Critique Bluray: Les Enchaînés

81qXFFzCL6L._SL1500_

Titre original Notorious
Réalisation Alfred Hitchcock
Scénario Ben Hecht, d’après une nouvelle de John Taintor Foote
Acteurs principaux
Sociétés de production RKO
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 101 minutes
Sortie 19 mars 1948

LE FILM:

5

Alicia, fille d’un espion nazi, mène une vie dépravée. Devlin lui propose de travailler pour les Etats-Unis afin de réhabiliter son nom. Elle épouse donc un ancien ami de son père afin de l’espionner. Devlin et elle s’aiment sans oser se l’avouer, attendant chacun que l’autre fasse le premier pas. Lorsque le rôle qu’elle tient est découvert, son mari décide de l’empoisonner.

Notorious1946

Après « Rebecca » et « la Maison du Dr Edwardes », « les Enchaînés » est le troisième film présent dans le somptueux coffret Ultra Collector Hitchcock, les années Selznick.  Comme dit Truffaut dans ses entretiens avec le Maître, ce film est le film le plus hitchcockien du cinéaste anglais. Ici, il s’agit ni plus ni moins d’une histoire d’amour déguisée en film d’espionnage avec un couple mythique, Cary Grant/Ingrid Bergman. Lui est un espion américain et elle la fille d’un espion Nazi. Il va l’utiliser en l’envoyant séduire l’un des amis de son père pour obtenir des informations top secret. Le problème est que Devlin  et Alicia vont très vite tomber fous l’un de l’autre. L’histoire est simple mais purement hitchcockienne sur la forme. On retrouve le sens du suspense et de la tension du Maître et son don pour mettre en image ces éléments de la façon la plus ingénieuse et ludique qui soit; durant plusieurs scènes, il fera d’une simple clé le moteur de l’action du film et même son élément central. Le célèbre Macguffin, cet objet dont on ne sait pas trop l’utilité mais qui guide le récit, est bien présent ici, à travers une bouteille de vin remplie d’une poudre mystérieuse. Ce film d’Hitchcock est également précurseur dans le genre du cinéma d’espionnage en plaçant la psychologie des personnages bien avant les traditionnelles courses poursuite. « Les Enchaînés » est sans aucun doute l’un des plus grands films du cinéaste, un régal à chaque vision!

TECHNIQUE:

5

Une copie absolument somptueuse!

BONUS:

5

On trouve ici une présentation du film par Laurent Bouzereau et un extrait consacré au film des entretiens entre Hitch et Truffaut commenté par Nicolas Saada. Passionnant!

VERDICT:

5

INDISPENSABLE!!!

Disponible en édition Ultra collector chez Carlotta Films dès le 29 novembre

Critique Dvd: Remember

71Muh8xNI3L._SL1491_.jpg

Réalisation Atom Egoyan
Scénario Benjamin August
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Film dramatique
Thriller
Sortie 23 mars 2016

LE FILM:

3.5

Un vieil homme, survivant de l’Holocauste, parcourt les États-Unis pour se venger d’un passé qu’il ne cesse d’oublier.

Si depuis la fin des années 90, on a la fâcheuse impression d’avoir perdu le cinéaste canadien Atom Egoyan, on ne sort pas de »remember » complètement rassuré même si le film fonctionne assez bien. Si le sujet, la traque d’un ancien Nazi par un survivant des camps, n’est pas des plus originaux, la variation proposée par Egoyan est assez astucieuse pour nous tenir en haleine jusqu’au bout. En effet, la traque est ici orchestrée par deux vieillards dont l’un souffre de démence sénile et donc entre autres, de gros troubles de la mémoire. Seule la lettre de son ami est là pour lui rappeler son objectif! Le twist final vaut également son pesant de cacahuètes et l’interprétation des deux vengeurs, Martin Landau et Christopher Plummer vaut le coup d’oeil! Un film qui ravira les amateurs de thrillers sombres!

TECHNIQUE:

4.5

Parfaitement définie, l’image est proche de la HD! Pour info, pas de VF sur ce titre.

BONUS:

Aucun bonus ici, dommage…

VERDICT:

3.5

Un thriller convaincant à défaut d’être inoubliable!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez ARP SELECTION dès le 6 septembre


Jeu Concours: 5 DVD de « The Eichmann Show » à gagner (jeu terminé)

913t8ARYSBL._SL1500_.jpg

A l’occasion de la sortie en vidéo de « The Eichmann Show », CINEDINGUE et ZYLO sont heureux de vous faire gagner 5 DVD du film . Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 22 juin; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

 

CRITIQUE DVD: LE MEDECIN DE FAMILLE

71FrTRKCtcL._SL1500_

  • Réalisé par :  Lucia Puenzo
  • Avec :
    Alex Brendemuhl, Natalia Oreiro , Diego PERETTI…
  • Durée :
    1h33min
  • Pays de production :
     Argentine France
  • Année de production :  2012
  • Titre original : Wakolda
  • Distributeur :
    Pyramide Films

LE FILM: 8.5/10

Patagonie, 1960. Un médecin allemand rencontre une famille argentine sur la longue route qui mène à Bariloche où Eva, Enzo et leurs trois enfants s’apprêtent à ouvrir une chambre d’hôtes au bord du lac Nahuel Huapi. Cette famille modèle ranime son obsession pour la pureté et la perfection, en particulier Lilith, une fillette de 12 ans trop petite pour son âge. Sans connaître sa véritable identité, ils l’acceptent comme leur premier client. Ils sont peu à peu séduits par le charisme de cet homme, l’élégance de ses manières, son savoir et son argent jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’ils vivent avec l’un des plus grands criminels de tous les temps.

Troisième film d’une jeune réalisatrice argentine, Lucia Puenzo, « le Médecin de Famille » s’appuie sur une histoire vraie, l’exil argentin de criminels nazis et plus spécifiquement de  Joseph Mengele, médecin d’Auschwitz. Sur ce postulat de départ, Lucia Puenzo nous offre un vrai film d’atmosphère au climat proche du film d’horreur et qui n’est pas sans rappeler par exemple le Labyrinthe de Pan. Elle dresse donc un portrait du mal absolu qui nous glace le sang d’un bout à l’autre et qui laisse des traces! L’une des bonnes surprises de 2013!

TECHNIQUE: 9/10

Excellent résultat sur tous les points!

BONUS: 7/10

On trouve ici une excellente interview de la réalisatrice (17 mins)!

VERDICT: 8.5/10

Frissons garantis!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Pyramide Vidéo dès le 7 mars

CRITIQUE: IDA

459766_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Pawel Pawlikowski
  • Avec :
    Agata KULESZA, Agata Trzebuchowska, Dawid Ogrodnik…
  • Durée :
    1h19min
  • Pays de production :
    Pologne
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Ida
  • Distributeur :
    Memento Distribution

Pologne, 1962. Avant de prononcer ses vœux, une jeune orpheline élevée au couvent part enquêter sur ce qui est arrivé à sa famille sous l’occupation nazie. Elle est aidée de sa tante, une juge communiste, seul membre de sa famille encore en vie.

Deux ans après l’adaptation de « la Femme du Vème », le cinéaste Pawel Pawlikowski revient avec une oeuvre beaucoup plus épurée et plus personnelle dans le sens où il s’attache au passé de son pays, la Pologne. Dans un noir et blanc somptueux, Ida est quasiment une succession de toiles de maître tant la caméra est toujours immobile; ce sont les personnages qui entrent ou sortent du cadre. Souvent situés bord cadre, les personnages sont comme écrasés par leur environnement et la caméra ne retrouvera le mouvement que lors du plan final comme si, enfin, Ida avait trouvé la voie. Magnifique en tous points, Ida brasse les genres comme le polar, le drame  historique ou la quête initiatique et prouve que le cinéma peut trouver dans la simplicité toute son efficacité. Déjà l’un des grands films de l’année.

NOTE: 9.5/10

ORDRES SECRETS AUX ESPIONS NAZIS (1958)

Un soldat américain est soigné et caché par une allemande, qu’il épouse, une fois la guerre terminée. Mais très vite, il va se retrouver confronté aux Werwolf, un groupuscule nazi multipliant les actes de terrorisme.

Samuel Fuller réalise ici un captivant film de guerre avec très peu de moyens; il utilise d’ailleurs beaucoup d’images d’archives. Le principal intérêt du film est qu’il nous parle d’un détail de l’Histoire peu connu, les Werwolf. La maestria de Fuller et l’efficacité de sa mise en scène font le reste… A voir.

LIFEBOAT (1943)

Un navire américain est coulé par un sous-marin allemand. Les survivants gagnent un canot de sauvetage, bientôt rejoints par Willy, un marin appartenant à l’équipage du sous-marin allemand, également naufragé. Tandis que Willy prend le contrôle de l’embarcation, une liaison semble naître entre deux rescapés, la journaliste Constance Porter et le mécanicien Novak.

Réalisé en 1943, le film d’Hitchcock fit scandale aux Etats-Unis, montrant un Nazi supérieur aux Américains dans le domaine de la navigation. Le fait est qu’à cette époque les Alliés n’étaient pas en position de force vis-à-vis des Allemands. Les personnages devront tous s’unir pour combattre l’ennemi, tout comme les pays alliés. Sur la forme, ce film d’Alfred Hitchcock est tour de force comme il en raffole. En effet, faire un film de 90 minutes entièrement sur une chaloupe avec neuf personnages tient de l’exploit, surtout à cette époque compte tenu des limites techniques. L’exploit est réussi, tant le film est passionnant de bout en bout, chargé de tension psychologique et de scènes choc comme la mort du bébé ou l’amputation de la jambe d’un des personnages.

Pour la petite histoire, Hitchcock a résolu le problème de son apparition traditionnelle à l’écran en illustrant de sa photo une publicité pour un régime , dans le journal lu par l’un des passagers de la chaloupe.

Un grand film dans la carrière d’Hitchcock, le seul tourné chez la Fox, mais peu connu. Disponible en dvd chez Fox donc, mais dont je vous recommande l’édition collector double dvd, en raison d’un bonus fabuleux: une interview d’une heure du Maître qui revient sur certains de ses films.