Critique: Jurassic World, Fallen Kingdom

3826877.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Juan Antonio Bayona
Scénario Derek Connolly
Colin Trevorrow
Acteurs principaux
Sociétés de production Amblin Entertainment
Apaches Entertainment
Legendary Pictures
Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Durée 128 minutes
Sortie 2018

Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l’île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l’île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

Après le film de fantômes (« l’Orphelinat »), le film catastrophe (« The Impossible ») le conte fantastique (« Quelques Minutes Après Minuit »), le cinéaste espagnol  Juan Antonio Bayona est appelé pour mettre en scène le cinquième film de la saga Jurassic Park intitulé « Jurassic World, Fallen Kingdom »! Ce nouveau volet éveillait donc notre curiosité, à juste titre?

Dur de se réjouir franchement même si le film possède quelques qualités notamment au niveau de la mise en scène, efficace, offrant quelques scènes plutôt bien troussées. On apprécie aussi la place donnée aux animatroniques comme dans les premiers volets. Le principal écueil tient évidemment au scénario ô combien prévisible et bancal. La première partie du film sur l’île d’Isla Nubar est en effet expédiée en raison d’une éruption volcanique et de l’évacuation des principales espèces de dinosaures, mis à part un pauvre brachiosaure qui fera pleurer dans les chaumières. Tout le reste du film se déroule dans un manoir gothique avec des dinosaures captifs!!! On comprend maintenant que le terrain était parfaitement balisé pour Bayona qui avait déjà prouvé son savoir-faire niveau grandes maisons sinistres! Intrigue prévisible, personnages caricaturaux (on repère à la seconde qui seront les « méchants » de l’histoire) font qu’on ne tremble malheureusement pas et qu’on trouve le temps un peu long (près de 2h10, ça fait une bonne vingtaine de minutes en trop!). Après coup, on se dit que si Bayona avait bénéficié d’un scénario solide, ce nouveau volet aurait pu relancer sérieusement cette saga qui, si l’on en croit le final, devrait voir un troisième volet qu’on espère plus tendu, méchant et sanguinolent!

2

 

Publicités

Critique: Les Gardiens de la Galaxie, Vol.2

438835.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Guardians of the Galaxy Vol. 2
Réalisation James Gunn
Scénario James Gunn
Acteurs principaux
Sociétés de production Marvel Studios
Moving Picture Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Super-héros
Sortie 26 avril 2017

Musicalement accompagné de la « Awesome Mixtape n°2 » (la musique qu’écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l’univers Marvel.

Trois ans après un premier volet plutôt fun, les Gardiens de la Galaxie reviennent et c’est plutôt une bonne nouvelle dans un genre qui a tendance à se prendre parfois très au sérieux. La recette est la même: des personnages bien badass (Bébé Groot est craquant et Rocket le raton plutôt charismatique!), de l’action, de l’humour (le film est souvent très drôle), des punchlines qui tuent et une BO 70’s archi cool! Pour couronner le tout, les caméos sont légion ici avec notamment Stallone, Ving Rhames ou David Hasselhof! Le petit hic concerne le scénario qui, sur 2h15, contient quelques trous d’air, notamment dans la partie sur la planète d’Ego, beaucoup trop bavarde et laborieuse. Mais ne boudons pas notre plaisir tant l’ensemble s’avère ludique!

3.5

Critique: Les 7 Mercenaires

261619.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original The Magnificent Seven
Réalisation Antoine Fuqua
Scénario John Lee Hancock
Nic Pizzolatto
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Sony Pictures Entertainment
Village Roadshow Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre western
Sortie 28 septembre 2016

L’industriel Bartholomew Bogue règne en maître sur la petite ville de Rose Creek. Pour mettre fin au despotisme de l’homme d’affaires, les habitants, désespérés, engagent sept hors-la-loi, chasseurs de primes, joueurs et tueurs à gages – Sam Chisolm, Josh Farraday, Goodnight Robicheaux, Jack Horne, Billy Rocks, Vasquez, et Red Harvest. Alors qu’ils se préparent pour ce qui s’annonce comme une confrontation sans pitié, ces sept mercenaires prennent conscience qu’ils se battent pour bien autre chose que l’argent…

En 1954, Akira Kurosawa réalise le chef d’oeuvre « les Sept Samouraïs« . En 1960, John Sturges en réalise un remake façon western avec « les Sept Mercenaires » et c’est à nouveau un chef d’oeuvre! Jusqu’à aujourd’hui, un nombre incalculable de films fut calqué sur le même modèle (recrutement d’une équipe, préparation du plan, attaque) et voilà qu’Antoine Fuqua nous sort un remake du remake. A quoi bon me direz-vous! Après avoir vu le film, on se pose encore la question! Pourtant, tout n’est pas à jeter, loin de là. Si la première partie (le recrutement de l’équipe) est exagérément longue, la suite est un peu plus réjouissante grâce à la mise en scène efficace de Fuqua, avec de beaux extérieurs et des scènes d’action bien troussées. Le casting est plutôt bien avec un Denzel Washington qui fait le boulot, mais surtout les excellents Ethan Hawke et Vincent d’Onofrio, les personnages les plus intéressants. Le méchant Peter Sarsgaard en fait des caisses, suant à grosses gouttes d’un bout à l’autre et Chris Pratt cabotine un tantinet. Dans l’ensemble, le film constitue un divertissement efficace, à l’ancienne,  sans surprise… mais efficace!

3

Critique Bluray 3D: Jurassic World

81ZEsUOfEuL._SL1388_

  • Date de sortie salles:
    10 juin 2015
  • Réalisé par :
    Colin Trevorrow
  • Avec :
    Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Vincent d’Onofrio…
  • Durée :
    2h3min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2015
  • Titre original : Jurassic World
  • Distributeur :
    Universal Pictures France

LE FILM:

3.5

L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

Quatorze ans après un « Jurassic Park 3 » oubliable et oublié, la saga reprend du poil de la bête avec ce « Jurassic World », espèce de suite directe du premier volet. Spielberg ayant laissé sa place à Colin Trevorrow, l’inquiétude était palpable de se retrouver devant un nouveau nanar de l’acabit du précédent volet. Ceux qui espèrent retrouver la magie et le génie spielbergien du premier peuvent passer leur chemin! Ceux qui aiment les attractions efficaces et qui font peur, ce film est pour vous! Conçu comme un produit plus que comme une oeuvre artistique, ce « Jurassic World » respecte à la lettre le cahier des charges. Bourré de placements de produits (Samsung, Coca, Mercedes entre autres…), histoire sans surprises et mise en scène sans génie sont de mise ici mais pourtant ça fonctionne! Les effets spéciaux sont très réussis, le casting sympa avec notamment un featuring d’Omar Sy et le tout est ficelé avec efficacité, une attraction réussie en sorte! La 3D par contre est plus que facultative!

TECHNIQUE:

5

Une parfaite réussite à tous les niveaux! Les amateurs de 3D en seront pour leurs frais tant elle n’apporte pas grand chose, très peu d’effets de jaillissements en tous cas.

BONUS:

4

On trouve ici quelques scènes coupées sans intérêt, une rencontre entre le réalisateur et Chris Pratt, pleine d’humour et divers modules très intéressants avec notamment la participation de Papa Spielby!

VERDICT:

3.5

Une belle édition pour un divertissement réussi!

Disponible en DVD, bluray, bluray 3D(24.99 euros) chez Universal Pictures

Critique Bluray 3D: Les Gardiens de la Galaxie

91sjyaqzSwL._SL1500_

LE FILM:

3.5

 

La critique est ici

TECHNIQUE:

4.5

 

Du très très bon aussi bien en 2 D qu’en 3D! Ayant vu le film en salles en 2D, je ne peux que m’incliner face à une 3D très active qui rajoute du fun à l’entreprise!

BONUS:

3

 

Outre 2 featurettes assez instructives, on trouve un bêtisier et quelques scènes coupées ainsi qu’un petit clip sur le prochain Avengers pour appâter les fans!

VERDICT:

3.5

 

 

Un Blockbuster familial des plus funs!

 

Disponible en DVD (19.99 euros), bluray (24.99 euros) et bluray 3D (29.99 euros) chez Marvel