPIDOU (2010)

De passage à Mouthe en Franche-Comté, bourgade célèbre pour être la ville la plus froide de France, le Parisien David Rousseau assiste à l’enlèvement d’un corps par les gendarmes trouvé en rase campagne, sous la neige. Ecrivain en mal d’inspiration, la chevelure blond peroxdydé  du cadavre semble lui donner quelques idées pour son nouveau roman. Après avoir obtenu l’identité du corps, Candice Lecoeur, égérie du fromage « belle du Jura », David Rousseau décide de mener l’enquête , persuadé qu’il ne s’agit pas d’un suicide…

Deuxième long métrage de Gérald Hustache-Mathieu après « Avril », « poupoupidou » est une excellente surprise de ce début d’année 2011, voire un des meilleurs films français de ces six derniers mois qui vient tout juste de sortir en dvd. Dès les premières images du film, on est plongé dans des paysages enneigés et brumeux qui évoquent tout de suite le climat des films de David Lynch ou des frères Cohen, plus précisément Twin Peaks et Fargo, rien que ça! Et ça se confirme au fil de l’enquête menée par Rousseau/Jean-Paul Rouve qui nous permet de retracer la vie de la jeune starlette, à l’instar de Laura Palmer, et de croiser toute une galerie de personnages tous étroitement liés à la victime. La présence de l’ex Robin des Bois n’est ici pas synonyme de comédie; on est bel et bien dans une enquête policière et son interprète principal y est parfait. La jeune pin-up aux airs de Marylin interprétée par Sophie Quinton donne ce qu’il faut de mystère à l’histoire pour nous captiver d’un bout à l’autre et l’on devrait reparler très vite du jeune gendarme qui rêve de police montée canadienne interprété par Guillaume Gouix. A tous ces ingrédients de qualité, vous rajouter une BO carrément géniale et vous obtenez ce petit bijou à découvrir impérativement!