Critique: Cuban Network

5217190.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Wasp Network
Réalisation Olivier Assayas
Scénario Olivier Assayas
Acteurs principaux
Sociétés de production CG Cinema
RT Features
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Brésil Brésil
Genre thriller
Sortie 29 janvier 2019

Début 90. Un groupe de Cubains installés à Miami met en place un réseau d’espionnage. Leur mission : infiltrer les groupuscules anti-castristes responsables d’attentats sur l’île.

Quelques mois après son très littéraire « Doubles Vies », Olivier Assayas revient avec un film dans la veine de son « Carlos », un thriller d’espionnage avec Edgar Ramirez et Penelope Cruz. Inspiré de faits réels, « Cuban Network » dissèque le fonctionnement de groupuscules anti et pro-castristes. Si Assayas joue un peu avec la chronologie, l’ensemble demeure très clair et didactique et se permet de temps à autres quelques envolées scorsesiennes. Quant à l’interprétation, le duo d’acteurs est à tous points parfait avec une mention spéciale à Penelope Cruz, très convaincante dans ce rôle de femme obligée de composer avec les idéaux de  son mari. « Cuban Network » n’est pas un film majeur mais redoutablement efficace.

4

CRITIQUE DVD: A COEUR OUVERT

81GGz4ue2rL__AA1500_

LE FILM: 7.5/10

Mila et Javier sont tous deux chirurgiens du coeur. Mariés depuis dix ans, ils ont deux passions : leur amour et leur métier. Mais Mila tombe enceinte, contre toute attente, et la perspective d’un enfant remet en cause l’équilibre de leur relation. Le penchant pour l’alcool de Javier devient alors une réelle menace…

Adapté  du roman « Remonter l’Orénoque » de Mathias Énard, cet « A coeur ouvert » ravira les amateurs de mélodrame, et il n’y a rien de péjoratif là-dedans!

En filmant au plus près de ses personnages, Marion Laine dresse un beau portrait de couple, avec ces deux êtres dont l’équilibre est menacé par l’alcool mais qui réussissent à vivre avec ce problème, jusqu’à l’annonce de l’arrivée d’un enfant qui change la donne. C’est assez bien écrit, mis en scène avec délicatesse et parfois même avec une certaine poésie et c’est surtout remarquablement interprété par deux acteurs en parfaite osmose, Juliette Binoche et Edgar Ramirez! Un film à découvrir!

TECHNIQUE: 8/10

RAS que ce soit au niveau de l’image que du son, un DVD très correct!

BONUS: 6/10

Outre quelques scènes coupées, on trouve un court mais intéressant making-of avec notamment un zoom sur le chirurgien qui conseilla les acteurs!

VERDICT: 7.5/10

Un beau mélodrame porté par deux grands comédiens!

Disponible en DVD (19,99 euros) chez TF1 Video
Découvrez d’autres films sur Cinetrafic dans des catégories aussi diverses et variées que celle consacrée au film romantique ou celle du film d’amour

CRITIQUE DVD: FARC

LE FILM:

Angel a commis des crimes impardonnables. Pour protéger son peuple, le gouvernement colombien lui a offert un nouveau départ : Angel a rendu les armes et a été amnistié. C’est alors qu’une de ses anciennes victimes kidnappe sa fille et lui donne 72 heures pour éliminer les membres de son ancienne unité. Piégé, celui qu’on surnomme « le Diable » va tout mettre en œuvre pour sauver sa fille…

Voici un film qui sort directement en video chez nous et dont je n’attendais pas grand chose. Petit film colombien réalisé par le jeune Juan Orozco, « Farc », dont le titre est une très mauvaise traduction de « Saluda al diablo de mi parte » est un polar nerveux d’une efficacité remarquable. Assez court (85 mins), le film nous plonge dans l’action très rapidement pour ne plus nous lâcher jusqu’à un final surprenant! Le film a de surcroît l’originalité de nous faire suivre un personnage principal incarné par le bouillant Edgar Ramirez (« Carlos ») aussi pourri que ses ennemis et cette absence de manichéisme rajoute à l’intérêt du film qui, en plus, se permet une charge contre la politique colombienne vis-à-vis des FARC. A découvrir dans un très bon DVD!

LES BONUS:

Outre les bandes annonces traditionnelles, on trouve une petite featurette sans aucun intérêt et un journal de bord (20 mins) assez complet.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DVD

Format image

: 2.35, 16/9eme comp. 4/3

Format son: Espagnol Dolby Digital 5.1, Français DTS 5.1 & Dolby Digital 2.0

Sous-titres: Français

Durée: 1h27

VERDICT:

Un excellent polar à découvrir!

Disponible en DVD (19,99 euros) et Blu-ray (24,99 euros) chez Wild Side Video dès le 4 avril

CRITIQUE: CARLOS, LE FILM (2010)

Carlos retrace l’histoire d’Ilich Ramírez Sánchez qui, durant deux décennies, fut l’un des terroristes les plus recherchés de la planète. Entre 1974, à Londres, où il tente d’assassiner un homme d’affaires britannique, et 1994, quand il est arrêté à Khartoum, il aura vécu plusieurs vies sous autant de pseudonymes, et traversé toutes les complexités de la politique internationale de son époque. Qui était Carlos, comment ses identités entrecroisées, superposées, s’articulent-elles, qui était-il avant de s’engager corps et biens dans sa lutte sans fin ?

Tourné pour la chaîne Canal Plus en trois épisodes pour une durée totale de plus de 5 heures, le film est sorti en salles dans un montage de 2 h 30. Je n’ai pas vu la version télé, c’est donc de l’autre dont je vous parle. Olivier Assayas a réussi un pari fou avec ce film sur un personnage mythique, symbole du terrorisme international de la fin du XXème siècle. La difficulté tenait en particulier au fait que le tournage se situait dans une dizaine de pays et d’innombrables décors et mettait en jeu plus de cent vingt comédiens dans plus de sept langues. Dans un souci de véracité, Assayas a laissé d’ailleurs chaque personnage s’exprimer dans sa propre langue. Très documenté, le film offre un cours magistral de géopolitique tout en se posant comme un objet cinématographique passionnant. Outre une mise en scène magistrale et un scénario palpitant, Assayas a fait bonne pioche en confiant le rôle du révolutionnaire à Edgar Ramirez, monstre physique au charisme dévastateur, d’ailleurs couronné par un Cesar du meilleur espoir masculin en 2011.  Le cinéaste français se montre digne avec « Carlos » des plus grands réalisateurs américains du genre. Vive la France!